AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : Juste derrière vous, mon chaton...

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Dim 31 Mar 2013 - 16:30

En espérant ne pas être dans un autre lycée, hm...

Elle regarda autour d'elle, méfiante, vérifia ses armes sous sa robe d'un geste vif. Elle n'était guère rassurée d'être entrée de cette façon, sans passer par la route, mais directement dans la Cour de Récréation. Sable, un oiseau au corps de roche et aux ailes de sable se posa et replia doucement ses ailes dans un bruissement. Au bout de quelques secondes, Rose pencha sa tête vers le sol.

Le sol ne m'a pas mangé, il ne te ferra rien, détends-toi... ça rend tes yeux d'un marron boueux, en plus...

Finalement, ses yeux couleur sable reprirent le dessus, et elle bascula ses jambes du même côté et se laissa glisser vers le sol. Puis, elle regarda autour d'elle, afin d'imprégner le moindre détail du lieu dans sa mémoire. Ceci fait, elle se tourna vers Sable et lui défit les quatre sascoches qu'il portait. L'oiseau plongea son regard dans le sien, ce qui arracha à Rose l'un de ses sourires qui signifiait " Ne me remercies pas, c'est tout naturel... "

Elle circula un long moment dans la cour, avant de remarquer la présence d'un arbre. Elle s'en approcha et posa sa main dessus en fermant les yeux. L'arbre puisait ses ressources dans la terre qui était sous ses pieds, par ses racines. Ce contact lui rappelait toujours un film de Myazaki, lorsque la jeune fille sentait les arbres acheminer l'eau alors qu'elle était sous le Fukaï. Une "voix" la tira de ses pensées.

Les arbres acheminent l'énergie de la terre... C'est ce qui les rend si puissants, aussi vénéneux que bienfaiteurs, et sur ce point, ta référence est juste.

Elle ne pouvait pas le nier, en effet... Elle sourit à Sable qui s'était rapproché pour poser son bec sur l'écorce de l'arbre. Rose s'écarta et laissa son invocation faire. Il ressemblait fortement à un aigle, mais il n'avait pas la même... constitution, dirons-nous.

Est-ce que je t'aurais rencontré sans être la Princesse de Java...

Sa pensée s'était enfuie seule de son inconscient, et Sable tourna sa tête vers elle après avoir rigolé, amusé, mentalement. Il lui donna un tendre coup de bec sur la joue, auquel la jeune (?) fille répondit en caressant le sommet de sa tête.

Tu étais destinée à me rencontrer, quelque soit ton rang ou ta classe sociale...

Elle le caressa entre les deux yeux. A présent, c'est lui qui était dans le vrai. Mais aussitôt, Rose et Sable tournèrent la tête. Qui avait fait ce bruit... ?

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Minh Lê
Chef du clan Haiko * Minhable 8D
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/01/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Canna Kaonai

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Dim 31 Mar 2013 - 18:27

L'assemblée s'était terminée... Et Minh avait choisit de se changer les idées en sortant dehors. Ses pas l'avaient guidés dans... La cour de recrée. Bon. Ce n'est pas un endroit qu'il fréquentait souvent, étant plutôt quelqu'un qui restait a l'intérieur, mais cette fois la il se sentait d'humeur à traverser la cour. A cette heure la les élèves étaient en cour, alors il n'y avait personne... C'était totalement vide. Tant mieux. Minh ne voulait pas se confronter à quelques idiots aujourd'hui, pas encore.

Il soupira longuement. Cela faisait 3 ans qu'il était dans ce lycée, et tout les problèmes de clans que cela engendrait l'irritait toujours autant. Et maintenant qu'il était chef, il était au cœur du problème. Pourquoi avait-il accepté le rôle de sous chef, puis chef déjà? Sûrement par masochisme, ouais, ça devait être cela. Ou par stupidité. Il se remit à soupirer. Pouvait-il trouver un jour une vie tranquille loin de tous problèmes, dans une maison face à mer, et avec une connexion wifi suffisante ?

Gilbird, qui dormait tranquillement sauta sur sa tête en signe de mécontentement ; le flot de pensée négatives l'empêchait de rouiller tranquillement et il ne manqua pas de le faire savoir, notamment en grossissant tout en continuant de taper le pauvre Minh qui n'avait rien demandé. Il déposa (jeta) Gilbird au sol en l'engueulant copieusement, avant de continuer sa marche d' un pas un peu plus... Rageur? Décidément, cette fin de journée s'annonçait mal. Lui qui n'avait réellement rien demandé... Mh. Il n'a jamais eu tellement de chance de toutes façons.

Cette cour était vraiment grande, pensait-il. Tellement grande qu'il n'avait as fini d'en faire le tour, talonné par Gilbird qui avait prit la taille d'une autruche . Cet oiseau était tout sauf discret, mais heureusement qu'au lycée personne n'était discret, alors du coup, tout le monde le devenait. Mais Gilbird était réellement envahissant, et têtu en plus... Non mais quel être sadique lui a donné un poussin aussi stupide comme invocation ?!
Coup de bec.

«Aïheu. Sale Piaf.
- Cui

Bon, désormais il ne pensera plus de mal de Gilbird, ça lui donnait des maux de crânes. Sal... Gentille petite bête. Et tandis qu'ils continuaient a se chamailler tendrement (ou pas), Minh aperçu une fille accompagnée d'un énorme oiseau d'une texture plutôt étrange. Comme il ne la reconnaissait pas, il décida d'aller la voir. Peut être qu'elle s'était perdue, ou qu'elle ne savait pas ou était l'entrée. Enfin, elle était plutôt jolie quand même. Ça le motivait.

Il tenta d'être discret... Mais lorsqu'il les virent tourner la tête, Minh se douta que sur ce coup la, il avait été un véritable boulet. Un peu comme toujours en fait. Mais il fit fi de cette boulet titube couplée a sa mauvaise humeur en tentant de paraître... ... Sympathique ? Alors il défronçât ses sourcils, et toujours en essayant de paraître engageant, il dit :

«Hello! Tu t'es heu, perdue ? Normalement les élèves sont en cour a cette heure la, tu es peut être nouvelle? »

Gilbird prit un peu plus d'ampleur, jaloux du gros Piaf en face de lui. Gilbird est génial et personne ne peut l'être plus que lui.


Dernière édition par Minh Lê le Jeu 27 Juin 2013 - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : Juste derrière vous, mon chaton...

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Lun 1 Avr 2013 - 10:31

Tu étais destinée à me rencontrer, quelque soit ton rang ou ta classe sociale...

Elle le caressa entre les deux yeux, aprouvant les dires de son allié et ami. Dès à présent, c'est lui qui était dans le vrai. A croire qu'ils se partageaient cette fonction à tour de rôle. Mais bien vite, Rose et Sable tournèrent la tête. Voyant que l'auteur de ce bruit n'était autre qu'un... poussin ?, Rose reporta son attention sur le garçon qui l'accompagnait. Brun, yeux marron clair. Elle porta une main sur le haut de sa cuisse ( sur la robe, hein ), vérifiant ses chakrams. Au besoin, elle les utiliserait. Elle regarda, de ses yeux jaune sable, l'individu s'approcher dans un élan de sympathie forcée. S'appuyant nonchalamment au corps rocheux de Sable, ce dernier vint la protéger de ses ailes sableuses, ne laissant que le visage de Rose à l'air.

- Hello! Tu t'es heu, perdue ? Normalement les élèves sont en cour a cette heure la, tu es peut être nouvelle?

La jeune fille détailla la personne, et sans qu'il ne le voie, tout son corps - sauf ses pieds et sa tête - caché par l'aile de Sable, elle sortit son calepin et se mit à écrire sur le papier. Quelques secondes plus tard, elle alla pour s'avancer mais remarqua que l'aile de Sable la plaque contre son corps rocheux. Elle leva sa tête vers celle de son invocation en fronçant les sourcils.

Ta méfiance n'est jamais présente à la bonne heure, Rose. Souviens-toi ce qu'on t'a dit et ce que tu représentes, ici. ... De plus, ce piaf ne me plaît guère...

Elle mit ses doigts sur l'aile sableuse et, après avoir soupiré silencieusement, elle ferma ses yeux. Il n'avait pas tort... Cela dit, elle ne pouvait pas se permettre de douter de chaque personne. Et advienne que pourra. En revanche...

Ce n'est pas ce " piaf " comme tu dis qui doit dicter ta pensée, Sable...

Quelques secondes plus tard, Sable la libéra de son aile, et Rose se dirigea vers le jeune homme pour lui montrer son calepin et ce qu'elle avait écrit dessus :

" Bonjour, mon mignon... Figurez-vous que je viens à peine d'arriver, je n'ai, heureusement, pas encore eu le temps de me perdre... Je suis effectivement nouvelle.. Je me prénomme Rose Nihrai, du clan Tochi. Et vous-même... ? "

La jeune fille leva son regard vers son interlocuteur, attendant qu'il lui réponde, et qu'il comprenne qu'elle était quelqu'un de silencieux... Libre à lui de pousser la conclusion en croyant qu'elle était muette, ce n'est pas Rose qui va lui en empêcher, elle n'avait que cure de ce que les autres croyait ou divulguait sur elle. D'un autre côté... Il valait mieux qu'il ne se fourvoie pas.

Elle recula de quelque pas, et la tête de Sable se fraya un chemin entre le bras et le flanc de Rose. La jeune fille sourit au ciel et le laissa faire. Il soutenait son bras, lui montrant qu'il était près à intervenir à la moindre pécadille. Et bien... Tant mieux pour elle.

Ce garçon cache quelque chose... Il a une odeur assez.. Je ne sais pas...

Rose flatta quelque peu le cou de son invocation. Sable était un animal très intuitif, et son intuition ne le trompait jamais. Ni ses sens... Elle reboisa son regard dans celui du garçon, lui offrant un regard qui traduisait, pour une fois, sa pensée. " Où je suis censée aller... ? "

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Minh Lê
Chef du clan Haiko * Minhable 8D
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/01/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Canna Kaonai

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Ven 19 Avr 2013 - 22:10

Cette fille était totalement cachée derrière l’aile de son immense invocation, et semblait faire des trucs que Minh n’arrivait pas à identifier. Enfin, elle faisait ce qu’elle avait envie après tout.

Mais c’était bizarre ; il haussa les épaules intérieurement avant de pencher sa tête vers Gilbird, qui était devenu bien plus énorme, et lâcha un soupir imperceptible. Soupir qui semblait partagé par la demoiselle en face de lui, qui ferma ses yeux un instant. L’instant d’après l’aile sableuse de l’oiseau de terre laissa apparaitre le corps de la jeune fille, qui s’approcha de lui en lui tendant un calepin où était griffonnée une phrase :


" Bonjour, mon mignon... Figurez-vous que je viens à peine d'arriver, je n'ai, heureusement, pas encore eu le temps de me perdre... Je suis effectivement nouvelle.. Je me prénomme Rose Nihrai, du clan Tochi. Et vous-même... ? "

Il fixa la feuille d’un air indécis ; était-elle muette, où alors juste étrange comme 95% des gens ici ? Enfin, elle ne daignait pas parler, alors il supposa la première solution. Ou... Heu... Bon, il resterait sur sa position.

Il la vit se reculer, et son invocation lui fit un heu... Calin ? Et il le regardait avec un drôle d’air. Non mais il n’allait rien lui fairequand même, c’était pas un psychopathe...

Cet oiseau était flippant tout de même. Plus flippant que Gilbird, qui tentait une bataille de regard (peine perdue). Minh n’aimerait vraiment pas avoir affaire à ce truc. En plus ça se cuisinerait même pas.

Elle plongea une nouvelle fois son regard dans celui de Minh, lui facilitant le déchiffrage de pensée en offrant une idée assez claire de ce qu’elle désirait, c’est-à-dire : Ou aller ? Enfin, quelque chose du genre.


« Ha, heu moi c’est Minh, des Haiko. Bienvenue alors ! Ha heu et tu n’es pas obligé de me vouvoyer, on a surement le même âge... Enfin, Je suppose que tu aimerais savoir ou aller, mh ? »

Il fit un demi-tour sur lui-même, avant de lui proposer d’aller aux dortoirs déjà, afin qu’elle puisse déposer ses drôles de sacoches.


« Je te propose de faire un petit tour aux dortoirs pour que tu y dépose tes... Sacs, et puis on fait un tour autour du lycée hein ? Il ne fait pas très moche alors je pourrais te faire visiter... »

Dit-il en se grattant la tête. Les personnes du clan Tochi étaient assez rares, donc il était assez étonné d’en voir une là, nouvelle qui plus est, depuis la fusion des deux clans. On en avait vu, des gens partir à l’hôpital... Ils avaient vraiment été stupides en fin de comptes. Il soupira en y pensant, les yeux dans le vide.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : Juste derrière vous, mon chaton...

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Lun 22 Avr 2013 - 14:11

Son regard à lui seul disait tout. Rose ne savait pas où aller, tandis que Sable gardait sa tête entre le flanc et le bras de la jeune fille. Lorsqu'elle reboisa son regard dans les yeux de son interlocuteur, celui-ci sembla comprendre que Rose attendait une réponse. Réponse qui, par ailleurs, ne tarda pas.

« Ha, heu moi c’est Minh, des Haiko. Bienvenue alors ! Ha heu et tu n’es pas obligé de me vouvoyer, on a surement le même âge... Enfin, Je suppose que tu aimerais savoir ou aller, mh ? »

La jeune silencieuse arqua un sourcil. Comment, ils avaient le même âge et cela était un prétexte à ne pas le vouvoyer... ? Plissant ses yeux, très légèrement, elle ne releva pas la pique en restant de marbre, telle une poupée impassible.

Haiko... Il est du clan du Feu. Je t'avais bien dit qu'il n'était pas très net...

L'indifférente frappa gentimment entre les deux yeux de son invocation au moyen de son poing, qui fit tinter le bracelet de perles qu'elle portait au poignet. Puis, elle laissa sa tête tomber en avant, d'exaspération, alors que ledit Minh faisait un demi-tour sur lui-même.

... Arrête, Sable. Tu vas dire cela pour toutes les personnes que tu croiseras ici... Et puis, j'affectionne le feu, un problème à cela... ?

Sable regarda la jeune fille, avant d'incliner doucement sa tête en signe d'excuse, ce à quoi Rose répondit par un sourire éclatant. Puis, le jeune homme reprit d'ailleurs la parole, ce qui fit légèrement sourire la jeune fleur. Décidément, il était bavard, celui-là... Et cela la faisait sourire avec légèreté.

« Je te propose de faire un petit tour aux dortoirs pour que tu y dépose tes... Sacs, et puis on fait un tour autour du lycée hein ? Il ne fait pas très moche alors je pourrais te faire visiter... »

Il se gratta la tête durant sa toute petite tirade. La jeune silencieuse reprit son calepin quand elle remarqua que Sable s'était élevé dans les airs, et qu'il allait attaquer Minh de la Pluie de Roches. Rose tourna brusquement sa tête et planta son regard dans celui de l'oiseau, avant de sortir son boomerang en métal blanc, et qui était très léger, mais très puissant. En même temps qu'elle avait sortit son boomerang, son aura, jusques ici faible, grandit soudainement en flèche, atteignant l'aur de l'exceptionnel. Elle regarda fermement son invocation.

Visiter... ?Il ne fait pas très moche... ? Un tour... ? Dortoirs... ? Feu ou pas, ce type est pas très net...

Rose se mit à respirer profondément et posément. Cet aigle était un idiot fini, qui voyait le danger partout où elle ne le voyait pas, comme elle voyait le danger partout où lui ne le voyait pas. Ils faisaient bien la paire...

Ce n'est pas parce que tu trouves son piaf pas très net que Minh l'est aussi, arrête ton numéro, je refuse de me faire des ennemis à peine arrivée.

Sable se posa sur le sol, bien plus docile qu'avant, et s'allongea sur ses deux pattes en repliant ses ailes sableuses contre ses flancs pendant que la jeune silencieuse rangea son boomerang à sa place initiale, sous sa robe, avec sa dague.. Et sa fantastique aura de l'exceptionnel disparut avec ce mouvement.

Rose se tourna alors vers Minh, écrivit de son écriture fluide, dont les majuscules ressemblaient à de magnifiques enluminures grâce aux nombreuses boucles qu'elle y mettait.

" Minh... Enchantée de vous rencontrer... Et, ne vous en déplaise, la fleur n'arrive pas à tutoyer qui que ce soit... Sauf cet idiot d'aigle, mais cela est bien parce qu'il est idiot...

Quant à votre proposition, je répondrais par.. Pourquoi pas... ? Et, effectivement, il voudrait mieux que je range mes sacs qui risquent de m'encombrer... "

Rose se tourna vers Sable, et lui caressa la tête, affectueusement, malgré son visage sans expression, impassible, totalement indifférent, quoique pas tout à fait neutre.

Restes ici, je viendrais te retrouver après... Si jamais un problème survient, tu connais le signe, Sable..

Ceci dit, et en refusant d'attendre la réponse de Sable, elle mit ses barrières mentales de façon à ce que personne ne viole sa conscience ou ne cherche à la contacter par télépathie.

Prenant les devants, elle marcha jusqu'à une porte avant de se rendre compte qu'elle ne savait pas du tout par où elle devait aller. Nullement gênée, elle se retourna et indiqua la porte de son index pour savoir si c'était par là.

Une sangle de quatre sacoches sur l'épaule gauche, une autre de cinq sacoches sur l'épaule droite, elle attendit la réponse, muette ou non, avant de croiser le regard de Sable. Un regard que Rose connaissait très bien. Le regard qui voulait dire " Tu vas te tuer en portant ces neuf sacoches ". La jeune silencieuse renvoya à son invocation un regard où trônait une lueur de défi.

Puis, elle s'adossa à la porte, soulagée que le poids des sacs s'apaise quelque peu. Elle n'avait pas en revanche prévu que la porte s'ouvre. Ses sacs tombèrent, et elle exécuta un saut périlleux arrière pour ne pas tomber... Mais ne croyait pas que le sol était aussi bas, elle finit tout de même par terre, assise sur ses pieds. Elle fronça doucement les sourcils.

- ... Zut.

Rose remit les sangles de sacoches sur ses épaules, se releva doucement, avant de se diriger vers la fameuse porte. Elle s'appuya nonchalament dessus de manière à ne pas trop porter les sacoches, mais également de façon à bloquer la porte en position ouverte. Elle ne tombera pas. Plus.

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Minh Lê
Chef du clan Haiko * Minhable 8D
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/01/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Canna Kaonai

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Jeu 2 Mai 2013 - 22:36

Minh regarda discrètement dans le ciel, avant de voir qu’il allait être la cible de la gentille invocation de ladite Rose, qui voyait en lui surement un psychopathe tueur de filles, ou quelque chose du genre. Heureusement que la fille en question le sauva de quelques jours douloureux en intimant du regard l’oiseau à ne rien faire, ce qui l’impressionna d’ailleurs. Il n’avait pas vraiment l’habitude de se faire respecter par sa propre invocation.

Pour mieux faire valoir son regard, elle sorti un boomerang très fin, d’une matière qui ressemblait à du métal blanc, tout en continuant de le regarder d’une telle manière que Minh se rassura de ne pas en avoir été l’objet.

Ce qu’elle avait fait a eu l’air d’être efficace, car le gros oiseau en sable se posa à coté d’elle docilement. En même temps, l’air ambiant qui s’était alourdit légèrement semblait s’être bien plus adoucit, mais il ne pensa pas que cela soit lié avec Rose. Elle refit encore le même manège en notant quelques phrases dans son carnet-à-parole, avant de le lui montrer.

Cette fille écrivait d’une écriture toute en fines boucles ; Minh avait bien lut un ouvrage sur la psychologie avec les écritures, mais il ne l’avait lpus en mémoire. C’était bien dommage d’ailleurs.

« Minh... Enchantée de vous rencontrer... Et, ne vous en déplaise, la fleur n'arrive pas à tutoyer qui que ce soit... Sauf cet idiot d'aigle, mais cela est bien parce qu'il est idiot...

Quant à votre proposition, je répondrais par... Pourquoi pas... ? Et, effectivement, il voudrait mieux que je range mes sacs qui risquent de m'encombrer...
»

Il hocha la tête en signe de compréhension, un léger sourire passager collé sur le visage. Rose se tourna vers ce qui était son invocation – au final avec les gens de ce lycée, on était jamais sûr si ce qui semblait maintenant normal l’était vraiment ou pas, alors une fille avec un oiseau géant apprivoisé ne serait pas la dernière des inventions excentriques d’un étudiant en mal de reconnaissance – et le regarda, toujours aussi neutre, avant de lui caresser la tête. Minh n’y lettrait jamais les doigts, trop peur de les voir terminer en charpie. Et il avait surement raison.

La jeune fille, plutôt à l’aise, pris les devants en prenant la marche devant Minh, sensiblement sans savoir où elle allait, mais en y allant quand même. C’était un peu étrange comme démarche, mais il emboîta ses pas sans se poser plus de question.

Peu après elle indiqua une porte, qui semblait être l’une de celles qui reliaient la cours aux couloirs, qui menaient eux-mêmes aux différentes parties du lycée. Il suffisait de savoir lesquelles et le tour était joué... Mh mais à laquelle de ces parties ce couloir faisait référence, au juste ?

Le temps qu’il chercha le pourquoi du « non mais quel architecte stupide à eu cette idée de génie de mettre des couloirs partout et qui se ressemblent tous que je l’assassine ? », la frêle Rose, qui portait de manière nonchalante pas moins de 9 sacoches sur le dos –Non mais Minh, qu’attend tu pour l’aider voyons- s’adossa sur la porte afin de se soulager de ces poids, un peu.

Mauvaise idée. Mais il n’eut pas le temps de la prévenir, la porte dans une envie trollesque surement, s’ouvrit avant, laissant passer un membre d’un autre clan dont il ne se souvenait même plus. Sa tête ne lui revenait pas d’ailleurs.

Rose en fit tomber ses sacs, mais ce qui étonna Minh ce fut plus son saut périlleux arrière qu’elle effectua pour se rattraper, de manière tout à fait naturelle et spontanée. Bon, tout ne pouvait pas être parfait dans la vie, et elle se rattrapa tant bien que mal en terminant en position assise, sur ses pieds. Minh se demandait comment ils avaient réussis à ne pas se tordre.

Elle fronça un peu les sourcils, et cela le fit sourire, dans le feu de l’action, avant qu’il ne s’avance vers elle pour l’aider. Mais il s’arrêta lorsqu’elle sorti ce simple mot.


- ... Zut.


Cette fille parle, donc.

Cela le choqua passablement, mais assez pour qu’elle soit plus rapide que lui en se relevant, en reprenant ses sacoches, et en s’installant de nouveau sur la porte, ouverte cette fois là. Bon. Si ses souvenirs étaient bons, les dortoirs étaient à gauche, droite, puis droite, puis on prenait les escaliers, puis à gauche, et c’était la troisième porte. Ou c’était les cuisines ça... ... Mh...

Il décida de se fier à ses premières impressions, et décidant au passage d’agir, il regarda fixement ladite Rose, avant de prendre les devant en lui proposant de prendre ses sacs.


« Je ne vais pas te laisser porter ça plus longtemps... »

Bon il ne demanda pas vraiment son avis, en lui prenant toutes ces sacoches qui n’étaient pas bien pratiques. Il les répartit sur ses deux épaules.

« Bon, cette fois ci je préfère aller devant puisque le chemin est un peu long et... Tortueux. L’architecte était surement très inspiré à nous faire beaucoup de marche je pense. »

Il s’avança et l’invita à poursuivre, de bonne humeur et bien décidé à arriver à bon port cette fois ci. Pourtant il avait bonne mémoire tout de même, mais aujourd’hui cette mémoire avait décidée de s’en aller prendre des vacances. Dans les moments les plus critiques. Evidemment.


~ ~ ~ ~

-->   (눈‸눈)/(ಠ_ಠ)   <--
Revenir en haut Aller en bas
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : Juste derrière vous, mon chaton...

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Dim 9 Juin 2013 - 0:26

Rose remit les sacoches sur ses épaules, s'adossant contre la porte, veillant à ce qu'elle se bloque en position ouverte. Elle tourna alors sa tête vers Sable qui s'approchait en marchant, fais rarissime, sur ses deux pattes, fait encore plus rarissime. Il scrutait avec des yeux sombres Minh, si bien que la fleur se retourna pour voir que Minh la fixait, ou plus exactement, fixait ses sacoches. Sable s'empressa d'avancer plus vite, lorsqu'il se figea dès que Minh prit la parole, ce qui fit sourire doucement notre mystérieuse Enigme.

- « Je ne vais pas te laisser porter ça plus longtemps... »

Sable ne vit que les mains s'approcher de Rose et poussa un cri strident qui fit sursauter la jeune fille alors que Minh posait déjà ses lourdes sacoches sur ses épaules en les répartissant comme il le pouvait. La jeune silencieuse observa Sable se jeter littéralement sur lui en la faisant basculer en arrière, elle tomba au passage au sol sous une masse rocheuse en soupirant inaudiblement.

Tu n'as rien, il ne t'a pas fait mal, il ne t'a pas brûlé... ? Ah... je t'avais dit d'être plus méfiante, bon sang...

Elle leva les yeux au ciel. Cet animal s'inquiétait toujours quand il ne fallait pas s'inquiéter... Elle regarda durement et fixement son invocation, qui finit par avoir la bonté de la laisser se relever. Rose dut le fusiller du regard pour que Sable se tienne correctement. Elle ne comprenait réellement plus les réactions de ce corps rocheux, il était excessivement protecteur envers elle, mais tout de même pas au point de lui demander si elle n'avait pas mal à cause d'un autre alors que c'était lui qui lui faisait mal... La voix de Minh vint interrompre ses pensées, et elle répondit par un sourire à la prise de parole du Chef Enflammé.

« Bon, cette fois ci je préfère aller devant puisque le chemin est un peu long et... Tortueux. L’architecte était surement très inspiré à nous faire beaucoup de marche je pense. »

Un véritable labyrinthe, donc... Rose le suivit sans broncher, et, sans s'en rendre compte, prit le devant de la marche. Elle tourna à droite, à droite, à gauche, monta un escalier... Qu'elle n'aurait sans doute pas dû monter. En effet, elle glissa sur une marche et tomba raide en bas sur le dos... sur son invocation. Les ailes de son invocation, qui eurent le temps de stopper sa descente folle. La silencieuse se gratta doucement le front, tout en massant sa colonne vertébrale. Sable avait certes ralenti sa chute, mais pas stoppé sa chute. Ce fut dès lors que l'invocation décida de mettre son grain de sel.

Tu vois... C'est même lui qui tente de t'assassiner en te faisant tomber de l'escalier et...

Rose soupira longuement et gifla son invocation, geste dont le sang sur sa main témoignait du corps rocheux et bizarroîde de Sable. Elle fixa longuement son invocation, avant de lui dire, par pensée s'entend.

Idiot, Sable... Minh n'a rien fait.. Quand vas-tu cesser de confondre prudence et méfiance, où est donc passer la sagesse incarnée en le Sable que je connais... ? Cesses donc tes jérémiades vaines et inutiles s'il te plaît. Cela suffit.

Déjà la silencieuse remontait vers Minh, et, ne souhaitant pas expliquer ce qu'il venait de se passer, elle ne fit qu'hocher légèrement la tête en signe d'excuse. Puis, elle monta entièrement l'escalier et pencha sa tête sur le côté. Il y avait le dortoir des Tochis, mais... à quoi donc ressemblait l'intérieur d'un dorttoir, où sera-t-elle donc... ? Elle redescendit vers Minh et pointa de son index la porte qui était censée ouvrir sur le salon commun des Tochis.

" Et bien, voici déjà les Dortoirs, chaton ~ Cette fois-ci c'est moi qui vous suivrait... Pour peu que Sable décide de se tenir tranquille.. "

Elle tendit son calepin à Minh après avoir jeté un regard lourd de sens à son invocation, qui venait de lancer la Pluie de Roches sur Minh. La silencieuse fit apparaître son épée et lança à son tour une immense barrière de roches et se retourna vers son guide, comme pour lui dire qu'ils pouvaient y aller. Le visage inexpresif de Rose rendait les scènes d'avant encore plus effrayantes, tant rien ne l'atteignait.

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Minh Lê
Chef du clan Haiko * Minhable 8D
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/01/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Canna Kaonai

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Jeu 27 Juin 2013 - 21:47

Lorsque Minh voulu dans un geste malencontreux prendre les sacoches de Rose, surement pour remplir sa BA-bonne action de la journée, la chose monstrueuse qui servait d’invocation poussa un cri de peur. Minh n’avait pourtant pas une tronche de terroriste... SI ?

Il termina de répartir les sacoches mais un obstacle plumeux le lui en empêcha, lui sautant littéralement dessus et le fit basculer en arrière, et fit tomber Rose en même temps. Au moins ça rassurait Minh ; son invocation était peut être classe, mais elle n’en restait pas moins surement aussi stupide que la sienne. La fille silencieuse observa ladite invocation d’un air de « continue et tu ne va pas comprendre ce qui va t’arriver » et termina par se relever. Minh fit de même et remit ces pauvres et lourdes –très lourdes- sacoches en place, et continua.


« Bon, cette fois ci je préfère aller devant puisque le chemin est un peu long et... Tortueux. L’architecte était surement très inspiré à nous faire beaucoup de marche je pense. »

Rose termina par le suivre, toujours aussi silencieuse. Un silence non pas tellement pesant mais long et dérangeant, car Minh ne savait pas trop où se mettre. Ce n’était pas très causant, une muette-pas-muette. Elle finit par reprendre le devant de la marche, surement par habitude d’être leader, ou quelque chose du genre (non mais Minh ctait un leader aussi ho). Minh trouva amusant de la suivre, puisqu’au final il ne savait pas où menaient ces dédales, parce qu’il ne passait jamais par là. Quelques virages à gauche, à droite puis un escalier plus tard, ils terminèrent, non sans quelques péripéties annexes, à savoir la chute de Rose, rattrapée in extremis par son invocation. Invocation qu’elle fixa d’un air désapprobateur. Qu’avait-il donc encore fait, lui ? Mais alors qu’il la regardait du style « ça va, qué passa ? », elle ne fit que remonter les marches, et hocha la tête d’une manière presque imperceptible pour le signifier qu’elle ne dirait rien, mais qu’elle s’excusait. S’excusait de tomber ? Bien la première fois qu’on la lui faisait, tient.

Après avoir entièrement grimpé l’escalier interminable, Rose s’arrêta devant une porte, celle de la salle commune aux Tochis apparemment. Elle en pointa la porte de son index, le temps que Minh la rejoigne, et reprit son calepin pour y griffonner encore quelques phrases.


" Et bien, voici déjà les Dortoirs, chaton ~ Cette fois-ci c'est moi qui vous suivrait... Pour peu que Sable décide de se tenir tranquille.. "

Tranquille ? Cette chose flippante avait commencé à tenter de l’assassiner, par une pluie de roches peu avenantes d’ailleurs. Mais par la grâce de Dieu (et de Rose), son invocatrice fit apparaître son épée, et de la point y matérialisa une barrière de roches qui le sauva. Minh n’avait pas réagit, à vrai dire il n’aurait jamais pensé que cette chose puisse passer à l’acte malgré le regard effrayant de Rose, et il se maudit de ça. Ah cte faible, même pas capable de sauver sa propre peau. S’il voulait continuer à vivre ici, il allait devoir faire un peu plus attention, car si même une invocation belliqueuse arrivait à percer son attention, qu’adviendrait-il de lui face à un adversaire plus coriace, et sans garde fou pour le sauver ?

Ladite garde-fou le regarda avec un air inexpressif et flippant au possible, l’invitant à continuer.


« Mh... J’aimerai bien rester vivant à la fin de notre rencontre, si possible... »

Il se frotta la tête, et reprit la marche, bien décidé à tenir tête à l’affreuse chose qui voulait attenter à sa pauvre et maigre vie. Il ouvrit la porte avec précautions, tâchant de ne pas paraître comme un espion ni comme un élève d’un autre clan qui faisait du zèle, car la situation politique de ce clan qui venait de fusionner était plutôt instable. La venue d’une nouvelle chef pourrait changer la donne.

« Je ne sais pas si tu le sais, ou si on t’a mit au courant, mais avant ta venue, il y a une guerre entre deux clans, Mado et Kon. Ils ont terminé par fusionner, mais ce clan est encore instable et désordonné, voir vide puisque beaucoup d’élèves ont déserté leurs rangs. Et ce clan, c’est celui qui t’as été attribué. Je pense que tu réussiras à le remettre à flot, ça me ferait plaisir de voir ce clan reprendre des couleurs... »

Il termina par trouver une porte avec le nom de Rose inscrit dessus, et ouvrit la porte qui n’était pas fermée à clefs.

« Rose Nihrai. C’est ici je suppose ; on devrait te donner bientôt les clefs qui te permettront de mettre en sécurité tes affaires... »

Il posa les sacs au milieu de la pièce, et passa sa main sur son front, tout e s’étirant le dos. Ces sacs étaient vraiment lourds, elle y avait mit des parpaings et comptait construire une maison ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : Juste derrière vous, mon chaton...

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Sam 29 Juin 2013 - 12:41

Après avoir sauvé son guide et soupiré passablement, bien que la Silencieuse soit restée entièrement inexpressive, elle désigna une porte et se désigna, elle, Minh et... Sable avec peine. Gardant son épée à la main, Rose fit disparaître la barrière de roches qui avait empêché le Haiko de recevoir une pluie de rochers sur la caboche.

Elle se mit à griffonner sur son calepin son écriture tout en arabesque, et particulièrement soignée, tandis qu'elle se demandait comme elle pouvait empêcher Sable de recommencer à se montrer comme une source potentielle de nuisance pour le chef des Haikos. Ayant fini d'écrire à sa vitesse habituelle ce qu'elle avait à dire, elle le tendit à Minh.

" Et bien, voici déjà les Dortoirs, chaton ~ Cette fois-ci c'est moi qui vous suivrait... Pour peu que Sable décide de se tenir tranquille.. "

Son idée ayant germé, elle se montra encore plus inexpressive qu'à l'accoutumée. Là, elle se tourna vers Sable, et sans ménagement aucun, l'emprisonna dans une cage de sables mouvants, une de ses techniques préférées, par ailleurs. Il y avait la cage de roches, qui était nettement plus solide et tranchante, mais qui n'avait pas les avantages de la Cage des Sables Mouvants...

 La cage de sables mouvants retenait fermement son prisonnier à l'intérieur, mais aspirait, comme des sables mouvants en somme, n'importe quelles attaques, internes ou externes. Si Rose le désirait, son prisonnier pouvait simplement périr, englouti par les sables mouvants... Maintenant, son invocation allait se tenir tranquille et arrêter de se montrer paranoïaque au possible. Rose écrivit sur son calepin et allait le tendre à Minh, mais celui-ci prit la parole.

« Mh... J’aimerai bien rester vivant à la fin de notre rencontre, si possible... »

Rose regarda ce qu'il y avait écrit sur son calepin, et hésita à le montrer à Minh. Elle opta pour effacer les quelques mots tracés au crayon de papier, pour voir Minh se gratter la tête. Inexpressive au possible, elle fit abstraction de son calepin et décida de faire entendre sa voix une seconde fois. La voix de la jeune fleur était cristalline, un soprano tout à fait magnifique... Si ce n'est qu'elle avait gardé la voix d'une petiote de 4 ou 5 ans. Cela rendait sa voix délicieuse mais pour le moins... Etrange.

- Au..cune inquiétude...
 
Il était certes rare que Rose s'adresse à son interlocuteur, mais cela n'était pas impossible pour autant... Pour deux mots, à la rigueur... Par contre, plus de trois mots, cela, oui, cela était impensable. Sa voix d'enfant paraissait être comme une illusion. Comment pouvait-elle avoir la voix d'un enfant de 5 ans grand maximum, alors qu'elle avait 18 ans... ? Fait totalement incompréhensible.

De son visage toujours aussi inexpressif, Rose suivit Minh sans le dépasser cette fois, alors qu'il ouvrait la porte du Dortoir des Tochis avec la plus grande discrétion. La jeune fille leva son auriculaire, et déplaça la cage de sables mouvants à l'aide de son petit doigt, ne tenant pas à gêner son index. Elle entra à son tour, et sans demander l'avis de Minh, le déchargea des trois sacoches les plus lourdes, tout en les mettant sur ses épaules. Inutile que Minh s'épuise à porter ces choses qui pesaient au moins trois tonnes et quelques centaines kilos. Par ailleurs, l'intéressé prit la parole.

« Je ne sais pas si tu le sais, ou si on t’as mise au courant, mais avant ta venue, il y a une guerre entre deux clans, Mado et Kon. Ils ont terminé par fusionner, mais ce clan est encore instable et désordonné, voire vide puisque beaucoup d’élèves ont déserté leurs rangs. Et ce clan, c’est celui qui t’as été attribué. Je pense que tu réussiras à le remettre à flot, ça me ferait plaisir de voir ce clan reprendre des couleurs... »

Rose pencha imperceptiblement sa tête sur le côté et se mit à écrire de ses naturelles arabesques soignées, alors que Minh cherchait une porte, celle de la chambre de la jeune fille, vraisemblablement. Mais celle-ci n'y fit pas grandemment, préférant continuer d'écrire sa lignée de lettres 'arabesquiales', et s'avança vers Minh alors que celui-ci ouvrit la porte de sa chambre, tout en prenant la parole.

« Rose Nihrai. C’est ici je suppose ; on devrait te donner bientôt les clefs qui te permettront de mettre en sécurité tes affaires... »

La concernée hocha simplement sa tête en signe de compréhension, restant toutefois inexpressive, son visage ne montrait aucune once de compassion ou autre pour un Minh épuisé d'avoir transbahuté plus de dix mille tonnes à travers les couloirs. Rose posa les trois sacs qu'elle avait également et tendit son calepin à Minh. La jeune fille n'avait pas envie de parler ; allez savoir pourquoi c'est ce qu'elle avait fait cinq minutes plus tôt.

" Merci encore de m'avoir aidé pour mes sacoches, vraiment. Même si il n'était pas nécessaire de vous épuiser à la tâche...

Quant à ce que vous m'avez dit, je n'étais pas au courant de tout cela, non. Je savais que la situation des Tochis était particulièrement instable, politiquement parlant également, mais j'ignorais qu'il y avait une histoire de fusion derrière, et je suis heureuse de le savoir... Connaître l'histoire de son clan  n'est pas un détail néagligeable, encore moins en tant que Chef, vous ne croyez pas... ?

Je vous remercie de ce compliment, bien que je doute que les futurs membres apprécieront et mon silence et mon inexpression... Ils devront s'y habituer. Quant aux clefs, j'imagine que je devrais aller les réclamer au Secrétariat, non... ?
"

Rose ne demanda pas pourquoi la chambre était vide, malgré qu'elle en semblait plus grande encore. Elle prit une de ses sacoches les plus lourdes, et en enleva étrangement des boules de sable ressemblant à de la vase... Sables mouvants. Cela ne fit absolument rien aux mains de Rose que poser stratégiquement les boules de sables mouvants contenues dans une seule sacoche, la seule qui était jaune et non marron comme les autres.

Lorsqu'elle eut placé toutes ses magnifiques bouboules sableuses, elle se concentra et celles-ci  grandirent à vue d'oeil. Autre avantage des cages de sables mouvants... ? Elle pouvait leur donner la taille qu'elle désirait. Plus elles étaient petites, plus elles étaient lourdes, c'était seulement le petit détail... Elle enleva toutes ces cages sableuses, sauf celle qui retenait son invocation prisonnière, et la chambre paraissait soudainement nettement plus remplie. Et plus asiatique, aussi. Les murs de la chambre étaient peints un peu à la manière Indonésienne, ce qui relevait la note asiatique de la pièce telle qu'elle était désormais.

Son lit était traditionnel, asiatique s'entend, avec certes la touche indonésienne. Un simple tapis, un matelas par-dessus, avec une couverture. Sa penderie était là, à moitié encastrée dans le mur mais cela n'était nullement dérangeant. Son bureau aussi était là, ainsi que son armoire. Ainsi que de nombreuses planches en bois, que Rose accrocha au mur comme des étagères en grand nombre. Là-dessus allait se trouver toutes sortes de sable, des fioles contenant des huiles essentielles, jus médicinaux, et surtout, une partie de sa bibliothèque.

Il y a avait même une table basse avec quatre coussins de chaque côté. Rose soupira, ces cages de sables mouvants étaient bien utiles mais pompaient vachement d'énergie. Elle n'en resta pas moins inexpression, mais écrivit toute de même sur son calepin une question, d'une écriture encore plus soignée qu'avant, et donc encore plus pourvue d'arabesques. Cela pouvait paraître étrange, même si l'inexpression de Rose actuellement pouvait se révéler être la chose la plus intimidante de ce qui s'était passé. Elle tendit son calepin à Minh.

" Peut-être que je n'en ai rien laissé paraître, mais est-ce normal que cette chambre soit vide à notre arrivée ? "

[ H.R.P : Ne me tapes, mon mari... C'est plus long que prévu, c'te histoire.. u.u J'espère que ça te plaira, néanmoins <3 ]

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Minh Lê
Chef du clan Haiko * Minhable 8D
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/01/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Canna Kaonai

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Mar 23 Juil 2013 - 19:32

 
- Au..cune inquiétude...
 
 C’est une jolie voix très enfantine qui émanait de la bouche de cette jeune fille ; c’est ce que pensait alors Minh à ce moment là ; qui n’avait pas tout de suite capté que c’était bien Rose qui avait parlé et non pas le bruit d’une personne  qui errait dans les couloirs, mais lorsqu’il se rendit compte qu’ils étaient toujours seuls, son cerveau termina par comprendre. Une voix si fluette et douce que si elle se mettait à chanter cela devait donner quelque chose de merveilleux. Il ne s’étonnait pas outre du fait de sa voix très jeune pour son âge, car depuis qu’il était dans ce lycée, il s’était finalement habitué aux choses invraisemblables, et celle-ci était plutôt agréable, pour une fois. Parce que la voix était plaisante, mais aussi parce que cela signifiait qu’elle ne le laisserait pas mourir, du moins pas tout de suite, sous le bec de son énorme et imposante et très flippante invocation. Cette voix là était-elle naturelle ? Minh pesait le pour du contre, et fini sur une pensée indécise, comme à son habitude.
 
Tandis qu’il avançait, un peu perdu dans ses pensées, Rose le suivit, sans toutefois le dépasser cette fois là, peut être par non-envie de se perdre encore une fois, ou une autre catastrophe, ou que sait-il encore. Il arriva devant la porte, qu’il ouvrit en prenant quelques précautions, tandis que Rose leva son petit doigt d’une manière qui faisait rappeler à Minh ces grandes dames qui par préciosité levaient leur auriculaire pour ne pas le salir lorsqu’elles manipulaient de la nourriture, ou n’importe quoi d’autre, même s’il considérait avec plus de sympathie ce geste venant de Rose que par lesdites dames. Elle déplaça ainsi, avec une facilité que Minh considéra déconcertante, la cage de sable qui retenait l’invocation belliqueuse, et entra après lui dans sa chambre, tout en le déchargeant de 3 sacoches, apparemment les plus lourdes, puisqu’il se sentait bien plus léger après, et sans lui demander son avis. Il fit une moue mécontente mais imperceptible, se laissant faire tout de même. Il finit par juger utile de parler à Rose de la situation de son clan, car elle ne devait pas être au courant, puisqu’elle venait à peine d’arriver.
 
« Je ne sais pas si tu le sais, ou si on t’as mise au courant, mais avant ta venue, il y a une guerre entre deux clans, Mado et Kon. Ils ont terminé par fusionner, mais ce clan est encore instable et désordonné, voire vide puisque beaucoup d’élèves ont déserté leurs rangs. Et ce clan, c’est celui qui t’as été attribué. Je pense que tu réussiras à le remettre à flot, ça me ferait plaisir de voir ce clan reprendre des couleurs... »
 
Tandis que Minh continua sa recherche dans les appartements Tochis, Rose se remit à gratter dans son calepin de son écriture soignée et courbée, et s’avança vers lui lorsqu’il ouvrit la porte de ce qui semblait être sa chambre ;
 
« Rose Nihrai. C’est ici je suppose ; on devrait te donner bientôt les clefs qui te permettront de mettre en sécurité tes affaires... »
 
Rose hocha la tête, faisant signe à Minh qu’elle comprenait, même si elle gardait ce visage de marbre qui le dérangeait quelque peu, car cela lui donnait un peu l’impression de causer à une statue. Ils posèrent leurs sacs –Minh fut à peine étonné de voir que Rose ne semblait pas non plus le moins fatiguée du monde, alors que son dos à lui criait de douleur-, et elle termina par lui tendre son calepin couvert d’arabesques plutôt dures à déchiffrer convenablement pour Minh qui avait apprit la langue, bien différente de la sienne, sur le tas au lycée. Elle n’avait sensiblement pas envie de parler encore une fois, et cela le désola un peu, car sa petite voix lui souvenait un peu, de manière lointaine, sa plus petite sœur, une voix légère et pleine d’innocence, chose qui manquait un peu dans se lycée quand même, à voir la tronche de certains clans (Minh ne fait aucune allusion, non.)
 
" Merci encore de m'avoir aidé pour mes sacoches, vraiment. Même si il n'était pas nécessaire de vous épuiser à la tâche...
 
Quant à ce que vous m'avez dit, je n'étais pas au courant de tout cela, non. Je savais que la situation des Tochis était particulièrement instable, politiquement parlant également, mais j'ignorais qu'il y avait une histoire de fusion derrière, et je suis heureuse de le savoir... Connaître l'histoire de son clan  n'est pas un détail négligeable, encore moins en tant que Chef, vous ne croyez pas... ?
 
Je vous remercie de ce compliment, bien que je doute que les futurs membres apprécieront et mon silence et mon inexpression... Ils devront s'y habituer. Quant aux clefs, j'imagine que je devrais aller les réclamer au Secrétariat, non... ? "
 
La chambre était totalement vide, soigneusement nettoyée et rangée, impersonnelle au possible,  et cela n’étonnait pas tellement Minh, qui avait vu la même chose arriver à la chambre de son chef lorsqu’il a du partir à cause de sa subite (et étonnante, voir suspecte) maladie. Le lycée se chargeait d’effacer les traces les plus éloquentes qui se rapportaient à ce genre d’élève dans des cas comme ceux-ci, notamment en commençant par la chambre, comme s’ils avaient quelque chose à cacher à propos de leur disparition généralement soudaine. Au final il ne restait que des souvenirs des élèves les ayant côtoyés, et cela finissait par s’effacer avec le temps.
 
Rose le refit sortir se ses pensées dans lesquelles il avait une sacrée tendance à s’y enfoncer, en ce moment, en faisant sortir du sac mystérieusement jaune, a contrario des autres qui étaient tous bruns, des boules de vase qui ressemblait vaguement à du sable –Minh n’avait donc pas fini de voir des choses étonnantes et plus ou moins étranges ici alors-. Elle les déposa d’une manière qui lui sembla stratégique, même s’il n’en savait strictement rien, et en se concentrant ces boules finirent par grandir... Etonnant ! C’était franchement pratique en fait ces trucs, comparé aux pouvoir de Minh, ça au moins c’était utile ! Une fois ce travail fini avec toutes les billes, la chambre en paraissait plus remplie, un peu plus vivante aussi. D’une certaine manière, cette chambre lui faisait un vague souvenir de ce qu’il avait chez lui, peut être car elle devait venir d’un pays pas si loin du sien. L’ameublement était simple, mais les nombreuses planches de bois fixées aux murs et remplies de choses diverses et variées donnait un ensemble qu’il trouvait assez familier, surement car ça ressemblait au bazar organisé qu’il avait chez lui, au fin fond du Viêt-Nam, en moins luxueux cependant. Il se guida vers les livres, mais la plupart étaient dans une langue qu’il ne connaissait guère, et abandonna l’idée d’en reconnaître un seul. Il ne comprit pas mieux le nom des innombrables fioles, avec tantôt des jus aux couleurs singulières, tantôt des sortes de sable de teintes différentes.
 
Il préféra alors se diriger vers la table basse aux coussins, qui lui semblait être nettement plus accueillante, et ainsi il pourrait caler son pauvre dos qui hurlait sa peine. Il fut surprit de voir Rose soupirer, car déjà habitué à son inexpression, tant faciale qu’auditive. Elle semblait fatiguée de ses tours de magie, qui étaient pratiques, mais cela avait donc un coût. Mais tout de même pas assez fatiguée pour ne plus écrire sur son calepin, qu’elle remplissait d’arabesques, comme à son habitude, quoi qu’encore plus soignée, et encore plus indéchiffrable pour un pauvre Minh coutumier de l’alphabet latin certes, mais emplie de rassurants accents qui d’une certaine manière étaient ses arabesques à lui. Elle fini par lui tendre son carnet, où trônait une seule et unique question.
 
" Peut-être que je n'en ai rien laissé paraître, mais est-ce normal que cette chambre soit vide à notre arrivée ? "
 
Finalement, elle s’était posé la question. C’est vrai qu’elle ne connaissait pas grand-chose ici... Voir rien du tout. Mais même lui n’y connaissait rien, tant l’institution était secrète et ce qui gouvernait le lycée caché sous d’innombrables secrets et autres extravagances.
 
« J’ai vécu la même chose lorsque mon ancien chef a été débarqué subitement à l’hôpital pour une maladie infectieuse et inconnue, foudroyante. Bizarrement. Le lycée s’occupe de vider entièrement les chambres appartenant à ce type de personnes, et de laisser pour seul souvenir ce que nous en gardions, c'est-à-dire seulement des pensées. Au final, avec le temps, ils terminent par être oubliés, et personne ne sais réellement ce qui leur est advenu. Je crois que la chef Kurasu s’entendais bien avec l’ancien chef Kon, qui a mon souvenir devait dormir ici, quoi que ça pourrait être aussi bien celui des Mados, que je n’ai jamais bien connu. »
 
Il avait été assez proche de son chef et sa disparition l’avait bien attristé, de par le caractère mystérieux de ce revirement soudain et par la perte d’un ami. Il avait été assez heureux que l’actuel chef Kaminari s’en soit fait un ami, et que sa perte l’avait aussi touché, car il n’avait pas eu le souvenir que Saya’ ait été beaucoup entouré, lorsqu’il était ici. Soudainement le poids des événements, passés et présent, s’affaissèrent sur ses épaules, et il décida de s’installer sur les coussins, tandis que son regard continuait de se perdre le long des étagères. D’ordinaire il n’allait jamais a la rencontre des nouveaux, que ça soit de son clan ou de ceux des autres, mais aujourd’hui il avait fait une entorse a cette règle qu’i s’était auto imposée, de même à celle de parler avec tant d’aisance à quelqu’un qu’il ne connaissait qu’à peine. Pourtant, avec une personne      aussi inexpressive, ça aurait du couper court à toute forme de conversation... Seulement, la nature humaine est bizarre, aussi, voir même plus que le lycée tout entier, les étudiants avec, et Minh s’était donc prit de sympathie avec cette fille, aussi bizarre et peu avenante soit-elle.
 
« Dit moi, heu, Rose... »
 
C’était marrant à voir, cette manière maladroite de parler non plus de façon assez lointaine, mais d’employer son prénom désormais, une tentative malhabile de se rapprocher de cette fille dont il voulait en partager la sympathie, en somme, être ami. Il n’a jamais été doué pour ça, les gens se contentant de lui répondre lorsqu’il leur adressait la parole, sans jamais vraiment vouloir aller plus loin. Déjà qu’il avait été quelque peu déraciné de chez lui (même si il ne voulait vraiment plus voir ses parents en peinture), il n’était même pas assez excentrique pour attirer, juste un gars normal balancé là dedans à cause d’une légère anomalie venue d’on ne sait où.
 
« Je me demandai, pourquoi te comportes-tu d’une manière aussi... Inexpressive ? Enfin, si c’est trop personnel... »
 
Il laissa sa phrase en suspend, se frottant l’arrière du crâne, peut être par gène. Et continua.
 
« Et aussi, pourquoi rester silencieuse, t’as une jolie voix pourtant. »
 
Voyant qu’avec ce genre de questions gauches il risquait, si ce n’était pas déjà fait, d’instaurer une ambiance de gène plutôt qu’autre chose, il se ravisa.
 
«  Heu, désolé de te poser autant de question en fait, je suis assez maladroit... »
 
Il ne chercha même pas à se rattraper, totalement conscient de sa maladresse dans les relations humaines. Autant la prévenir tout de suite, elle qui semblait aussi concernée de toutes façons. Mais son visage n’était pas tant gêné que ça, il était assez serein. Au pire, elle lui dirait quoi, à part qu’il ne devrait pas poser ce genre de question ? Qu’elle préférait qu’ils en restent là, en tant que chefs ? Minh continuerait sa vie, une amie potentielle en moins, un peu comme d’habitude après tout... Qui pouvait-il compter en ami, d’ailleurs ? Kain, il ne le connaissait pas tellement. Et... C’était tout. Minh était juste un mec pas très sociable, un sans amis. Pas un type extraordinaire. Simplement normal.
 

 

[2000 mots piles, effectivement c'est plus long que prévu cthistoire Cool ]

~ ~ ~ ~

-->   (눈‸눈)/(ಠ_ಠ)   <--
Revenir en haut Aller en bas
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : Juste derrière vous, mon chaton...

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Mar 23 Juil 2013 - 23:29

" Peut-être que je n'en ai rien laissé paraître, mais est-ce normal que cette chambre soit vide à notre arrivée ? "

L'inexpression de Rose semblait déranger son invité, mais celle-ci n'en tint pas rigueur, qu'est-ce à dire qu'elle restait la même ; inexpressive, vide d'émotions et de sentiments. Au final, Minh s'était assis sur les coussins attablés autour de la table basse. Rose préféra continuer à vider ses sacoches et ranger ses effets personnels, n'éprouvant aucune once de fatigue. Elle avait enlevé ses sandales de bois sur le pas de la porte, qu'elle avait par ailleurs fermée. Son bracelet de chevilles faisait plus de bruit qu'avant, les perles s'entrechoquant dans un bruit cristallin unique, avec l'impression que du sable s'écoulait dans chacune des perles-mêmes. C'est en s'attaquant à visser toutes ses planches dans le mur - sur la longueur - qu'elle sentit que l'Haiko s'apprêtait à parler. Elle éteint la visseuse, de façon à ce que le bruit ne la gêne pas, se retourna avec la même inexpression, et l'écouta.

- Dis-moi, heu, Rose...

Elle le fixa de ses yeux vides, et voyant qu'il ne poursuivait pas, finit de visser sa dernière planche, puis vérifia que le tout tenait bien. Elle regarda son travail. Deux murs, qui formaient un parfait angle, avaient désormais chacun trois étages de planches. L'angle en possédait six. Tous ses livres tenaient dans le premier et le troisième étage des deux murs, qu'elle rangeait souplemment et avec vitesse. Mais une vitesse qui n'était pas précipitation. Une fois ses livres rangés, elle s'attaqua à tous ses bocaux, qui eux tenaient dans le deuxième étage, des deux murs également. Quant aux planches de l'angle - qui formaient elles-mêmes un angle droit -, elles supportaient le poids d'une grande partie de ses fioles aux couleurs étranges. Exactement à l'opposée, elle avait son placard - en angle également - à médecine. C'est en se dirigeant vers lui que Minh reprit la parole.

- Je me demandais, pourquoi te comportes-tu d’une manière aussi... Inexpressive ? Enfin, si c’est trop personnel...

La jeune fleur le fixa un instant, de son visage inexpressif, à un tel point que l'on pouvait se demander si elle avait soupiré tantôt, ou si la voix qui s'était entendue quelques instants auparavent était bien la sienne. Pour être personnel... C'était bel et bien personnel. Et si elle commençait à s'expliquer, elle en aurait pour beaucoup de temps. Mais cela était hors de question. Le jeune Haiko l'avait certes aidé, mais il était bien loin d'avoir suffisamment de confiance de Rose pour qu'elle puisse divulguer pareil secret sur son passé. Ses cinq ans... C'est dans une inexpression qui devint brusquemment impénétrable qu'elle enleva tous les bocaux de son placard en anle, pour aller les mettre sur la deuxième étagère. Le Chef de Feu reprit de nouveau la parole, alors qu'elle était en train de placer le dernier bocal.

- Et aussi, pourquoi rester silencieuse, t’as une jolie voix pourtant.

Rose semblait ignorer de son inexpression complète ce que disait Minh. Elle restait inexpressive, cela était un fait, mais elle prêtait une certaine attention à ce qu'il disait. Bien que son inexpression semblait si profonde qu'elle démontrait le contraire. Elle amena une sacoche près de son placard en angle, et finalement, alla vers la table basse. Elle s'arrêta devant un coussin, et avec souplesse et agilité, s'assit en seiza. Son geste montrait qu'elle était habituée à ce genre de choses. L'homme du Feu semblait avoir instauré une atmosphère de gêne, mais il n'y avait que lui qui éprouvait une quelconque forme de gêne. Rose était quant à elle inexpressive au possible ; même en son for intérieur, elle n'était nullement gênée, ce genre de situation était loin d'être une découverte. Au final, Minh revint sur ses propres paroles.

- Heu, désolé de te poser autant de questions. En fait, je suis assez maladroit...

Maladroit... ? Les yeux de Rose se firent étranges. La couleur sable était plus lumineuse, moins ombragée. Et on aurait dit que ses yeux donnaient un spectacle de tempête de sable immobile... Sur fond de couleur sable ( iris ) et sur fond noir ( pupille ). Chose qui pouvait sembler troublante, mais ce changement ne signifiait qu'une chose ; elle commençait à apprécier le chef des Haikos. Le bocal du milieu de la rangée du mur où se trouvait la porte - soit celui derrière eux - était ouvert, et Rose en profita. Elle amena le sable blanc, en faisant bouger sa main, sur la table. Là, elle se servit de son pouvoir pour communiquer. Le sable formé sur la table se déplaça silencieusement pour former la même écriture de Rose, face à Minh bien entendu. Elle poursuivit cela, et laissa trois points de suspension à la fin.

" Voilà bien des questions, très cher...

Disons que je ne parle que pour dire des choses qui ont besoin d'être dites à l'oral pour que les mots aient l'impact voulu ; or, cela ne m'arrive que très rarement de me retrouver dans des situations où la parole doit intervenir. A cela, ajoutez le fait que je n'aime pas tellement parler. Depuis la seconde même où j'ai appris à écrire, cela est devenu mon seul mode de communication. Mais il y a autre chose...

Mon inexpression quant à elle vient du fait où je n'aurais apparemment jamais éprouvé le moindre sentiment, la moindre sensation ; et me considérer solitaire serait une erreur. J'ai des moments de solitude comme tout le monde, mais j'ai aussi des moments dans lesquels je suis accompagnée. Malgré mon inexpression, couplée à mon silence, je sais apprécier la présence du personne à sa juste valeur. Votre présence également, très cher. Cela dit...

... Mon inexpression et mon silence font autant parti intégrants de mon être que la maladresse ne semble l'être avec vous, Minh Lê...

... Les raisons " profondes " qui ont ancrées en moi inexpression et silence sont malheureusement trop...
"

La voix de la jeune fille prit la relève, cristalline et mélodieusement chantante, ce même soprano magnifique et cette voix merveilleusement enfantine. L'inexpression de Rose rendait sa voix plus improbable encore. Ce fut dans cet état d'esprit que la jeune fleur souffla, telle une brise mélodieuse et insaisissable, une brise qui respectait merveilleusement sa voix étrange.

- ... Personnel...

Sans qu'elle ne le veuille, ce simple mot la fit plonger dans ses souvenirs. Son inexpression en restait inchangée ; mais ses yeux - qui avait, dans le cas présent, un nom - " tempête de la fin d'une indifférence totale sur une inexpression qui reste toutefois inchangée " virèrent brusquement à un rouge vif et écarlate, tel le rouge du sang qui coulait d'une plaie venant à peine d'être ouverte. Cette couleur était celle des souvenirs de Rose. En effet, ses yeux étaient la seule chose qui pouvait être expressifs ; pour peu qu'on connaisse la signification des couleurs et des différentes teintes et même des différentes nuances. En somme... Un casse-tête ambulant. Et de quoi se rappelait la Cheffe des Tochis ? De cet épisode qui avait à jamais changé sa vie. Lors de ses cinq ans. Inexpression inchangée, la jeune fleur aurait pu se réjouir du fait que Minh était un Haiko et non un Kaminari.

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*

Vous savez ce qu'il se passe lorsque vous ressentez le néant, et qu'une douleur absolue ne vous lance plus la poitrine ? Vous savez ce qu'il en est de votre vie ? Elle est achevée, tout bêtement. Et pourtant, pas Rose. Lorsqu'elle avait cinq ans, elle avait appris la vérité. Et c'est dès lors qu'elle avait prise elle-même la décision de ne plus adresser la parole à qui que ce soit, ou du moins, à prendre la parole que lorsqu'elle l'estimait nécessaire, chose étonnamment rare.

Que lorsqu'elle venait d'avoir cinq ans, il y avait eu un assassinat au Palais de Yogyakarta, la petite héritère, Rose, avait trouvé la mort. Son grand frère était absent, il était en voyage, scolaire évidemment, et le père réglait des détails administratifs. Quant à la mère... ? Occupée dans ses appartements d'une importante affaire. Un meurtre parfait, diriez-vous... ? Seulement si des domestiques n'étaient pas dans les parages à ce moment-là, ce qui n'a pas empêché le meurtrier de filer.

Rose venait de découvrir l'étrange pouvoir qu'elle avait sur les rochers, ce qui n'avait apparemment pas été mené dans les conditions les plus.. discrètes. Ou alors cette personne en voulait à la famille ou à la très jeune fleur pour une raison incconue. Toujours est-il que dans la cour intérieure du palais, on l'avait poignardée à la poitrine. Comment avait-elle pu être toujours en vie trois jours plus tard ? Disons que les inconnus se trouvent au bout des couloirs.

Et c'est l'un d'entre eux, qui cherchait asile un peu plus tard dans la soirée, et qui découvrit la cacaphonie. Dans la panique, le Roi et la Reine lui avait demandé de faire quelque chose, étant donné qu'il en semblait capable. De faire venir quelqu'un d'entre les morts.. ? Et bien oui, il semblerait que ce type de personnes existent bel et bien. Toujours est-il que la résurrection de Rose dura deux jours.

Lorsqu'elle fut ressucitée, elle avait les yeux de toutes les couleurs possibles. Oui, les yeux. Pas que la pupille ou l'iris ou le reste de l'oeil ; l'intégralité de l'oeil était de toutes les couleurs possibles et inimaginables, avec toutes les teintes. De plus, un autre tatouage s'était ajouté à la collection de Rose sur son corps.

Elle possédait déjà celui qui montrait qu'elle était l'Héritière. Une étoile cardinale à douze branche, dont le centre de l'étoile était une fleur couleur sable en corolle. Les traits de l'étoile étaient dorés, et l'intérieur de l'étoile était un jaune plein de vie magnifique à la gauche des branches - ou en haut selon leur position -, contrastant avec un marron beige, légèrement foncé à la droite des branches - ou en bas selon leur position -, et le tatouage n'était pas achevé. Ce dessin gravé sur sa peau prenait la moitié, centrale, de son dos. En fond, un aigle au corps rocheux et aux ailes de sable, toutes ailes déployées, tête vers le ciel, prenait tout le dos de Rose, du coccyx à sa première cervicale, le bout des ailes finissant sur les épaules de Rose, sur le dessus des épaules. Ce tatouage est scrupuleusement caché par sa robe.

Et lors de cet évenement surréaliste, en plus de ses yeux, Rose avait hérité d'un autre tatouage, sur son ventre. Contrairement à sa "marque royale dorsale", à laquelle elle pouvait donner une explication, elle ne pouvait donner absolument aucune une explication à sa "marque magique ventrale". Il s'agissait d'un sablier, situé sur son nombril, "entouré" d'arabesques qui pouvaient changer de couleur. Arabesques qui étaient habituellement couleur sable. Et le sablier en leur centre possédait bel et bien le dessin minutieux de grains de sable. En réalité,il y avait un deuxième sablier qui était comme une image de fond, à la limite de flouter, comme si on avait opéré un zoom. Et les arabesques entouraient le petit sablier. Au milieu du petit sablier, il y avait une étoile cardinale à douze branches, qui changeaient de couleur tout comme les arabesques et ces dernières partaient de ladite petite étoile cardinale à douze branches.

L'inconnu avait écrit en détail les explications de ce tatouage, Rose ne sut jamais qui il était. Les explications faisaient au bas mot dix pages, et dès lors qu'elles furent correctement rédigées, l'inconnu avait disparu de la circulation. En lui léguant l'actuel collier de 33 perles que Rose ne quittait jamais, qui semblait avoir un rapport avec cette "marque magique ventrale", et en lui spécifiant bien que ses dix-huit ans dureraient toujours, à cause de la manière dont l'héritière avait été réssucitée. Mais c'est à partir de ce jour qu'elle était inexpressive et silencieuse au possible. Elle avait connu la mort. En était revenue inexplicablement, mais avait connu la mort. C'est depuis ce jour que Rose se voua corps et âme à la littérature.

Deux semaines plus tard, un peu avant la rentrée des classes du mois d'aout ( un mois de grandes vacances en Indonésie ), les yeux de Rose se stabilisèrent de nouveau dans la couleur sable. Il fallut quelques années pour en arriver à constater qu'ils changeaient de couleur en fonction de son humeur, parfois même de l'humeur qu'elle souhaitait que son interlocuteur pense qu'elle ait. Tant de choses en ce 27 juillet des cinq années de Rose...


*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*

Les yeux de Rose redevinrent dans leur mode - et leur couleur - de la " tempête de la fin d'une indifférence totale sur une inexpression qui reste toutefois inchangée ", et elle se leva pour aller ranger son placard de médecine, qui disposait lui de neuf étages largemment espacés. La jeune fleur mit sur le placard - en lançant les objets, sachant qu'il était trop haut - une trousse de premiers secours, ainsi que toutes sortes de médicaments et de bandages divers et variés. L'intérieur du placard contenait des herbes médicinales en tous genres, des échantillons de plusieurs champignons connus ou inconnus, communs à très rares, et des échantillons de plantes diverses et variées ; de végétaux en général en somme.

Rose prit le soin de ranger ensuite toutes ses affaires, communiquant avec Minh au moyen du sable blanc, disposé sur la table basse, qu'elle pouvait manier. Ils discutaient de sujets divers, mais différents. Rose posait des questions sur les clans et leurs histoires, comparait avec le Clan des Tochis, en bref, une discussion normale qu'aurait tout élève nouveau de Seikoku. Si ce n'est que Rose, d'une ne parlait pas, et deux était inexpressive au possible, à un tel point que se demander si elle n'avait pas déjà éprouvé la moindre émotion devenait ridicule - non, jamais elle n'a éprouvé quoi que ce soit - et stupide.

Après avoir fini de ranger ses vêtements et autres effets... personnels, justement, Rose s'attarda sur une sacoche, contenant vraisemblablement des tenues très particulières. Au nombre de cinq, exactement. Prenons-les dans l'ordre indiqué par Rose, soit par ordre de sortie de la sacoche.

La première tenue, royale, était une tenue qui se portait lors des cérémonies importantes. C'est une tenue faite en soie. Le sarung, tissu qui fait office de " jupe longue strecht " entourant les jambes de telle façons à ce que leurs mouvements en étaient restreints, était noir, avec des motifs rouge, des sortes de lignes créant des dessins divers et variés. Le haut quant à lui se rangeait dans le sarung, et était rouge aux lignes noires, à manches très longues, dont le bout pouvait facilemment tomber au sol. Les accessoires, faits d'argents, étaient dignes d'une royauté infaillible et abolsument splendides. Il y avait une écharpe, que l'on attachait à la taille, dont on ne pouvait dire si le fond était rouge ou noir.

Soigneusement plié, Rose déposa la première tenue dans le placard, avec une attention toute particulière. La deuxième tenue était identique à la première, si ce n'est au niveau des couleurs, qui étaient le doré et un marron assez clair et somptueux. Cette tenue disposait d'un éventail large et grand, blanc aux lignes rouges, lignes dessinant un paysage somptueux. L'éventail était déployé. Comme pour la première fois, Rose rangea cette tenue avec un soin démesuré. C'était incroyable de voir l'attention et le coeur qu'elle mettait à manier, déplacer avec le soin, le moindre morceau de la tenue. La deuxième tenue servait pour les rencontres diplomatiques ou autres, mais des rencontres officielles ou des réunions de famille.

La troisième tenue était un kimono aux nombreux tissus, qui ressemblait fortemment aux kimonos traditionnels japonais que portaient les geishas, si ce n'est que les motifs étaient différents. Les motifs étaient des motifs indonésiens, et là siégeait toute la différence. Dans des couleurs blanches et noires, aux nombreux motifs dorés ( sur blanc ) et argentés ( sur noir ), la tenue était magnifiques. Les accessoires associés étaient là en nombre, ou plus exactement... Les armes associés. Les seules accessoires étaient des foulards vaporeux, que l'on nouait certainement autour de la taille après avoir noué ces morceaux de tissus-là sur le kimono. Cette tenue... était la tenue de combat de Rose. Et la tenue dans laquelle elle avait gagné depuis l'âge de 12 ans le Championnat International d'Arts Martiaux. Après 6 années, elle n'était pas descendue de grade.

La quatrième tenue était la tenue des danseuses javanaises. Bleue, une robe élégante aux nombreux ornements, le chapeau qui ne faisait en réalité que serrer la tête sans couvrir la base du cuir chevelu, était orné de plumes de paons splendides. Un grand foulard, pouvant faire office d'ailes, était lui aussi fait de plumes de paons. Qui étaient plus dorées que la normale, mais pas moins magnifiques. Les autres accessoires étaient dorés. Comme les précédentes, Rose rangea ses tenues dans son armoire, dans le quatrième tiroir spécial d'une sorte de coffret - grand, le coffret - disposé au beau milieu de sa penderie.

La cinquième tenue était une tenue magnifique, dans de la soie batik turquoise, d'un turquoise assez éclatant, mais la tenue était plus sobre que les autres, mais n'en était pas moins magnifique ; pour Rose, c'était la plus belle. L'une des nombreuses raisons était parce qu'elle était sobre, et ce point-ci n'était pas dans les premiers, mais dans les derniers par ailleurs. Pendant qu'elle rangeait la cinquième tenue, elle expliqua à Minh, au moyen de son sable blanc, la fonction de chacune de ces tenues et leurs utilités. La dernière tenue, qui était la tenue officielle de Rose pour les festivités, rappelait à la jeune fleur bien des souvenirs.

Les lettres de sable blanc maniées par la jeune Cheffe changèrent pour finalement demander ce que Minh désirait boire et manger. Puis, Rose ramena tout le sable blanc utilisé dans son bocal, et le referma. Quelques instants plus tard, après avoir préparé de l'eau chaude, elle revint s'asseoir en seiza près de la table basse, plus inexpressive que jamais, et posa sa théière sur le coin de la table prévu à cet effet. Elle posa au milieu quelques biscuits et fruits - qui dieu merci avaient bien supporté leur voyage - entre les deux protagonistes, et posa une carafe d'eau froide près du panier à... biscuits et fruits ?, panier à sucrerie - que le sucre soit bon, moins bon, ou peu recommendable - dira-t-on.

Aucune des réactions de Minh n'avait échappé à Rose, bien que celle-ci avait été d'une indifférence totale face à cela. Ses yeux étaient redevenus dans leur naturelle couleur sable, fixaient le jeune homme face à elle. Au final, Rose pouvait peut-être consentir à une conversation orale, mais qui allait se révéler très restreinte pour Rose. De la même voix qu'avant, cristalline mélodieuse, voix d'enfant de cinq ans, un soprano magnifique, elle finit par poser une question orale.

- D'où... Ve..nez...vous... ?

[ H.R.P : Wazaaaa... Je me suis laissée emporter par mon imagination, la vache XD Je précise, la description des tenues n'est pas si anondine que cela ^^ C'est une réponse implicite à la question du " silence ".. En gros, elle essaie de te faire comprendre que " dans la royauté, il faut savoir rester à sa place ; le silence est de mise ", tout en essayant de te faire comprendre que là n'est que la dernière raison de son comportement silencieux. Cette histoire se complique, dites-donc... Ah, je n'ai fait que 3124 mots, ce n'est pas si grave, c'est pas beaucoup, n'est-ce pas ? ^^ *out* ... I hope you enjoy reading and answering, my beloved husband Cool]

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Minh Lê
Chef du clan Haiko * Minhable 8D
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/01/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Canna Kaonai

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Ven 30 Aoû 2013 - 20:56

"- Heu, désolé de te poser autant de questions. En fait, je suis assez maladroit... "

Lorsqu’il termina sa phrase, les yeux de son interlocutrice se firent... Assez curieux ; ses yeux ombragés au début devinrent plus lumineux. Un peu plus hypnotisant aussi, assez intéressant pour qu’on s’y penche. Un morceau de désert au fond de sa pupille, un voyage intérieur ; mouvementé, dans le noir de son iris. C’était curieux mais beau à voir, et si Minh ne savait pas prendre la figure d’un homme normal et peu impressionnable, il aurait eu l’air d’un idiot à l’observer. Malheureusement, il ne comprenait pas vraiment ce que cela pouvait bien signifier sur le visage de Rose qui ne changeait jamais d’expression. Le fait d’avoir dit maladroit l’avait tant interloquée ? S’il avait été un Kaminari... Il ne serait pas en train de s’arracher les cheveux mentalement afin de comprendre Rose, la fille la plus compliquée à comprendre que la terre n’eu jamais porté (à ses yeux). Dans son pays, les gens étaient directs et souriant, lui-même passait pour l’inexpressif de service. Ici, les rôles s’inversaient, et ça n’était pas vraiment pour lui plaire, il aimait quand même bien savoir un peu ce que les gens pouvaient bien penser lorsqu’il s’adressait à eux. Mais tout ce silence la rendait mystérieuse. Et attendrissante aussi, mais ça c’était plutôt le cerveau Minhiesque qui partait dans tout et n’importe quoi qu’une constatation objective. Au moins, les quelques mots qu’elle lui avait dit n’en était que plus appréciables, et par leur rareté ils en devenaient importants. Et puis, sa voix était très agréable, très douce, très... Eh, il repartait encore dans ses délires.

Il la regarda prendre du sable blanc d’un bocal situé en amont à l’aide de son pouvoir, et le fit mouvoir pour qu’il prenne des formes de lettres, afin de communiquer par écrit, comme à son habitude, même si cette fois, ça prenait une forme un peu plus extravagante. A son image, peut être. Le sable blanc ondulait et réussissait en courbes aussi fines qu’il pouvait le faire à reproduire l’écriture de Rose sur la table, et, fait notable, tout aussi silencieusement qu’elle. Et autre fait notable, c’était en face de Minh.


" Voilà bien des questions, très cher...

Disons que je ne parle que pour dire des choses qui ont besoin d'être dites à l'oral pour que les mots aient l'impact voulu ; or, cela ne m'arrive que très rarement de me retrouver dans des situations où la parole doit intervenir. A cela, ajoutez le fait que je n'aime pas tellement parler. Depuis la seconde même où j'ai appris à écrire, cela est devenu mon seul mode de communication. Mais il y a autre chose...

Mon inexpression quant à elle vient du fait où je n'aurais apparemment jamais éprouvé le moindre sentiment, la moindre sensation ; et me considérer solitaire serait une erreur. J'ai des moments de solitude comme tout le monde, mais j'ai aussi des moments dans lesquels je suis accompagnée. Malgré mon inexpression, couplée à mon silence, je sais apprécier la présence du personne à sa juste valeur. Votre présence également, très cher. Cela dit...

... Mon inexpression et mon silence font autant parti intégrants de mon être que la maladresse ne semble l'être avec vous, Minh Lê...

... Les raisons " profondes " qui ont ancrées en moi inexpression et silence sont malheureusement trop...
"



Lorsqu’il termina de lire cette tirade, la voix de Rose prit la relève.


«  ... Personnelles... »

Une voix aussi douce et claire, mélodieuse, lancée dans un souffle évasif ... Cette voix, s’il devait essayer de la décrire en quelques mots (qui existent dans le dico), était chantante, cristalline et saisissante. Elle avait vraiment une voix merveilleuse, et il se dit qu’il aimerait bien continuer à l’écouter indéfiniment. Malheureusement, vu la fréquence de ses paroles, il ne l’entendrait vraiment, mais alors vraiment pas souvent (même si en quelques temps, ça faisait deux ou trois fois tout de même), au même titre qu’une étoile filante passant furtivement dans le ciel. C’était la meilleure comparaison qu’il ait trouvée.

Il ne réfléchit pas tout de suite à ce qu’il venait de lire, plutôt occupé à regarder les yeux étranges de Rose changer de couleur, seule chose qui changeait sur ce visage ; un rouge vif, une couleur qu’il pouvait apprécier si elle ne lui faisait pas référence, à l’instant présent, à du  sang qui coule. Il se demanda si elle allait bien, semblant plongée dans l’abîme de ses pensées (et lui dans l’abîme de ses yeux, mais passons) ; elles ne semblaient pas heureuses, non. Il se demandait si lire dans lesdites pensées aurait arrangé quelque chose, mais il était assez partagé, car il ne voudrait pas qu’on fasse la même chose sur lui. Même si quand même, il en était vachement curieux...

Enfin, il replongea les yeux dans le texte sur la table, pour au moins lui répondre lorsqu’elle aura retrouvé ses esprits. Car il se dit aussi qu’il ne valait mieux pas la déranger, tout de suite du moins. Il relu alors assez rapidement, et fut étonné de voir des mots comme « très cher » employé pour parler de lui, préférant un plus sobre « Minh », quoi qu’honoré tout de même. Il se sentait surtout un peu comme « le gars de la campagne profonde qui rencontre une jeune fille distinguée », elle qui choisissait ses mots avec soin tandis qu’il lui répondait d’une banalité concentrée. Et quand il lu la phrase
« Mon inexpression et mon silence font autant parti intégrants de mon être que la maladresse ne semble l'être avec vous, Minh Lê », il se sentit encore plus coupable d’être ce qu’il était. Il hocha la tête en signe de « je comprends », mais ces yeux rouges qui fixaient l’ailleurs lui rappelèrent soudainement sa condition ; celle d’un garçon qui n’avait aucun but dans sa vie, et qui n’en ferait jamais rien, parce que ce quoi qu’il fasse, ça tournera mal. Il s’en taperait la tête contre un mur, de ne pas s’aimer ainsi. N’était-ce pas stupide ? Eh, eh.  

Reparti dans ses pensées, sombres celles-ci, profitant de Rose qui était perdue dans les siennes, il se souvenait de quelques passages de sa vie.

Un passage en particulier...
Un passage rouge.

Cette journée là, elle n’avait pas été si bonne. Autant mauvaise que les autres, en fait.  Ses parents ne voulaient même plus avoir affaire à lui, le regardant d’un air presque de dégout lorsqu’ils le croisaient. Il avait fini par en prendre l’habitude, il n’avait été qu’une erreur pour eux. Qui voudrait d’un enfant qui lors d’une bagarre en vient à bruler son opposant (ou brûler la maison, aussi, cela allait de soi.) ? Le dernier avait fini à l’hôpital, d’ailleurs. Pas sur qu’on le revoit un jour dehors. En tout cas, Minh ne l’avait pus jamais revu.
Cette journée là, il était rentré assez tard. Il faisait silencieux, le temps était clair et on voyait les étoiles perler dans la nuit. Ses parents étaient partis, on-ne-sait-où, et il ne tenait pas à le savoir puisque c’est lui qui tenait la maison avec son frère. Ses deux sœurs rentraient plus tard, et son frère devait être en train de dormir...

Oui, ça devait être ça. C’était ça, ce silence pesant. Ce grincement lourd lorsqu’il ouvrit la porte. Ce silence angoissant de cette maison.

Cette journée là, Minh n’était pas rassuré. Alors, il alla voir sa sœur. Discrètement, il grimpa ses escaliers, la gorge un peu nouée.

Cette journée là, il resta devant la porte, comme si un monstre s’y tenait, derrière. Les pieds collés au seuil de la chambre, la porte était entrouverte. Une légère lumière en sortait.

Cette journée là, il ne s’attendait pas à voir sa sœur, sa tempe suintante collée au canon d’un revolver d’un homme habillé de noir, bâillonnée, ses longs cheveux noirs détachés et des larmes roulant sur ses joues rosies.

Non, vraiment, il n’y s’y attendait pas. Alors, sans rflechir, il lui sauta dessus. Et il se fit stopper comme un rien par un autre revolver, logé au creux de son poitrail. En y pensant bien, il y avait mille autres manières de s’en sortir, et il avait pris la plus stupide. Il resta les bras béants pendant un laps de temps assez long, la situation lui paraissant assez absurde. Mais il fini par se sortir de sa torpeur quand une larme chaude chuta sur son pied, et prit la décision de réduire cet homme à néant. Il lui fallait un peu de temps poiur s’en remettre, c’est tout. Et puis, ça tombait bien, l’homme commença à parler de ses intentions ; prostitution patati patata... Ces histoires étaient assez courantes, surtout dans des villages de pauvres comme le sien, ça causait moins de remous. Mais pour s’en prendre à sa sœur, il fallait payer, cher. De sa vie.


Đồ chết tiệt, Cút đi ! *

Dit-il d’un ton entre l’exaspération, la colère et le hors-de-soi, ce qui eu le mérite de clouer l’opposant sur place ; il lui aurait fallu une seconde pour tuer Minh, appuyer sur le déclencheur n’était pas bien compliqué ; mais il n’en eu pas le temps, puisqu’il termina carbonisé, à point, à leurs pieds. Son corps encore en braises terminait de cuire, et l’odeur âcre et abjecte d’un cadavre humain leur piqua les yeux ; il n’était pas entièrement cuit, alors on distinguait de la chair rougeoyante encore, et cette couleur lui restait comme gravée au fer à l’intérieur de son crâne.

Si son innocence à lui avait disparue depuis quelques temps, celle d’Hao Mi venait alors de se briser, et il en avait été coupable. Mais il ne s’en rendait pas encore bien compte, alors qu’il la débâillonnait. Elle ne put se retenir de hurler, de peur et d’angoisse surement, et Minh eu la curieuse impression que la chambre brûla. En fait, ça n’était même plus une curieuse impression, mais sur le coup il pensa que c’était lui, puisque tout était de sa faute. Au moins, il n’y aurait plus de preuves, oui...

Sur le coup, ça ne l’a pas perturbé plus que ça, mais les jours qui suivirent il entra dans une curieuse dépression ; celle d’avoir tué un homme de sang froid, et d’avoir ruiné l’innocence de sa sœur, qui en était traumatisée. Ses cauchemars, ses peurs, ses angoisses nouvelles, elle ne pouvait même plus sortir la nuit, tout ça, il en était responsable. S’il avait été moins stupide, il aurait réfléchit à un stratagème afin qu’elle ne voit rien, et il se résigna à comprendre que quoi qu’il fasse, ça tournerait toujours de travers, car il était stupide. Oui, c’est ça.

S’il avait eu un tant soit peu d’estime de soi avant, il venait de tout perdre cette journée là.

Les yeux de Rose revinrent à leur état normal, et elle termina par se lever ; c’est à ce moment qu’il émergea de ses souvenirs. Si c’était long à décrire, cet instant n’avait pourtant pas duré longtemps ; il avait gardé son visage stoïque, fixant la table d’un air absent. Ça lui servait à quoi, de ressasser des vieux souvenirs, franchement...

Rose rangeait ses objets ; objets médicinaux, à ce que Minh discerna, et des tas de plantes qu’il n’avait jamais vu, des bandages, des trucs du genre. Il se demandait à quoi tout cela pouvait bien lui servir, puisqu’il y avait bien le clan Kurasu à coté, et qu’avec toute leur bonne volonté, même ennemis, ils les soigneraient (et de bon cœur, cela va sans dire). Mais elle devait avoir les connaissances qui vont avec pour pouvoir les utiliser, et puis ça pouvait toujours aider... Mh, Rose était assurément une personne très intelligente, car elle devait certainement savoir comment utiliser tout ça. Il en vint même à se demander ce qu’il faisait là, lui.

Tout en prenant grand soin d’ordonner ses nombreuses affaires, Rose continuait de communiquer avec lui par le biais du sable blanc, qu’elle maniait afin de créer d’autres phrases sur la table, et commencèrent à discuter comme des lycéens quasi-normaux qui venaient de se rencontrer. Ça lui permettait d’oublier un peu ces quelques souvenirs qui ressurgissaient sans crier gare, et d’avoir une vraie discussion, car il discutait peu d’habitude. La seule personne avec qui il discutait en bons amis n’était autre qu’Eglantine, et depuis qu’elle était (re ?)devenue Tina, ben il avait plus personne pour parler. Donc, c’était agréable. Même si elle ne témoignait d’aucune émotion, mais il avait fini par s’habituer, au même titre que répondre à l’oral alors qu’elle communiquait par écrit. Malgré son inexpression, il lui semblait que Rose était tout de même assez curieuse (ou alors, juste une envie de s’informer), car elle lui posa plusieurs questions sur les clans en général, leurs histoires, et comparait avec le clan Tochi (ce qui n’était pas inintelligent), et il répondait, avec plaisir peut être. Dire qu’au départ il l’avait rencontrée par hasard total, et que leur rencontre avait été assez compromise par son invocation (super flippante), voila qu’ils se mettaient à discuter tranquillement dans sa chambre. C’est beau, les imprévus, quand même.

Lorsqu’elle eu fini de ranger toutes ses affaires, il la vit trainer sur une sacoche, qui n’avait pas tant l’air différente des autres ; ce qui la rendait particulière ce furent les tenues qu’elle en sortit, fastueuses et dans ses tissus très fins. Il ne s’y connaissait pas beaucoup en robes traditionnelles, mais Rose lui expliquait en même temps leurs utilités, toujours à l’aide de son sable. Il fut étonné de voir autant de tenues, au Vietnam il n’y en avait qu’une seule (enfin, celle des hommes est très peu portée, il ne la compte pas) qui pouvait même être portée comme uniforme scolaire féminin, voir juste comme un vêtement à la mode ; il voyait toujours ses sœurs avec. C’était moins prestigieux, d’un coup. Il retenu que Rose avait pour tenue de combat un Kimono (il se demandait comment on pouvait combattre en Kimono), et qu’elle devait venir d’Indonésie, puisqu’elle lui avait dit –enfin, écrit- que les motifs étaient indonésiens. Et puis, avec toutes ces belles tenues et ces bijoux, elle était forcement de la haute société. La quatrième faisant office de tenue de danseuse, il se demandait quelle danse pouvait-elle bien faire, et puis, si elle dansait déjà. Si toutes les robes étaient très belles, et que Rose y accordait une attention toute particulière, Minh appréciait la simplicité plus prononcée de la dernière, et pensait qu’elle lui irait très bien. Ouais... ... ... Non mais, son imagination part encore dans tous les sens.

Le silence dans la pièce pendant le déballage de ces habits et parures, il se demandait si ce n’était pas le même qu’elle devait ressentir, là haut, perchée dans ses obligations hiérarchiques. Minh étant de l’opposée de ce qu’elle était, et que c’était tout le temps bruyant chez lui, c’était forcement l’inverse chez elle.

Après tout cela, elle finit par lui demander, toujours à l’aide de son sable, s’il voulait quelque chose. En fait, il avait vraiment faim, mais il préféra minimiser pour ne pas passer pour un goinfre et lui demanda une boisson chaude, comme un thé. Alors, elle rangea son sable (comment allait-elle faire pour communiquer, maintenant ?), et revint un peu plus tard avec la théière chaude –il aurait pu se proposer de la chauffer, mais il y avait pensé trop tard- ainsi que des biscuits et fruits, qu’elle posa sur la table. Dans le panier à fruit, il remarqua des mangoustans frais et ... Non, ça avait l’air absolument délicieux... Comment avait-elle fait pour s’en procurer ? Il leva un œil vers le visage toujours impassible de Rose, et lui demanda poliment si elle voulait d’abord se servir, et puis prit un de ces délicieux fruits... Depuis le temps qu’il n’en avait pas mangé, c’était très agréable. Ce qui l’était un peu moins, c’était les yeux de Rose qui continuaient à le fixer, leur couleur redevenue... Sable. Puis elle ouvrit la bouche, de sa voix aussi magnifique que mélodieuse, envoutante presque... C’était le meilleur gouter du monde.

« - D'où... Ve..nez...vous... ? »

Il se surprit à sourire, mais il répondit avec plaisir à cette question un peu déconcertante ; il ne s’y attendait pas vraiment ; en fait, il s’attendait surtout à continuer une conversation oralo-écrite (bien le nouveau mot ?) et à ne plus jamais réentendre sa voix, mais il fut heureux que ça ne soit pas le cas.


« Eh bien... Je viens d’assez loin, en fait ; du Vietnam, perdu au milieu de la province de Vinh Long. Pour te faire une idée, mmh... (il prend un air pensif) C’est à 4h  de Ho Chi Minh Ville, la capitale. Il y a plus de typhons qui passent que d’habitants, là bas. »

Il se gratta la tête en signe de réflexion, avant de continuer ;

« Tu parlais beaucoup de l’Indonésie tout à l’heure, je suppose que tu viens de la bas ? Tu ne dois pas être n’importe qui non plus... »

Il était curieux de savoir qui elle était vraiment. Bon, il ne s’attendait pas à de grandes révélations sur sa vie, ils se connaissaient à peine déjà, et puis elle lui avait dit plusieurs fois que sa vie la regardait, mais il tenta quand même. Ça serait toujours plus intéressant que sa minhable vie, de toute façon.




Spoiler:
 

~ ~ ~ ~

-->   (눈‸눈)/(ಠ_ಠ)   <--
Revenir en haut Aller en bas
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : Juste derrière vous, mon chaton...

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   Sam 5 Oct 2013 - 12:09

Rose regarda Minh prendre un fruit, comme s'il représentait un trésor de la plus haute importance, dans une inexpression qui devenait à présent redondante. Inutile de le nier... Ses yeux repassèrent dans leur couleur sable d'origine, tandis que sa voix mélodieuse, ce soprano enfantin prit la relève. Elle voulait essayer d'entretenir une conversation orale, et ce fut ce qu'elle fit sans tarder, malgré que sa voix d'enfant butait sur certains mots, comme n'étant pas certaine de leur finalité. Et oui, reprendre une conversation normale alors que la dernière date d'il y a quatorze ans... Voire même quinze ans... Ce n'était pas du tout aisé. Le sourire que Minh eut, suite à la question de la jeune fleur, fit naître un adoucissement de son regard, ce qui aurait pu faire sourire Rose. Aurait pu...

Imperceptiblement, elle poussa la panière à sucrerie vers Minh, et se servit du thé dans sa tasse, avec le plus de silence possible. Elle prit la tasse entre ses mains, une tasse cylindrique typiquement asiatique, et en but une petite gorgée. L'effet fut immédiat, comme un remède à... On-ne-sait quelle maladie. Les traits de Rose, quoique toujours aussi inexpressifs, s'apaisèrent. Son visage surtout se détendit. Bien que cette foutue inexpression se dise " je fais semblant de partir... Mais en fait non ! Je suis toujours là. ", traits apaisés, son inexpression n'en devenait que plus sibylline encore. C'est à ce moment-là que Minh se décida à parler.

- Eh bien... Je viens d’assez loin, en fait ; du Vietnam, perdu au milieu de la province de Vinh Long. Pour te faire une idée, mmh... C’est à quatre heures de Ho Chi Minh Ville, la capitale. Il y a plus de typhons qui passent que d’habitants, là bas.

Hm... Vietnamien, en somme... La province de Vinh Long.. ? Rose situait à peu près l'endroit, mais décida de ne pas chercher anguille sous roches ; elle avait sa réponse, et là était tout l'essentiel de la chose. Silencieuse au possible, tout aussi inexpressive, elle ferma les yeux un bref instant. Ce silence... Ce silence lui plaisait, ce silence où l'on pouvait mieux apprécier les paroles énoncées, ce silence qui était magnifique... Ce silence qu'elle n'osa pas rompre, tant il l'apaisait que davantage, malgré que cette inexpression restait là.

Ses yeux virèrent sur un doré scintillant, et sa pupille, normalement noire, s'éclaircit, quoique très peu, mais s'éclaircit. Elle se sentait... Bien. A l'aise, parfaitement en harmonie avec elle-même. Inexpressive ou pas... La sérénité qu'elle ressentait grâce à ce silence tout à fait merveilleux l'enchantait, bien que son inexpression n'en dit rien et ne laissa paraître que ses traits apaisés. Elle regarda autour d'elle, et rebut une deuxième gorgée de thé, toujours aussi petite. L'apaisement ne s'amplifia pas, mais il était évident que le thé semblait avoir d'étranges vertus apaisantes et bienfaisantes pour Rose. Le Chef de Feu décida de rajouter, brisant le silence pour alimenter une conversation entamée.

- Tu parlais beaucoup de l’Indonésie tout à l’heure, je suppose que tu viens de la bas ? Tu ne dois pas être n’importe qui non plus...

La réponse florale fut immédiate, avec cette voix mélodieuse, cristalline et enfantine dont elle avait le secret, et dont le timbre apaisé contribuait à la rendre plus mystérieuse, sans qu'elle ne s'en rende compte - quoique... Cela est moins certain -.. Son regard doré étincelant se planta dans les yeux de son interlocuteur.

- Vous... Non.. Plus..

Une personne sensée se serait mordu la lèvre pour exprimer la crainte que ses paroles fussent mal interprétées. Rose, dans son inexpression la plus totale et son visage apaisé, prit son calepin et se mit à écrire. Elle ne craignait pas une mauvaise interprétation, mais elle préférait être sûre que Minh comprendrait bien ce qu'elle voulait qu'il comprenne en disant cela ainsi.

Combien de personnes comprendraient " vous devez être de la haute pour remarquer cela... ", ou quelque chose du style, à quelques mots près.. ? Non, non, ce à quoi pensait la Silencieuse différait par bien des aspects d'une analyse aussi faussée. Elle comptait répondre ensuite à la question implicite de Minh, mais ce dernier comprendrait vite qu'elle avait besoin de ses moments de silence. Elle glissa son calepin sur la table, dont une feuille était marquée par son écriture arabesquiale - invention d'un nouveau mot Cool- et particulièrement soignée.

" Ce que j'entends par là, c'est que vous devez avoir des souvenirs, un passé lourd derrière vous pour en être arrivé à ne pas être n'importe qui.. Et je ne saurais comment vous l'expliquer, mais en soi, je trouve que vous n'êtes pas n'importe qui. Trop... Différent. Et je le précise, ceci n'est pas négatif.

Et puis... Je suppose que si vous ne me parlez pas de vous, c'est que vous devez avoir une basse estime de vous-même... Pourquoi vous bloquer dans une fausse modestie.. ? Cela serait dommage que vous.. Et bien.. Que votre manque de confiance vous empêche d'agir comme votre cœur le voudrait.. Quant à votre question, si vous parlez au niveau des classes sociales, je crains que nous soyons opposés, au vu de la manière dont vous m'en questionnez.. Pas n'importe qui serait un détour.. Malgré que ma famille n'ait plus le rôle qu'elle avait, son importance et son influence restent indéniables...
"

Elle attendit patiemment que Minh finisse sa lecture avant de finir ce qu'elle avait écrit par des mots énoncés à l'oral. De toute évidence, elle n'en dirait pas plus à son sujet et Minh non plus. De toute évidence... ? Comment parler de soi ouvertement lorsqu'on se connait à peine.. ? Car cela était le signe de porter un lourd poids qui venait du passé, et d'avoir un vécu très peu enchanteur... Même si Rose était un cas à part et voyait dans ses expériences quelque chose de merveilleux, quand bien même sa vie fuyait comme la peste le normal et le " la vie est belle, juste et gentille ". Ce fut donc avec sa voix cristalline, mélodieuse et enfantine qu'elle termina.

- Roy..auté Java..naise... L'Hériti...ère.

Chose à laquelle, cependant, elle ne s'attendait pas fut le ténor de la voix de Sable, qui avait été oublié dans la bulle de sables mouvants, et qui hurla de frustration. L'inexpression de Rose en resta indemne.

- Rose ! J'exige de sortir de ce truc tout de suite ! Depuis quand tu m'oublies et tu me laisses en plan, hein ? Je suis ton invocation, oh !

Et voilà que Sable s'énervait... Moment rare, mais d'un autre côté, cela lui permettait de rejeter toutes les tensions accumulées en une année. Oui, ce genre de situations arrivaient une fois par an. La jeune Silencieuse ne lui accorda aucun regard - qu'il n'aurait pas vu de toutes évidences -, et se contenta de tendre le bras pour prendre un citron qu'elle tailla au moyen de ce qu'elle avait sous la main - un petit couteau à fruits. Elle versa exactement trois gouttes de citron dans son thé, le remua, et en versa trois autres. Puis, elle porta le breuvage à ses lèvres, dans la plus grande inexpression. Elle n'ignorait pas son invocation, mais agissait d'une telle manière qu'il semblait que Sable n'existait plus pour elle.

Tu pouvais très bien te dématérialiser...

La pensée de Rose eut un effet dévastateur qui força la bulle de sables mouvants avec une pluie de rochers, qui, de toute évidence, était engloutie par les sables mouvants. Les yeux de la Silencieuse virèrent sur un sable doré, la couleur qu'elle préférait, qui décida de barricader ses barrières mentales. Si Sable tenait à avoir une conversation orale... Ou plus exactement un monologue oral.. Qu'à cela ne tienne, il en fallait peu pour lui faire plaisir. Au final, Sable reprit de plus belle, laissant toute sa frustration s'évacuer.

- Comment peux-tu seulement oser de me laisser enfermé dans du sable mouvant ?! Et tu sais très bien que je ne peux pas me dématérialiser quand je suis dans ce truc ! C'est une horreur ! Si tu veux me pousser à bout, tu as réussi ! Tu n'es qu'une tortionnaire, Rose !

Les paroles n'arrivèrent pas à atteindre la jeune fille, et encore moins à, ne serait-ce toucher, l'inexpression florale. Elle ne pouvait cependant pas l'ignorer, et bien qu'elle savait que ses gestes avaient été justes, que ce soit celui de sauver Minh et celui de retenir Sable de faire quelque chose qu'il regretterait, elle fit disparaiitre la bulle de sables mouvants, laissant place à une invocation en furie. L'Héritière se contenta de se tourner à moitié, de manière à être de profil pour Minh et cet aigle rocheux et sableux, ce dernier ne fit que déverser encore plus sa rage.

- Espèce d'aristocrate royale qui se croit tout permis ! Tu ne vaux pas mieux que les autres à te pavaner de toutes tes connaissances, à refouler la notion de respect, toi qui n'est pas foutue de répondre aux attentes de tes parents et accepter la succession comme il se doit !

Les yeux de Rose se plissèrent et devinrent brutalement d'un vert pétard, très clair, et particulièrement aveuglant. Cela pouvait se deviner, Rose ressentait une très légère irritation poindre, qui n'apparut que dans la couleur de ses yeux. Son inexpression restait totale, et son silence devint de plus en plus pesant. Qu'allait-elle faire... ? Son aura, qui était très basse, monta d'un coup en flèche. Et sa couleur était visible, une couleur de sable doré. Une couleur magnifique, fragile et forte, témoin d'une grande harmonie. Son aura l'entourait, tel un halo, et à mesure que Sable ruminait, son aura montait davantage en flèche. Lorsque Sable fit un seul pas dans leur direction son épée de tout à l'heure - ou plus exactement, son nodachi de tout à l'heure - apparut dans sa main. Elle se leva, restant de profil, et pointa l'arme sur son invocation.

- Oui, la notion de respect ! Tu prétends etre une personne très respectueuse et à cheval sur le respect, mais que vois-je ?! Tu m'enfermes sans scrupules et tu parles - parler, le vrai parler en plus ! - à un parfait inconnu ! Si il le faut, Minh n'est qu'une personne qui souhaite ta mort et...

Sable se tut en voyant que l'aura de son invocatrice était proche de son summum et rendait l'atmosphère de plus en plus lourde, et surtout, que son nodachi avait disparu. Son corps ne bougea pas, seulement pour se rasseoir en seiza et se remettre pleinement en face de Minh. Ses yeux vert clair pétard avaient foncé, étant désormais d'un vert feuille. Posant un coude sur la table, soutenant sa tête - penchant du côté droit - au moyen de sa paume, la jeune fille laissa son aura baisser d'intensité. Sa voix cristalline, mélodieuse et chantante, son soprano enfantin frôla l'irréel. Le ton que sa voix avait pris n'était ni un conseil, ni une menace, mais sonnait comme une certitude inébranlable, quelque chose qu'elle ferrait immanquablement. Une force tranquille qui sonnait encore plus qu'une menace, et qui devenait sibylline avec son soprano cristallin d'enfant de quatre ans.

- Sable... Esquisses un geste mal placé ou prononces une parole et je t'égorge.

L'effet fut immédiat. La rage de Sable disparut, il se tut devant une phrase aussi longue avec autant d'assurance - prononcée par Rose en plus ! -, surtout avec autant d'assurance. Une phrase beaucoup trop longue pour Rose qui calma Sable, comme si il avait reçut une douche si glacée qu'elle en devenait insupportablement chaude. Il avança vers Rose, s'allongea sur ses pattes de manière à caler son flanc droit contre le dos de son invocatrice.

Désolé.

Rose ne répondit rien, et se contenta de regarder Minh, qui devait bien être perdu ou bien peu surpris de l'énervement de Sable, mais pas de ce qu'il s'est passé par la suite. Elle tourna son visage vers son invocation et lui caressa la joue, s'irritant la peau des doigts au passage, mais ce détail lui importa peu. Puis, elle se leva, et alla s'asseoir à côté de Minh, sur un coussin. Assise en seiza, évidemment, et lorsque Sable allait émettre une contestation, son aura couleur sable doré se fit voir et monta légèrement, de telle manière que l'invocation se tut et rabattait sa tête sur le coussin où se tenait Rose quelques instants plus tôt.

Vraiment désolée, Rose...

Au final, la jeune Silencieuse pencha sa tête pour la poser sur l'épaule de Minh. Geste pouvant signifier beaucoup de choses, Rose avait pour habitude d'esquisser ce geste comme en guise de... Hm.. Oui. De " je t'accorde ma confiance, qui montera petit à petit. Brises-la et tu n'existeras plus pour moi. " Ses yeux repassèrent dans ce mode étrange qui est la  " tempête de la fin d'une indifférence totale sur une inexpression qui reste toutefois inchangée ", si ce n'est que l'iris était cette fois-ci d'une couleur de sable doré. Au bout d'un long moment sans bouger et sans émettre le moindre son, notre Silencieuse esquissa un sourire heureux, resplendissant de vie, contrastant avec tout le reste de son corps - et le reste de son visage par extension - qui était plongée dans l'inexpression. Ce visage-là ne put échapper à Minh.

- Je suis.. Heu..reuse que... vous m'ayez... ac..cueil...lie... .. Minh.. Lê..

H.R.P :2193 mots... Je régresse.. Ton RP était parfait, mon mari °-° Si parfait que tu as réussi à me faire pleurer *-* [ de rire, oui aussi xD ] J'espère que le mien te plaira aussi... <3 I hope you enjoy reading and answering, my beloved husband Cool Cool

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prends Sable... [ PV : Mon mari <3 ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Operasyon Bagdag 2 di Jean Mari Samedi pot parol baz lavalas
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.
» Le sable ça coooolle. [Pv Londo S.]
» Prends les armes et vois la gloire, elle t'appartient [PV armée de Kanoë]
» Aventure des mercenaires du sable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: Lycée :: Cour de Récréation-
Sauter vers: