AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mission Kaminari [TERMINÉ]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Sam 15 Juin 2013 - 4:53

Spoiler:
 

Il était plutôt tôt le matin lorsque je reçu un dossier, dossier contenant un ordre de mission. Il y avait les détails concernant les lieux que nous visitions, le problème que nous devions régler et quelques recommandations par rapport à celle-ci. Dans un premier tant, je devais trouver un compagnon de voyage et surtout un coéquipier pour faire le travail. Comme si je n'y arriverai pas seul... Mais bon, puisque la personne qui était au dessus de moi, niveau hiérarchie le demandait, je devais me soustraire aux ordres. Mon choix s'arrêta très vite sur une personne en particulier. Aenos Winrain, penserez-vous, mais non. Il n'était d'ailleurs pas disponible en se moment, mais j'avais, de toute manière, choisi quelqu'un d'autre.

Autre recommandation était d'être discret lors de la mission. Comme si je ne faisais pas dans l’élégance et le raffiné. Ils me prenaient pour qui? Un membre de clan Mikari, qui ne laissait que désolation et qui ne faisais pas dans le subtile? Comme assassiné quelqu'un sous le regard glacial du chef de cette personne. Bref, c'était un objectif que j'allais probablement réussir haut la main dans de si bonne circonstance. 

Je sorti de ma chambre, un chandail à la main. Je l'enfila rapidement avant de toquer à la porte de la chambre à Azuki, dans le but de la réveiller. Je retournai dans la mienne pour faire mon sac, mettant au préalable ma veste, quelques vêtements de rechange. Là ou nous allions, mieux valait être prêt à toute éventualités. Je pris le dossier et je l'emmena dans la salle commune, le déposant sur la table, j'écrivis une petite note dirigée à Azuki.

J'ai besoin de toi pour cette mission, je te donne le choix de venir ou non. Soit bien sur de ce que tu fais, je ne voudrais pas que tu regrettes ta décision. Bref, si tu veux toujours venir après avoir pris conscience des risques, je t'invite à me rejoindre à l'aéroport. L'avion décolle à exactement onze heure. 

Je pris la direction de l'aéroport, bien tranquillement. J'allais probablement marcher à travers la ville, regarder s'il n'y avait pas quelques trucs utiles pour le voyage. Enfin, je fis le trajet à pied, il devait être au alentour de 9 heure du matin. J'arrêtai déjeuné dans un petit restaurant bien tranquille, attendant l'heure tant entendu. J'espérais d'une part voir arriver Azuki à l'aéroport, mais elle était nouvelle et peut-être qu'elle ne se sentait pas de taille face à cette quête. Il fallait être optimiste. 

L'horloge montrait dix heure vingt. Cela faisait environ une heure que je regardais dans tout les magasins pour être sur de ne rien manquer, la seule chose que je m'eus acheter était un petit livre de lecture, pour le trajet entre l'Alaska et Seikoku. Sinon, il n'y avait jamais rien d’intéressant. C'est d'ailleurs à ce moment-là que je me demanda réellement comment les filles faisaient pour passer des heures et des heures dans des boutiques et dépenser des sommes astronomiques! Bref, je me dirigeai vers l'aéroport, pour être sur d'avoir quelques minutes d'avance. 

Dix heure trente deux, c'était l'heure exacte de mon arriver à l'aéroport. J'y entra et j'allais m’asseoir sur un banc, espérant et attendant l'arriver de ma collègue.


Dernière édition par Kain Onichiro le Dim 15 Sep 2013 - 2:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Sam 15 Juin 2013 - 23:35

Enfouie sous ses couvertures et entourée de ses nombreux coussins, Azuki dormait paisiblement. Les rayons chauds du soleil lui firent ouvrir les yeux, doucement, mais elle les referma bien vite, décidée à prendre une ou deux heures de plus pour dormir.
 
 Quelques coups furent donnés contre la porte de sa chambre. Tiens, quelqu’un ne semblait pas approuver cette idée de faire la grasse matinée. En baillant, la brunette murmura un ;
 
- Je me lève dans deux minutes…
 
 Encore toute chaude de sommeil, elle se glissa péniblement hors de son lit. Elle alla prendre une douche rapide & le puissant jet d’eau chaude lui fit le plus grand bien. Suivit ensuite sa petite routine matinale quotidienne, soit ; sécher ses cheveux, les brosser, se maquiller légèrement & choisir une tenue appropriée. Ce jour ci, comme il faisait chaud, elle opta pour une robe légère, d’un rouge foncé, ourlée de dentelle. Enfin, quelques instants devant son miroir lui confirmèrent qu’elle était fin prête.
 
 En sortant de sa chambre, Azuki constata qu’il n’y avait pas encore beaucoup de Kaminari de levés. Évidemment, il était encore tôt. Malgré tout, le salon des gens de la foudre n’était pas complètement désert. Deux jeunes garçons y étaient, installés dans les canapés en train de savourer une tasse de thé, de café ou quelque chose du même style. En la voyant entrer, ils saluèrent la brune d’un sourire & l’un d’entre eux lui lança, désignant quelque chose sur la table basse ;
 
- Kain a laissé ça pour toi.
 
 Cette nouvelle eu tôt fait de la réveiller complètement. Kain ? Elle fut un peu surprise & s’approcha rapidement de la table pour s’emparer du document qui s’y trouvait. Le chef de son clan y avait ajouté une petite note rédigée à la va-vite ;
 
« J’ai besoin de toi pour cette mission, je te donne le choix de venir ou non. Sois bien sûre de ce que tu fais, je ne voudrais pas que tu regrettes ta décision. Bref, si tu veux toujours venir après avoir pris conscience des risques, je t’invite à me rejoindre à l’aéroport. L’avion décolle à exactement onze heures. »
 
 Un lumineux sourire se dessina sur le visage de la Kaminari à mesure qu’elle lisait. Une mission avec le chef ? Quelle chance inestimable ! Elle aurait été totalement folle de refuser ! Toujours joyeuse & d’une démarche légère, elle regagna sa chambre et jeta un coup d’œil à l’intérieur du dossier décrivant la mission. Elle le lit en diagonale et décida de tout de suite commencer sa valise. L’Alaska, wahou ! Elle qui n’avait jamais mis les pieds en Amérique, se trouvait fébrile.
 
 Elle mit du  temps pour choisir des vêtements qui seraient à la fois jolis & pratiques, se demandant en même temps vaguement si d’autres personnes participeraient à cette mission, ou s’il n’y aurait que son chef & elle.
 
 Lorsqu’elle regarda l’heure, il était déjà 10h43.
 
 Quoi ?! Déjà ? Un peu paniquée, elle attrapa sa valise et couru hors du dortoir Kaminari, puis hors de l’école. Rendu là, elle se dit qu’elle n’y arriverait jamais à temps à pieds, alors elle décida d’appeler un taxi.
 
 Il était 10h52 lorsqu’Azuki pénétra dans l’aéroport. Elle fut soulagée de voir que son avion n’était pas encore décollé. Rapidement, elle arpenta l’endroit à la recherche de son chef, mais il devait surement être déjà monté à bord, à cette heure. À 10h55, elle était également montée dans le véhicule, et s’accorda un long soupir de soulagement en repérant Kain installé à l’arrière.
 

- Pardonne-moi du retard. S’excusa-t-elle en prenant place dans le siège d’en face. Le temps m’avait vraiment échappé… 
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Dim 16 Juin 2013 - 6:35

Les minutes filèrent et aucun signe d'Azuki. J'attendis encore cinq minutes. Il devait être dix heure quarante-sept, un coup d’œil à l'horloge accroché au mur confirma mes pensées. Je me levai, me disant que j'avais assez attendu la jeune fille et qu'elle ne viendra probablement pas. D'un pas confiant, je me dirigea vers l’appareille, le petit avion devait nous apporté jusque dans Holy Cross, une toute petite ville très isolée d'Alaska, uniquement accessible par la voie maritime ou aérienne.

Je pris place dans l'avion, qui devait décoller de la piste dans environ dix minutes. Dix minutes que je laissai en supplément à mon amie, mais il ne lui en fallu que cinq. Je la vit monter à bord de l'engin et s’asseoir en face de moi, dans un des seules bancs disponible, puisque notre avion était plutôt petit, mais confortable. 


- Pardonne-moi du retard. S’excusa-t-elle . Le temps m’avait vraiment échappé… 

J'haussai des épaules, lui montrant que ce n'était pas plus grave que ça. Je fis signe au pilot de me faire tournée les moteurs. Un bourdonnement assourdissant remplis la petite cabine. Si nous étions confortable, le bruit allait vite devenir agacent. Je pris mon sac, je sorti une copie d'ordre de mission et je le déposa sur la petite table qui nous séparait, car oui, ils avaient préalablement installer un truc sur lequel on pouvait déposer des trucs. Je laissai une brèche dans mon esprit, invitant la jeune fille à y accéder. 

*Bon, il sera plus facile de discuter de cette manière, nous n'aurons pas à crier à tue-tête pour nous faire entendre. Seulement pensé, c'est pratique, non?* 

Cependant, c'était seulement les mots qui lui était adressés qui allait lui être perceptible et les images, au besoin. Je ne me risquerais pas en laissant tout mon esprit ouvert. Il en valait de mon honneur de chef. Je regardais la jeune fille dans les yeux, je pouvais surtout y lire de la joie, elle semblait heureux d'être là. Tant mieux, au moins je ne l'avais pas forcé.

*Bref, je ne sais pas jusqu'à quel point tu as lu le dossier, mais je vais quand même t'expliquer les grandes lignes. Nous allons dans un petit village qui se nomme Holy Cross. C'est un village très isolé qui compte environ deux cents habitants. Pourquoi avons-nous été choisi? Parce qu'il se passe quelque chose d'étrange. Bref, soit certaine d'avoir bien lue le dossier et d'avoir mémorisé son contenu. * 

Pour ma part, je sorti le petit livre que je m'étais acheté un peu plus tôt et je commençai à en faire la lecture. Les minutes passèrent et comme ma compagnonne ne semblait pas ce poser de question à propos de la mission, je fermai mon esprit totalement pour mieux me concentrer sur ma lecture. Le trajet était toujours la chose la plus longue. Le coude posé sur l'accotoir du siège, j'appuyai ma tête dans ma main ouverte, pour avoir une bonne vue sur les pages de mon livre, qui reposait sur mes genoux. 

J'étais un peu trop absorbé par ma lecture, que le trajet ne me parut pas si long, finalement. La petite avion atterrit sur une piste de fortune, révélant l'aspect isolé du village. Je ferma mon livre, notant mentalement la page qui était inscrit en bas de la feuille. Je pris le dossier qu'Azuki avait probablement regarder, le rangea et je sorti de l'engin. Je tendis ma main à Azuki, pour être un minimum galant.
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Ven 21 Juin 2013 - 2:46

La brunette fut immensément soulagée en constatant qu'elle n'avait pas manqué le départ de son avion. S'empressant de monter à bord, elle eut tôt fait de repérer son chef qui lui, semblait parfaitement calme. M'enfin. Elle poussa un soupir en se laissant tomber dans le siège en face de lui. 

- Pardonne-moi du retard. Lui dit-elle. Le temps m'avait vraiment échappé... 

Le chef Kaminari haussa les épaules, visiblement ça ne l'affectait pas beaucoup. Azuki se demanda s'il était énervé de devoir se trimballer une nouvelle comme elle... Mais d'un autre côté, il avait écrit "j'ai besoin de toi pour cette mission", donc par conséquent, il avait jugé qu'elle pourrait lui être utile. 
 
Kain sortit de son sac une copie du dossier qu’elle avait trouvé dans le salon du clan foudroyant et le posa sur la petite table basse qui les séparait. Puis, il s’adressa à la jeune fille par la pensée, ce qui la surpris passablement ;  

*Bon, il sera plus facile de discuter de cette manière, nous n'aurons pas à crier à tue-tête pour nous faire entendre. Seulement pensé, c'est pratique, non?*

Elle esquissa un sourire & approuva d'un furtif hochement de tête, le laissant poursuivre, alors qu'il encrait son regard de saphir dans le sien ;

*Bref, je ne sais pas jusqu'à quel point tu as lu le dossier, mais je vais quand même t'expliquer les grandes lignes. Nous allons dans un petit village qui se nomme Holy Cross. C'est un village très isolé qui compte environ deux cents habitants. Pourquoi avons-nous été choisis? Parce qu'il se passe quelque chose d'étrange. Bref, soit certaine d'avoir bien lu le dossier et d'avoir mémorisé son contenu.*
 
 Sur ce, il lui laissa le dossier et se mit à lire un livre qu’il avait apporté. La jeune fille, n’avait effectivement pas prit le temps de lire de long en large l’ordre de mission, et elle profita du trajet pour en prendre pleinement connaissance. Apparemment, plusieurs habitants de ce village avaient mystérieusement été portés disparus, et ce, toujours suite à une nuit d’orage particulièrement intense. Ce qui était assez inhabituel considérant le fait que le climat d’Alaska était plutôt nordique, et donc peu propice aux orages électriques (ceux-ci se produisant davantage dans les régions chaudes).
 
 Une fois qu’elle eut finis de lire le document, elle le reposa sur le petit meuble et lança un regard à son chef toujours plongé dans sa lecture. Elle se demandait vaguement ce qu’il lisait pour être passionné ainsi. Était-il fervent de biographies ? De romans policiers ? Enfin, c’était bien la moindre de ses préoccupations. Kain n’était que le chef de son clan, et elle se devait d’agir professionnellement face à lui. Du moins, pour le temps de cette mission. Elle devait lui prouver qu’elle était digne d’être une Kaminari !
 
 L’avion amorça finalement un atterrissage sur une petite piste qui ne présageait rien de bon. La jeune fille n’avait pas l’habitude de se voir ainsi coupée de toute civilisation.
 
 Azuki se leva et emboîta le pas à son chef qui s’apprêtait à sortir de l’appareil. Elle lui fit un ravissant sourire en acceptant la main qu’il lui tendit pour l’aider à descendre, et ils se rendirent dans un petit bâtiment (qui devait sans doute  faire office d’aéroport). Là bas, un petit couple d’une soixantaine d’années les attendait. Leurs regards s’illuminèrent lorsqu’ils virent entrer les deux jeunes gens.
 
- Vous devez être les Kaminari ! S’exclama la femme en s’approchant d’eux. Nous sommes sincèrement comblés que vous ayez accepté de venir dans notre humble village.
 
Elle semblait préoccupée et presque au bord des larmes.
 
- Je… Je… Commença-t-elle, mais elle fut brusquement interrompue par celui qui devait être son époux.
 
- Nous avons quelques détails à régler. Dit-il froidement. Si vous voulez bien attendre ici quelques minutes, quelqu’un viendra vous chercher pour vous amener à l’endroit ou vous séjournerez.
 
 Sur, ce, les deux personnes sortir dans une pièce adjacente, laissant les deux jeunes lycéens à eux-mêmes, alors que dehors, une pluie diluvienne se mettait à tomber.
 
 Azuki laissa son regard se perdre dans la contemplation du dehors un instant, guettant la course effrénée des gouttes d’eau contre la vitre, puis, brisant le silence qui s’était installé depuis quelques secondes, elle s’enquit ;
 

- Dis-moi, Kain… Pourquoi m’avoir choisi moi, pour cette mission ? Je veux dire… Il y a certainement beaucoup d’autres membres qui auraient été bien mieux qualifiés, non ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mar 25 Juin 2013 - 2:30

Je tendis ma main à Azuki, pour être un minimum galant. Elle l'accepta en m'offrant en échange un sourire radieux. Quelques secondes plus tard, elle avait les deux pieds sur le sol et je lâchai sa main. Je regardais autour de moi; des montagnes, des montagnes partout. Quelque chose était étrange. Si c'était un individu, la cause de tout ça, il devait avoir utilisé un avion pour avoir fait le trajet, ou bien sa propre volonté, escalader une montagne n'est pas chose si facile.
 
Avec Azuki qui me suivait de près, nous nous dirigeons vers l'endroit qui était l'aéroport. C'était une petite bâtisse, mais qui convenait parfaitement aux personnes du petit village. Je poussai la porte et j'entrai dans la pièce, attendis que la jeune fille entre à son tour et je la referma aussitôt. Deux vieilles personnes étaient dans la ''maison'' et ils semblaient nous attendre. L'expression de leur visage changèrent aussitôt, lors de notre entrer.
 
-Vous devez être les Kaminari! S'exclama la femme en s'approchant d'eux. Nous sommes sincèrement comblés que vous ayez accepté de venir dans notre humble village.
 
J'haussai des épaules, j'allais dire que ce n'était pas grand chose, que c'était notre ''travail'' de régler des trucs du genre, mais l'expression dans les yeux de la femme me retient. Elle semblait être sur le bord des larmes, prête à pleurer toute les larmes de son corps.
 
-Je... Je... Elle fut interrompue par l'homme qui semblait être son époux, un homme aussi vieux qu'elle.
 
-Nous avons des détails à régler. Dit-il froidement. Si vous voulez bien attendre ici quelques minutes, quelqu'un viendra vous chercher pour vous amener à l'endroit ou vous séjournerez.
 
J'hochai de la tête pour lui faire comprendre que j'avais compris. Je les vis se diriger vers une pièce adjacente et fermer la porte tranquillement, me regardant bizarrement, était-ce de la méfiance? De la gratitude? Je n'aurais su dire, j'aurais probablement du lire dans son esprit, voir ce qu'il pensait réellement. Une voix retentie dans mon dos, coupant sec à ma tentative d'intrusion mentale.
 
- Dis-moi, Kain... Pourquoi m'avoir choisi moi, pour cette mission ? Je veux dire... Il y a certainement beaucoup d'autres membres qui auraient été bien mieux qualifiés, non?
 
Je me retournai pour lui faire face. Elle regardait dehors et son regard semblait perdu au loin, parmi les gouttes qui c'étaient mises à tomber surement quelques secondes après notre entrer dans la bâtisse. Je déclarai avec un petit sourire.
 
-Bah... Je n'ai pas be...
 
La porte s'ouvrit violemment  un homme avec un long manteau et la capuche rabattu sur sa tête entra. Coupant sec à ce que j'allais dire. D'un geste de la main, il le retira et nous sourit. Il déclara avec un léger sourire, il semblait heureux de nous voir.
 
-Je me nomme Raphael. Dit-il en me tendant sa main, je l'empoignai aussitôt pour la lui serrer.
 
 
-Je suis Kain, voici mon amie, Azuki. Dis-je en désignant la jeune fille qui ne regardait plus à travers la fenêtre, mais vers nous deux.
 
Raphael salua la jeune d'un signe de la tête et reprit.
 
-Je vais vous emmenez à ma maison ou vous allez séjourner le temps de votre voyage. Par contre, nous allons devoir courir, je n'ai pas envie qu'un orage nous surprenne. Dit-il cette dernière phrase d'une voix un peu sinistre.
 
Je compris le genre de peur que ressentait cet individu, c'était un homme courageux. Il avait bravé la tempête au péril de sa vie. Ça sonnait légèrement abusé, mais il fallait dire qu'avec ce qu'il se passait dans le village, c'était un réel exploit. J'enleva mon sac de sur mes épaules et j'y sorti ma veste, que je donnai à Azuki.
 
-Tien, je ne voudrais pas que tu attrape froid et inutile de protester.
 
L'homme ouvrit la porte et nous laissâmes les deux vieillard seuls, j'étais persuadé que nous découvrirons bien assez quelle était la cause de l'angoisse de cette sage femme. Nous nous dirigeâmes alors vers le village, qui se situait au centre d'une chaîne de montagne circulaire. Bref, le village était étonnamment loin de l'aéroport. Quelques bonnes minutes plus tard, nous arrivâmes enfin devant ce qui semblait être la petite maison de Raphael. Nous entrâmes à l'intérieur.
 
Il ouvrit la porte, enclencha l'interrupteur et nous le suivîmes à l'intérieur. Alors que j'enlevai ma paire de soulier toute mouillée, j'aperçu Raphael mettre une bûche dans un foyer dans le fond de la pièce et y mettre son manteau à séché, comme pour ses bottes. C'était plutôt sobre comme pièce. Une table avec quatre chaises prônaient le centre.
 
-Je suis content que vous soyez venu, sincèrement. Dit-il le regard quelque peu perdu dans les flammes en face de lui. Lorsque j'ai appris qu'il existait une solution a notre problème, je n'ai pas pu m'empêcher d'envoyer une lettre à votre école.
 
-Donc, c'est pour cette raison qu'on reste chez toi, je me trompe?
 
-C'est exact, excepté les deux aînés que vous avez rencontré toute à l'heure, je suis le seul à être au courant de votre visite, d'ou la recommandation d'être discret.  
 
-Je comprend.
 
-Bref, je vous invites à prendre la chambre au fond à gauche au couloir. C'était celle de mes parents, mais ils ne sont plus là, alors je suppose que vous pouvez l'utiliser.
 

Il laissait sous-entendre que ces parents n'étaient plus de ce monde. C'était un peu désagréable comme sensation, mais une chambre était une chambre. Il ne devait pas forcément y avoir une ambiance macabre. 
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mar 25 Juin 2013 - 17:53

- Dis-moi, Kain… Commença-t-elle distraitement, le regard toujours fixé sur les gouttelettes d’eau qui dévalaient la vitre. Pourquoi m’avoir choisi moi, pour cette mission ? Je veux dire… Il y a certainement beaucoup d’autres membres qui auraient été bien mieux qualifiés, non ?
 
  La jeune fille se retourna légèrement, curieuse d’entendre la réponse de son chef.
 
- Bah, je n’ai pas be…
 
 Mais le jeune blond fut subitement coupé par  l’arrivé d’un inconnu à l’allure plutôt mystérieuse. C’était un homme assez grand drapé dans une espèce de long manteau sombre à capuche. Il était trempé donc la jeune fille en conclut qu’il venait de traverser la violente averse qui sévissait dehors. En entrant dans la pièce, il retira la capuche qui dissimulait son visage et offrit aux Kaminari un sourire confiant et sincère.
 
- Je me nomme Raphael. Dit-il en tendant une main à Kain afin de la serrer.


- Je suis Kain. Répondit le blond. Et voici mon amie Azuki.
 
  La brunette lui sourit en guise de salutation.
 
- Je vais vous emmener à ma maison ou vous allez séjourner le temps de votre voyage. Reprit l’homme. Par contre, nous allons devoir courir, je n’ai pas envie qu’un orage nous surprenne.
 
 Azuki, pour sa part, se disait que d’affronter les orages serait sans doute la façon la plus rapide de découvrir ce qui clochait chez eux, mais elle ne voulut pas brusquer Raphael et se contenta donc de le suivre en silence. Après tout, ce n’était pas son travail à lui. Kain & elle auraient largement le temps de plonger au cœur du problème à un autre moment.
 
Juste avant de sortir, Kain ouvrit son sac et en sortit une veste, qu’il tendit à Azuki.
 
- Tiens, je ne voudrais pas que tu attrapes froid & inutile de protester. Lui dit-il d’un ton sans répliques.
 
 La jeune fille lui sourit un peu timidement mais accepta tout de même sa veste et s’enroula dedans. Bien que le vêtement soit passablement trop grand pour elle, il était chaud et confortable. D’ailleurs, elle remercia mentalement le ciel de l’avoir lorsqu’ils durent sortir sous la pluie diluvienne.
 
 Le trajet se passa plutôt silencieusement (il fallait avouer que le bruit occasionné par la tempête ne permettait pas vraiment une grande conversation) et au bout de plusieurs longues minutes, les trois individus arrivèrent devant une petite demeure assez sobre. Raphael les entraîna à l’intérieur ou il alluma la lumière et alimenta son feu de bois, toujours sans rien dire.
 
 Azuki commençait à trouver cette atmosphère un peu pesante, mais ne dis rien. Elle ne se sentait pas encore très à l’aise, cette maison lui inspirant quelque chose de… Bref, un mauvais pressentiment.
 
- Je suis content que vous soyez venus, sincèrement. Déclara l’homme, rompant le silence. Lorsque j’ai appris qu’il existait une solution à notre problème, je n’ai pas pu m’empêcher d’envoyer une lettre à votre école.
 
 La brunette alla déposer la veste de son chef au même endroit ou Raphael avait mis son manteau, histoire de la faire sécher, puis revint s’installer au près des deux hommes.
 
- Donc, c’est pour cette raison qu’on reste chez toi, je me trompe ? S’enquit Kain.


- C’est exact, excepté les deux aînés que vous avez rencontré tout à l’heure, je suis le seul à être au courant de votre visite, d’où la recommandation d’être discret.


- Je comprends.


- Bref, je vous invite à prendre la chambre au fond à gauche du couloir. C’était celle de mes parents, mais ils ne sont plus là, alors je suppose que vous pouvez l’utiliser.
 
 Quelques minutes de silence supplémentaires passèrent. Azuki avait compris que les parents en question devaient être décédés, et elle n’était pas particulièrement rassurée à l’idée de dormir dans une telle chambre, au milieu de nulle part, là ou de monstrueux orages enlevaient des gens… Elle frissonna face a ce résumé assez glauque des évènements. Quelque chose clochait dans cette mission & elle n’arrivait tout simplement pas à mettre le doigt dessus…

 Voyant que les deux hommes ne disaient plus rien, elle voulut tenter de détendre un peu l’atmosphère.
 
- Je ne sais pas pour vous, mais moi, je meurs de faim ! Remarqua-t-elle en s’étirant. Monsieur Raphael, si vous avez quelques trucs comestibles je suis sure que je pourrais nous préparer quelque chose de délicieux.
 
  Elle sourit à l’homme, tentant de lui enlever l’air sombre qu’il arborait depuis qu’il avait parlé de ses parents. Celui-ci força un petit sourire et lui indiqua ou se trouvait sa cuisine.
 
 Azuki préférait laisser Kain & Raphael discuter entre eux. Jamais elle ne l’aurait avoué, mais elle préférait ne pas avoir à prendre d’importantes décisions… La peur de se tromper et de faire échouer tout le monde était toujours présente en elle, lui oppressant la poitrine tel un étau. Voila pourquoi elle préférait s’en remettre a quelqu’un de confiance. Kain, dans ce cas ci.
 
 Elle fut ravie de trouver de quoi préparer un excellant ragout thaïlandais dont elle avait le secret. La cuisine l’avait toujours aidé à se détendre et à remettre ses idées en ordre. Elle apporta le plat fumant sur la table, ou elle s’installa en compagnie de ses deux collègues.
 
- Je propose que nous commencions par interroger la famille ou les proches de la toute première victime. Commença-t-elle une fois qu’ils eurent tous commencer à manger. Histoire de découvrir ce qui a déclenché cette… hm… malédiction ?
 

 Bien qu’elle n’aime pas prendre d’importantes décisions, cela ne signifiait pas qu’elle ne s’impliquerait pas. Elle voulait leur prouver qu’elle était capable de mener à bien cette mission. Peut-être un peu pour que les gens de Seikoku cessent de la sous-estimer. Elle commençait à en avoir un peu marre de ne pas être prise au sérieux.


Dernière édition par Azuki Kanra le Mar 2 Juil 2013 - 4:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mer 26 Juin 2013 - 4:58

Avant que moi et Raphael commencions notre conversation, la jeune fille allait porter ma veste près de l'âtre dans le but de la faire sécher.

-Bref, je vous invite à prendre la chambre au fond, à gauche du couloir. C'était celle de mes parents, mais ils ne sont plus là, alors je suppose que vous pouvez l'utiliser.

Il laissait sous-entendre que ses parents m'étaient plus de ce monde. C'était un peu désagréable comme sensation, de savoir qu'on dormait dans la même chambre qu'une personne décédé, mais un chambre était une chambre. Il ne devait pas forcément y avoir une ambiance macabre.

-Je ne sais pas pour vous, mais moi, je meurs de faim ! Dit-elle en 
s'étirant. Monsieur Raphael, si vous avez quelques trucs  comestibles, je suis sure que je pourrais nous préparer quelque chose de délicieux.

Mon regard se posa sur la jeune femme. Elle arborait son sourire contagieux, comment la situation pouvait-elle rester si triste, si monotone. La preuve y est, Raphael eut un petit sourire en retour et il lui indiqua la cuisine. Elle y alla, me laissant seul avec notre hôte. Je m'avançai vers la table, tirai une chaise et je m'assis.

-Écoute Raphael. De la manière dont tu parles, j'en déduit que tu as été victime de la chose qui ce passe ici.

-Exact... Mes parents m'ont été enlevé...

-Raconte moi un peu.

-J-Je... je sais pas, tout c'était passé très vite...

Je l'arrêtais, ce devait être légèrement difficile de raconter une histoire du genre. Je l'invitai à s'assoir autour de la table attendant le repas de la chère Azuki. Les minutes passèrent. Une bonne odeur se dégagea de la cuisine. L'homme s'assis. Il devait être en train de se remémorer l'événement. Alors que les images se succédaient dans sa tête.

Une soirée comme celui-ci. Une pluie diluvienne. Une forêt. Une homme s'y était aventurer malgré la forte pluie pour vérifié de multiples pièges qu'il avait installer pour attraper des animaux dans le but d'avoir plus de viande à manger. Sur cinq piège, seulement deux avaient fonctionné. En décrochant le second lièvre, deux violents éclairs déchirèrent le ciel. Il ne s'en soucia pas plus que ça. Il retourna chez lui. En arrivant, il découvrit que la porte avait été défoncé, que plus personne n'était à l'intérieur. La table avait été renversé, une chaise avait volé en éclat et des  quelques traces de sang étaient éparpiller sur le plancher. Une note avait été soigneusement écrite et était déposé sur la seule chaise encore sur ses pattes. A travers les yeux de l'individu, je le vis la prendre, la regarder et la jeté rageusement dans les flammes du foyer.

La jeune fille entra dans la pièce avec des plats qui sentaient très bon. Elle les déposa devant nous, je pris la fourchette et je piquai un morceau de viande, souffla dessus, avant d'en prendre une petite bouchée.

-Je propose que nous commencions par interroger la famille ou les proches de la toute première victime. Commença-t-elle une fois qu'ils eurent tous commencer à manger. Histoire de découvrir ce qui a déclenché cette... hm... malédiction?

-Ce n'est pas une malédiction. Je pense plutôt que c'est un meurtrier ou un malade mental, n'est-ce pas Raphael?

L'homme me regarda d'un regard surprit.

-Nous, Kaminari, pouvons lire dans les esprits. Tout à l'heure, j'ai tout vu... Je m'excuse de ce geste, ce n'est pas dans mon habitude de pénétrer dans l'esprit des gens, mais il fallait que je vois ce que tu as vu.

Son regard vide se repose sur son ragout, il ne fit que jouer avec ce qu'il y avait à l'intérieur.  Je lui tapa légèrement l'épaule pour le réconforté et j'ajoutai.

-Ils ne sont peut-être pas mort. Souviens-toi de la note.

-Mais c'est ma vie contre la leur! J-Je ne veux pas mourir... Je ne veux pas qu'ils meurent non plus! Il me reste deux jours pour prendre une décision...

Des larmes commençaient à apparaître sur son visage d'homme mature. J'avoue que c'était un choix déchirant. J'ouvris mon esprit pour transmettre l'image de la note à Azuki, pour ne pas qu'elle soit totalement perdue.  Il était écrit.

''Dans une semaine. Près du lac. Si tu veux revoir tes parents, pour la dernière fois.''

La jeune fille, qui fut maintenant au courant de la situation, lui sourit et posa sa main sur la sienne et déclara d'un ton.

- Ne vous en faites pas, personne ne va mourir. Vous serez bientot de nouveau réunis, je vous le promet...

-C'est vrai, nous allons faire de notre possible pour que tu retrouves tes parents. Pour ma part, je ne posa pas ma main sur la sienne, mais je pris une voix douce, qui se voulait rassurante. Au fait, y'a d'autre cas du genre? Demandais-je aussi doucement que possible.

L'homme offrit un léger sourire triste à Azuki, qui faisait de son possible pour le consoler et il déposa sa fourchette dans le fond de son assiette, n'ayant rien manger du tout.

-Malheureusement... J'ai entendu dire que le fils et la fille d'un homme ont aussi disparu, mais il n'a pas eu de note...


- Dans ce cas, nous devrions commencer par aller voir cet homme, s'il n'est pas trop ébranlé pour nous parler.

L'homme hocha de la tête et se leva de sa chaise. J'hochai de la tête également, c'était une bonne idée.

-Désolé de ne rien avoir manger, Azuki, c'était très bon. Je vais aller dormir un peu, on se revoit demain.

Avant qu'il ne traverse l'arche qui séparait la ''cuisine'' du couloir, Azuki déclara.


- Monsieur Raphael ? Vous n'êtes plus seuls maintenant. Cessez de vous torturer l'esprit ou de culpabiliser & faites nous confiance. Nous sommes les Kaminari, après tout.Dit-elle avec un sourire sincère.

Lorsque qu'Azuki commença, il arrêta de marcher pendent quelques secondes, je devinais, sans franchir son intimité, que ces paroles l'avaient touché. Azuki avait un grand cœur et savait comment réconforter les gens. Il reprit son chemin, tournant à droite au fond du couloir. C'était probablement sa chambre. Je me leva de ma chaise et je déclarai en emmenant mon assiette et celle de Raphael.

-C'était très bon Azuki, merci pour ce repas. Dis-je en sortant de la pièce.

Je reviens ensuite dans la pièce et je demandai d'un ton gentil si elle avait terminer. Elle me répondit à l'affirmative. Je pris son plat et j'allais le déposer au même endroit que les deux autres. Pour de retour dans la pièce centrale, je déclarai en m'étirant.

-Que dis-tu d'aller interroger notre homme demain? De toute façon, nous ne connaissons pas son identité et je ne pense pas que Raphael  ait très envie d'en discuter pour la soirée. 

Je retirai mon chandail qui était pour le moins mouiller, et je le mit à sécher, oubliant le fait qu'Azuki verrait probablement la longue cicatrice dans mon dos et ce poserait des questions. Quoiqu'elle aurait probablement pu penser que c'était le résultat du combat avec son chat. Ce qui aurait été préférable. Je n'avais du tout envie de parler de mon passé.
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Ven 28 Juin 2013 - 0:56

Raphael se leva de table, la mine assez basse et se dirigea vers le couloir sombre ou devait se situer sa chambre. Affligée pour ce pauvre homme, Azuki se sentait mal à l’idée de le laisser aller se coucher d’humeur aussi sombre.
 
- Monsieur Raphael ? S’enquit-elle. Vous n’êtes plus seul maintenant. Cessez de vous torturer l’esprit ou de culpabiliser & faites-nous confiance. Nous sommes les Kaminari, après tout.
 
 Elle ponctua cette phrase d’un sourire mignon histoire de dissiper quelques uns des démons qui rongeaient son cœur. Naturellement, elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui sourit en retour, mais si ça pouvait apaiser minimalement ses inquiétudes, alors c’était déjà ça.
 
 Ayant visiblement finis de manger, Kain se leva & apporta son assiette ainsi que celle du maître des lieux à la cuisine.
 
- C’était très bon Azuki, merci pour ce repas. Dit-il simplement, faisant sourire la jeune fille.
 
 Il revint quelques secondes plus tard & rapporta son assiette à elle, voyant qu’elle avait également terminé. Azuki ne put s’empêcher de sourire nostalgiquement devant cette scène si quotidienne. Elle alla se réchauffer au bord du feu, un instant, alors que son chef revenait déjà, décrétant en s’étirant ;
 
- Que dis-tu d’aller interroger notre homme demain ? De toute façon, nous ne connaissons pas son identité & je ne pense pas que Raphael ait très envie d’en discuter pour la soirée.
 
 La brunette hocha la tête. Après tout, la nuit était pratiquement entamée & avec cette violente tempête qui faisait rage au dehors, il aurait été absurde de sortir pour aller interroger un seul homme. De plus, il n’y avait pas grand chances que cet homme disparaisse pendant la nuit. Ces orages (ainsi que les montagnes entourant ce patelin) avaient bien un avantage ; et c’était que personne ne pouvait facilement quitter le village. Donc, peut importe ce qui arriverait, leur meurtrier se cacherait toujours parmi les paisibles habitants d’Holy Cross.
 
 Ses réflexions furent interrompues par le jeune homme, lorsqu’il retira son chandail pour le mettre à sécher. La jeune Kaminari rougit discrètement en voyant son chef torse nu, mais se maitrisa rapidement. Après tout, c’était loin d’être la première fois qu’elle assistait à une scène du genre. De plus, son attention fut rapidement captée par la mystérieuse cicatrice qui striait le dos du grand blond. À première vu ce n’était pas une blessure récente. Azuki aurait bien voulu savoir comment il s’était fait ça, mais elle jugea plus sage de ne pas le demander. Après tout, Kain ne devait pas être vraiment d’humeur… Alors elle s’abstint.
 
Pour le moment, la fatigue commençait à lui peser beaucoup.
 
- Je sais qu’il est encore un peu tôt, mais cette journée m’a complètement épuisée. Soupira-t-elle en se levant. Je vais aller me coucher… À demain !
 
 Elle sourit une fois de plus à son supérieur et s’éclipsa dans le couloir sombre, dans la direction opposée à celle qu’avait prit leur hôte. La chambre des parents de Raphael était effectivement empreinte d’une atmosphère sordide. C’était le genre d’endroit dans lequel il était possible de sentir que la mort était passée par là. Frissonnant, la jeune fille se changea rapidement (enfilant des vêtements plus confortables pour dormir) et alla se blottir contre le mur, au fond du lit, emmitouflée dans les nombreuses couvertures de laine que semblait avoir rajouté leur hôte. Elle trouva le sommeil tout de même assez vite…
 
***
 
Un souffle glacial tira la jeune Kaminari de son sommeil, le lendemain matin. Elle ouvrit les yeux & constata que la fenêtre de la chambre ou elle se trouvait avait été ouverte au cours de la nuit (sans doute par le vent violent des orages) et que le vent matinal d’Alaska s’engouffrait à l’intérieur, la faisant frissonner. Enroulant une couverture autour de ses épaules, elle se redressa pour arriver à la refermer.
 
 Son regard fut alors attiré vers son chef qui dormait toujours, à côté. Son sommeil ne semblait pas de tout repos. Un peu soucieuse, la jeune fille s’agenouilla près de lui, repoussant doucement les mèches blondes qui lui retombaient sur les yeux lorsqu’un détail la frappa. Son esprit… Ses pensées… Elles n’étaient plus du tout protégées par la forte muraille impénétrable dans laquelle il se murait toujours. Bien que très curieuse, Azuki se sentait mal de s’incruster dans son esprit. Après tout, c’était un peu comme… une sorte de voyeurisme, non ? Elle choisit donc de le laisser à son intimité, mais les pensées (ou plutôt le rêve) assez violentes qu’il avait en tête lui furent pratiquement imposées, sans qu’elle n’ait la moindre tentative pour y avoir accès.
 
 Manifestement, son chef se trouvait en plein cauchemars. Ou plutôt, non, en plein souvenir… Azuki assista, comme si elle y avait été, à la mort du jeune Kaminari décapité par Noemie Kotasu. Son cœur se serra lorsqu’elle fut témoin des tentatives désespérées de Kain pour le secourir, puis pour le venger lorsqu’il réalisa qu’il n’y avait plus d’espoir. Elle se rappela avoir dit à Xie qu’elle n’avait rien de direct contre son frère, et bien maintenant ce n’était plus du tout le cas. Comment un être humain pouvait-il commettre un acte à ce point… immoral ? Le rêve de Kain parut prendre fin lorsqu’il avait été escorté dans sa chambre par un autre membre du clan, toujours en état de choc.  
 
 Bouleversée, Azuki effleura délicatement les cheveux du blond, (la situation la dépassant un peu trop pour qu’elle trouve quelque chose de mieux afin d’apaiser son sommeil), puis elle se leva et alla s’enfermer dans la salle de bain pour prendre une douche brûlante.
 
 Elle resta très longtemps sous le puissant jet d’eau chaude à se repasser en mémoire les évènements dont elle venait d’être témoin via le rêve de Kain. Tout le monde semblait prendre le chef Kaminari pour un brillant combattant, un leader impassible ne pensant qu’en fonction de ses stratégies, et pourtant… Il était humain comme tous les étudiants de ce lycée dément. Tous les élèves de Seikoku semblaient être considérés comme des petits guerriers, agents ou instruments d’une ultime machine à tuer, alors que la plupart faisaient à peine leur entrée dans le monde des adultes… Le raisonnement de ceux qui dirigeaient cet établissement était souvent à n’y rien comprendre.
 
 La brunette sortit de la douche, les idées un peu remises en ordre. Elle brossa ses cheveux et s’habilla de façon à pouvoir bouger aisément (la journée s’annonçant longue). Elle enfila un jean noir serré, une camisole blanche à boutons, et une veste de suède toujours noire par-dessus (comme ça, Kain pourrait garder la sienne). Elle se chaussa d’une paire de bottines avec lesquelles elle n’aurait aucune difficulté à marcher en forêt et laissa ses cheveux couleur chocolat libres sur ses épaules.
 
 Lorsqu’elle sortit de la salle de bain, le chef Kaminari venait apparemment tout juste de se réveiller. Il semblait encore un peu ébranlé… La jeune fille ne fit aucun commentaire, se contenant de lui sourire joyeusement (sa manière à elle de lui souhaiter bon matin) et se dirigea vers la porte. Ce n’est qu’avant de sortir de la chambre qu’elle lui lança, dos à lui ;
 
- Tu sais, Kain… Les guerriers qui tombent & se relèvent sont beaucoup plus forts que ceux qui ne tombent jamais.
 
 Elle espérait qu’il comprendrait la métaphore & que ça l’aiderait un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Sam 29 Juin 2013 - 7:43

Alors que je retirai mon chandail pour le faire sécher, je ne pu m'empêcher d'entendre les pensées de mon amie, qui assistait à la scène. Avoir été d'une nature moins réservé, je lui aurait probablement raconter l'histoire de cette cicatrice, comme elle l'aurait souhaité, mais non. Je n'en avait pas envie, était-ce parce que j'avais peur de me confier? Euh... Possible, il est vrai que je n'ai jamais eu d'ami assez proche de moi pour lui raconter ma vie, mes expérience, mes craintes ou simplement ce que je pensais.

-Je sais qu'il est encore un peu tôt, mais cette journée m'a complètement épuisée. Dit-elle en se levant et en soupirant légèrement. Je vais aller me coucher... À demain !

Elle me sourit avant de partir vers le couloir légèrement sombre. Je la vis franchir la porte de gauche et refermer la porte tranquillement. Je restai seul pendent un moment, je n'avais pas du tout envie de dormir toute suite. Je déplaçai légèrement une chaise, pour être en face du feu et je m'assis dessus. Mon regard se perdit au delà des chaudes languettes qui striaient le fond du foyer.  

La personne qui kidnappait les gens était un fou. Un fou dangereux. Il était venu outre par la voie aérienne, il avait donc une conviction d'acier. Par contre, ce qui serai plus probable, c'est qu'il soit venu en bateau ou en rideau et qu'il l'ait laissé un peu avant d'arriver au village. Dans les bois? Probablement.

 Je restai assit pendent quelque minute encore, ne sentant aucunement l'envie, ni le besoin de dormir, mais le mauvais temps dehors et l'ennuie eu raison de moi. Je me relevai, replaçai la chaise, j'allai prendre mon sac qui était rester près de la porte et j'allais dans la chambre. J'ouvris tranquillement la porte, espérant ne pas réveiller mon amie, mais heureusement, elle c'était déjà assoupie. Je déposai mon sac à côté du lit, je m'assit légèrement sur le rebord, je sorti mon livre de mon bagage et je m'allongeai sur mon côté du lit. J'allumai la lumière espérant ne pas déranger mon amie et je commençai ma lecture, la tête confortablement posé sur le coussin.

Quelques minutes? Ou bien peut-être quelques heures plus tard, je refermai mon livre et la lumière, je fermai les yeux, cherchant un sommeil réparateur et j'espérais, sans rêve.

Le néant total... Puis, un image apparut, puis un autre, plusieurs se suivirent accompagner de son pour former un petit film. Une légère pluie se fracassait sur les fenêtre. J'étais en train de lire un livre à la bibliothèque et le temps m'avais échappé. Les pensées d'un camarade Kaminari vint directement à moi... Ce n'était pas que de simples pensées. C'était un appel à l'aide. Je déposai vivement mon livre sur la table et je couru, littéralement, jusqu'à la porte de la bibliothèque. Je l'ouvris violement et je parti dans la direction de mon collègue. Il était trop tard. Lorsque j'arrivai sur les lieux, son corps gisait, inerte, par terre, du sang coulait abondamment. Le coupable était encore sur les lieux. Sans me faire attendre, je fis apparaître Ten'shi et Akuma, les mains tremblantes d'une rage non dissimulé, je tentai d'embrocher l'assassin. Sans chance, je manquai le cœur de peu, le transperçant des côtes et avec l'autre katana, je lui éraflai le visage. D'un mouvement qui m'Avais semblé désespérer, il s'était décroché et il avait accourut vers le corps inerte de mon compagnon... Pour lui trancher la tête avec sa grande faux rose, pui il parti en courant, laissant un long sillage de venin. Mon coeur battait à tout rompre, mes oreilles bourdonnaient. Je laissai tombé mes katanas par terre avant de me précipité vers le corps du Kaminari. Il n'y avait plus d'espoir. S'il avait été encore en vie lors de mon arriver, sa décapitation l'avait achevé. Je regardai la trainée de sang sans grande conviction. Les autres membre de mon clan arrivèrent sur les lieux quelques minutes plus tard. Ils semblèrent tous attristés... L'un d'eux me tapa l'épaule et m'entraîna vers les dortoirs, tandis que les autres restèrent et appelèrent un professeur. Ce jeune était sous ma responsabilité... J'avais failli à ma tâche. La haine que j'éprouvais au début pour ce chef de la mort, n'était rien comparer à ce que je ressentait présentement. Mon ami me déposa sur mon lit Je n'avais plus de force. La décapitation m'avait surprit... Voir un ami mort... Le visage de l'assassin... Puis, tout redevint néant.

Je me réveillai, enfin. Je m'assis dans le lit et je portai une main à mon visage. Une des raisons pourquoi je détestais dormir était bien à cause de ces foutus rêves. Ces rêves qui n'était que les souvenir d'un  homme incapable. Je soupirai et je me laissant retombé dans le lit douillet et c'est à cette instant que la jeune fille sortit de la pièce adjacente à la chambre. Elle me fit un sourire chaleureux, je lui en fit un en retour, il était peut-être un peu triste, mais il fallait me comprendre. Ce que je vais de revive pour la énième fois, n'avait pas été agréable.

-Tu sais Kain... Me dit la jeune fille, qui était de dos et pratiquement hors de la pièce. Les guerriers qui tombent et se relèvent sont beaucoup plus forts que ceux qui ne tombent jamais. Et elle franchit la porte, me laissant seul.

Je me levai du lit et je me dirigeai vers la salle de bain en jetant un regard furtif vers la fenêtre. Le temps ne semblait pas être si mauvais, bien qu'un peu froid en cette mâtinée en Alaska. J'aurais probablement rester plus longtemps sous la douche, si seulement l'eau n'aurait pas subitement changer de température. Je l'arrêtai et je m'habillai sobrement, omettant délibérément de mettre un chandail et je sorti de la chambre de bain.

Raphael était déjà debout et lorsque je suis arrivé dans la salle centrale, je l'aperçu boire un café attablé autour de la table. Azuki était présente aussi. Je pris mon chandail que j'avais déposé là, la veille et je le réenfila. Je tirai la chaise et je m'assis.

-Bon, Raphael, j'aimerai que tu nous dise qui est l'homme en question, celui qui s'est fait kidnapper ses enfants.

-Je vous ait dit de rester discret...

-Du moment qu'il n'y ai que toi, l'autre homme et les deux sage qui êtes au courant de notre venu, je considère l'objectif comme réussi.

L'homme me regarda sans grande conviction, je me permis de lui sourire, j'étais confient et il fallait que je lui montre. Sinon, il ne serait pas réceptif à l'idée de nous donner son nom.

-Alors, qui est-ce?

-Il s'agit de Sébastien, il vit à quelques maisons à peine de chez moi. C'est mon ami vous savez...

-Nous ne lui ferons pas mal, je te le jure.

L'homme soupira et nous dit d'un ton plutôt timide.

-Il reste au bout de la rue, dernière maison à droite.

Je me levai et je me dirigeai vers la cuisine, je regardai vite fait sur le comptoir et je me permis de prendre une tranche de pain parmi toutes celles qui étaient là, elles devaient avoir été utilisées pour faire des rôties. Je revins dans le salon et je pris ma veste et je l'enfilai.

-Nous allons y aller, Azuki. Raphael, je te prierais de mettre un sourire sur ton visage, il ne se passera plus rien d'anormal. Dis-je en chaussant mes souliers et en prenant une bouchée de pain.

Lorsque j'ouvris la porte, la lumière naturelle du soleil m'éblouit légèrement. Je plissai les yeux pour qu'ils s'habituent. Quelques secondes plus tard et c'était déjà parfait. Je terminai mon léger déjeuné et je me retournai pour voir Asuki passer à son tour la porte de la maison. Pour être franc, je pensais encore à ses paroles... Je n'étais qu'un faible parmi tant d'autre, pourtant, elle pensait que j'étais quelqu'un de fort, pourquoi? Elle ne devait pas connaitre mon passé. Elle de pouvait surtout pas le connaitre. Je secouai la tête, faisant envoler cette stupide réflexion.

Il ne me fallu que quelques secondes avant de repérer la maison et quelques minutes pour que moi et Azuki nous soyons au pied de la porte. Je frappai légèrement, mais assez pour être entendu. C'était silencieux, derrière la porte. Aucun bruit, aucun son ne pouvait nous parvenir. Excepter les pensées terrifiées d'un individu. Il semblait au bord de la dépression, ou peut-être même en état de dépression, je n'aurais su dire. Une voix retenti soudain derrière la porte.

-Q-Q-Qui est vous...? Dit la voix, craintive à souhait.

-Sébastien... Nous sommes venu vous aider. Dis-je de ma voix la plus tendre possible. Laissez-nous entrer, s'il vous plait.

-N-Non! Comment connaissez-vous mon nom! Dégagez!

Je me tournai vers la jeune fille qui se voulait être encore plus douce et tendre que moi, peut-être qu'elle arriverait à le persuadé? Je lui chuchotai avec un léger sourire et en lui donnant ma place devant la porte.  

-C'est à toi de jouer, Azuki. 
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mar 2 Juil 2013 - 6:43

- Tu sais Kain… Les guerriers qui tombent & se relèvent sont beaucoup plus forts que ceux qui ne tombent jamais.
 
  Azuki eut un léger sourire pour elle-même puis sortit dans le couloir, laissant son chef méditer ces profondes paroles.
 
 Elle arriva dans la petite cuisine d’un pas léger, pour constater que leur hôte était déjà attablé devant son petit déjeuner. Elle salua celui-ci d’un sourire enjoué & il l’invita à se joindre à lui, lui apportant quelque chose à manger alors qu’elle s’installait également autour de la petite table.
 
- J’espère que vous n’avez pas trop mal dormis… Commença-t-il en servant un peu de café à la jeune fille. Je suis désolé de l’ambiance plutôt sinistre dans laquelle je vous ai accueillis hier soir…
 
 Azuki remarqua qu’il semblait moins ébranlé que la veille, mais toujours un peu angoissé. Les cernes sous ses yeux confirmèrent ses soupçons ; il ne devait pas avoir énormément dormi.
 
- Pour ma part j’ai très bien dormi. Le rassura-t-elle doucement. Et ne vous en faites pas, votre comportement est tout à fait compréhensible.
 
 Kain choisit ce moment pour faire son entrée. La brunette fut heureuse de constater qu’il avait l’air d’aller un peu mieux, comparativement à l’état dans lequel elle l’avait trouvé en se levant. Il était toujours torse nu & le soleil matinal glissant sur ses cheveux clairs lui donnait meilleure mine. Azuki le trouva même particulièrement séduisant à ce moment ci, mais essaya de ne pas trop y penser, de peur qu’il s’en aperçoive. Le blond alla remettre le même chandail que la veille et vint s’installer auprès de ses deux camarades.
 
- Bon, Raphael, j’aimerais que tu nous dises qui est l’homme en question, celui qui s’est fait kidnapper ses enfants. Dit-il à leur hôte en encrant son regard dans le sien.
 
- Je vous ai dit de rester discrets… Répondit nerveusement l’homme.
 
- Du moment qu’il n’y a que toi, l’autre homme, & les deux sages qui êtes au courant de notre venue, je considère l’objectif comme réussi.
 
 Azuki eut un petit sourire. Kain savait se montrer persuasif & elle aurait mis sa main au feu que leur hôte n’allait pas lui résister très longtemps avant de lui dire exactement ce qu’il voulait entendre.
 
- Alors qui est-ce ?
 
 Et comme de fait…
 
- Il s’agit de Sébastien, il vit à quelques maisons à peine de chez moi. C’est mon ami vous savez…
 
- Nous ne lui ferons pas de mal, je te le jure.
 
 L’homme parut hésiter, puis lâcha finalement au bout d’un soupir ;
 
- Il reste au bout de la rue, dernière maison à droite.
 
 Et 1-0  pour Kain ! La jeune fille sourit avec amusement malgré la mine atterrée du pauvre homme. Le chef Kaminari sembla satisfait. Il se leva, alla se chercher un petit quelque chose à manger dans la cuisine et revint chercher sa veste, qui avait passé toute la nuit près de l’âtre.
 
- Nous allons y aller, Azuki. Déclara-t-il finalement. Raphael, je te prierais de mettre un sourire sur ton visage, il ne se passera plus rien d’anormal.
 
 La brune approuva d’un hochement de tête, puis se leva à son tour, allant rejoindre son chef dans le vestibule. Elle lui emboîta le pas à l’extérieur & fut ravie de constater que la puissante tempête d’hier soir avait laissé place à un radieux soleil en cette matinée. Comme quoi après la pluie vient toujours le beau temps. La jeune fille suivit son chef qui semblait avoir déjà repérer la maison en question & se permit d’admirer un peu la petite communauté d’Holy Cross. Cela semblait être un village tout à fait paisible omis le fait qu’il n’y avait pas un chat dehors malgré le temps clément. Azuki n’avait pas vraiment de mal à s’imaginer tous les habitants terrifiés préférant sortir de chez eux le moins possible.
 
 Une fois arrivé sur le porche de la petite maison, Kain cogna quelques coups à la porte, mais personne ne daigna venir ouvrir. Ça avait limite l’air d’une maison abandonnée. Des pensées débordantes d’inquiétudes parvinrent tout de même à l’esprit des Kaminari, et une voix se fit entendre, assez faiblement ;
 
- Q-Q-Qui êtes-vous ?
 
- Sébastien… Nous sommes venus vous aider. Répondit le blond d’une voix qui se voulait rassurante. Laissez-nous entrer s’il-vous-plaît.
 
- N-Non ! Comment connaissez-vous mon nom ? S’alarma la voix. Dégagez !
 
Azuki soupira. Cet homme semblait très entêté, c’en était presque exaspérant. Bien que compréhensible… Perdre ses enfants devait être une expérience parmi les plus atroces. Le chef de la foudre se tourna vers elle & lui chuchota quelques mots avant de s’écarter pour lui laisser sa place devant la porte.
 
- C’est à toi de jouer, Azuki. Lui avait-il dit.
 
 La brunette lui sourit comme pour lui montrer qu’elle avait la situation entièrement sous contrôle et s’avança pour cogner de nouveau, un peu plus doucement.
 
- Monsieur Sébastien… Commença-t-elle d’une voix douce mais ferme. Nous sommes des amis de Raphael, c’est d’ailleurs lui qui nous a parlé de vous…
 
 La voix ne répondit rien, ce que la Kaminari interpréta comme un bon signe. Elle espérait seulement ne pas créer de bisbille entre les deux amis, espérant que Sébastien n’en voudrait pas trop à leur hôte de l’avoir impliqué dans cette affaire.
 
- Nous enquêtons sur les disparitions qui sont survenues à Holy Cross & nous croyons qu’avec votre aide, nous serions en mesure de retrouver vos enfants.
 
- Vous êtes de la police ? S’enquit l’homme, toujours méfiant.
 
- Pas vraiment…
 
Des pas retentirent soudain de l’intérieur de la maison & quelques secondes plus tard, un homme assez costaud, dans la quarantaine vint leur ouvrir. Il parut un peu surpris de se retrouver devant les deux Kaminari & les toisa longuement de la tête aux pieds.
 
- Vous avez l’air sacrément jeunes. Remarqua-t-il, sceptique.  
 
 Azuki eut un petit rire nerveux et se pris sur elle de faire les présentations ;
 
- Je m’appelle Azuki Kanra & lui c’est Kain Onichiro. Nous venons d’un endroit… un peu spécial. Faites-nous confiance, nous sommes mieux qualifiés que n’importe quel policier pour ce genre d’affaire.
 
 Elle tenta un sourire optimiste, histoire de mettre l’homme en confiance, mais ça ne parut pas avoir beaucoup d’effet sur lui. Néanmoins, il consentit à les laissez entrer, peut-être plus par curiosité que par confiance, cependant.
 
 Sa maison était plutôt semblable à celle de Raphael, quoiqu’en un peu plus sale. Il était évident que cet homme négligeait beaucoup son hygiène depuis quelques temps… Encore une fois, c’était compréhensible considérant ce qui lui arrivait.
 
- Expliquez-moi ce que vous savez. Les somma-t-il d’un ton un peu plus dur.
 
- Apparemment, une sorte de meurtrier aurait enlevé les parents de Monsieur Raphael, exigeant quelque chose en retour, contre leur libération… Et nous croyons qu’il s’agit du même homme qui aurait kidnappé vos enfants.
 
Le dénommé Sébastien soupira & se dirigea vers une lourde commode de bois qui trônait dans le coin de sa cuisine.
 
- Vous n’êtes pas très avancés… Décréta-t-il.
 
Il tira une caméra de son armoire et vint la poser sur la table.
 
- Cette caméra… Commença-t-il en perdant un peu d’assurance. Est tout ce que j’ai retrouvé la nuit ou mes enfants ont disparus…
 
 Il emporta l’appareil dans la pièce adjacente qui était un petit salon assez sobre et se laissa tomber dans le divan, comme si soudainement il avait tout le poids du monde à supporter sur ses épaules. Il enfouit son visage dans ses mains, désespéré.
 
- Mes chers enfants… Léa & Jake… À peine 9 ans… Comment quelqu’un peut-il être aussi cruel au point de s’en prendre à des enfants ?
 
- Qui a-t-il sur ce film ? Demanda la brunette, d’un ton infiniment doux.
 
 Sébastien releva la tête, puis soupira et fourra la caméra dans les mains d’Azuki.
 
- Je n’ai plus le courage de le regarder, mais je vous le laisse. Emmenez-le chez Raphael & regardez le film qu’il y a dessus. Ce sera ma seule contribution à votre enquête. Mes jumeaux aimaient beaucoup s’amuser a faire de petits films en se baladant dans les bois. Voici ce qu’ils ont filmé la nuit de leur disparition.
 
 La jeune fille sourit et lui prit la main.
 
- Je vous remercie infiniment. Votre courage est admirable.
 
  Elle se releva & s’apprêta à partir, Kain sur les talons alors que l’homme ajouta ;


- Oh, une dernière chose… Je crois… Enfin, vous jugerez bien par vous-même… Mais je crois que ce vidéo est la preuve matérielle… que nous avons à faire à quelque chose qui n’est pas complètement humain…
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Jeu 4 Juil 2013 - 5:34

C'est à toi de jouer, Azuki. Avais-je dis en lui cédant ma place devant la porte de la maison.

La jeune femme me sourit, comme pour me dire qu'elle avait comprise. Elle s'avança tranquillement et toqua à la porte, un peu plus doucement que je l'avais été.

-Monsieur Sébastien... Dit-elle doucement, mais d'une façon qui se voulait autoritaire. Nous sommes des amis de Raphael, c'est d'ailleurs lui qui nous a parlé de vous...

La personne ne répondit rien. Je pouvais ressentir le débat qui se passait dans son esprit. Il avait peur, mais il se disait que si nous étions des amis de Raphael, nous ne pouvions pas être de mauvaise personnes. Raphael avait toujours été si bon, si gentil avec lui. Il était impossible qu'il côtoie de mauvaises personnes

-Nous enquêtons sur les disparitions qui sont survenues à Holy Cross et nous croyons qu'avec votre aide, nous serions en mesure de retrouver vos enfants.

S'ils ne sont pas encore mort. C'était de simples mots qui m'étaient venus à l'esprit... Nous ne savions pas depuis combien de temps que ses enfants étaient disparurent et l'absence de note laissait sous-entendre qu'il n'y avait peut-être aucun moyen de les récupérer... Enfin.
 
-Vous êtes de la police? Demanda l'homme, méfiant.

-Pas vraiment... Répondit simplement Azuki.

Il était vrai qu'il aurait été long de lui expliqué que nous venions de Seikoku. École de personnes avec des pouvoirs, il ne nous croirait probablement pas.  Nous eûmes été en mesure d'entendre des pas derrière la porte, signe évident que l'homme se déplaçait dans la maison. La porte s'ouvrit, nous laissant voir qui était ce fameux Sébastien.

-Vous avez l'air sacrément jeunes. Dit-il sceptique.

Pour quelqu'un de sacrément jeune, j'étais sur d'avoir vécu des choses bien plus difficile que lui. Bien entendu, j'imagine que la perte de deux enfants est une chose, mais... Je pense que voir un camarade mourir sous ses yeux est une expérience assez troublante. Enfin... je n'aurais pas dit s'il aurait assisté à l'événement.

-Je m'appelle Azuki Kanra et lui, c'est Kain Onichiro. Nous venons d'un endroit... un peu spécial. Faites-nous confiance, nous sommes mieux qualifiés que n'importe quel policier pour ce genre d'affaire.

Et n'importe quel élève de Seikoku... Enfin, l'homme nous laissa enfin entré dans son humble demeure. La première chose qui me frappa et qui frappa également mon amie, fut la propreté des lieux. Sébastien devait avoir l'esprit ailleurs, pour oublier de ranger des trucs et épousseter la poussière qui s'accumulait ici et là. Pour ma part, je n'osai pas demander à notre hôte de s’asseoir à la table, nah, je préférai rester près de la porte et debout.

L'homme fit quelques pas et se retourna, pour nous faire face, en étant un peu plus loin et déclara d'un ton un peu plus dur.

-Expliquez-moi ce que vous savez.

Pour ma part, je n'aurai pas répondu. C'est moi qui donnais les ordres, habituellement, pas les inconnus en dépression, mais mon amie avoua toute suite après.

-Apparemment, une sorte de meurtrier aurait enlevé les parents de Monsieur Raphael, exigeant quelque chose en retour, contre leur libération... Et nous croyons qu'il s'agit du même homme qui aurait kidnappé vos enfants. Dit-elle sans détour, sans rien.

L'homme soupira et se dirigea vers une commode en bois qui se situait dans le coin de la pièce.

-Vous n'êtes pas très avancés... Dit-il, comme si nous lui avions dit tous ce que nous savions.

Il ouvra le tiroir et sorti une petite caméra vidéo. Il le déposa sur la table, avant de nous dire.

-Cette caméra... Est tout ce que j'ai retrouvé la nuit ou mes enfants ont disparus.

Ah... Alors, peut-être que nous pourrions voir le visage de notre cible. Si Raphael avait eu la note, peut-être que sur cette caméra vidéo, il y avait le message pour Sébastien. C'était une... Non, c'était forcément la seule solution probable.

Il prit la caméra et il alla dans la pièce juste d'à côté. Il se laissa tomber dans le sofa et laissa tomber l'apparais à ses côtés avant de prendre son visage à deux mains, pris d'une soudaine vague de tristesse.  La jeune fille allais s'assoir dans un fauteuil près de l'homme, pour ma part, je restais debout, sous l'arche de la porte.

-Mes chers enfants... Léa et Jake... À peine neuf ans... Comment quelqu'un peut-il être aussi cruel au point de s'en prendre à des enfants?

En étant un lâche? Un incapable? Enfin, ce sont des réponses qui me vint sur le coup, mais je n'osai pas intervenir dans cette discutions qui se passa entre Azuki et Sébastien, tout à l'heure, il ne semblait pas trop trop vouloir me parler, donc, je ne m'imposerai pas.

-Qui a-t-il sur ce film ? Demanda la brunette, d'un ton doux, il était évidant qu'elle voulait des réponses.

L'homme releva la tête et soupira. Il décida en quelques secondes de mettre la caméra dans les mains d'Azuki et il déclara.

-Je n'ai plus le courage de le regarder, mais je vous le laisse. Emmenez-le chez Raphael et regardez le film qu'il y a dessus. Ce sera ma seule contribution à votre enquête. Mes jumeaux aimaient beaucoup s'amuser à faire de petits films en se baladant dans les bois. Voici ce qu'ils ont filmé la nuit de leur disparition.

Le jeune fille lui serra la main.

-Je vous remercie infiniment. Votre courage est admirable.

Elle se releva et alors qu'elle s'apprêtait à travers la petite porte qui allait nous ramenez dans la pièce précédente, l'homme conclut.

-Oh, une dernière chose... Je crois... Enfin, vous jugerez bien par vous-même... Mais je crois que ce vidéo est la preuve matérielle... que nous avons à faire à quelque chose qui n'est pas complètement humain...

J'haussai des épaules avant d'ouvrir la porte pour Azuki. Je me retiens légèrement de lui répliquer que nous n'étions pas humain nous aussi, mais je lui aurait probablement fait plus peur qu'autre chose. Je sorti dehors et je refermai légèrement la porte, laissant l'hôte de la maison, seul, sur son canapé.

-Tu as fais du bon travail, Azuki. Je suis fier de toi. Lui dis-je avec un sourire et en me dirigeant vers la maison de Raphael.

Nous marchâmes en silence, je ne jugeai pas utile de dire quoi que ce soit. D'ailleurs, je ressentais un peu de tension dans l'air. C'est une fois rendu dans la maison à Raphael, je regardai la jeune femme se déchausser et je déclarai à Azuki et Raphael.

-Je vais aller faire un tour dans la forêt, histoire d'essayer de trouver quelques indices. J'aimerai que vous m'attendiez pour regarder le film... Sauf si vous y tenez absolument. Je le verrai à mon retour, de toute façon.

Je ressorti immédiatement, laissant mes deux compagnons dans la maison et je me dirigeai derrière la maison, vers la forêt. Je trouverai bien une façon de rejoindre le rivière que si situait à proximité du village, tout en étant confortablement dissimulé dans entre les nombreux arbres. Oui, parce qu'il fallait être discret...

Le temps passait et je ne faisait que m'enfoncé plus profondément dans la forêt, peut-être espérais-je tomber sur un abri quelconque, mais non. Si l'homme, le kidnappeur, avait été simplement brillant, il aurait installer son campement ailleurs, dans un endroit difficile d'accès, un endroit ou les humains ordinaires ne penserai pas aller chercher...

Combien de temps, trente minutes? Une heure? Je sais plus. Ce que je savais, c'est que j'étais enfin rendu au abord de la rivière, celle qui serpentant au côté de la piste d'avion. Plus haut, il y avait la rivière du Yukon, peut-être aurais-je du commencer par là. Nah, il était trop tard. Je regardai mon reflet au dessus de la surface d'une couleur bleue. Il était évident que les usines et autres industries supers polluantes n'avaient pas eu aucun effet ici. C'était probablement une bonne chose, de vivre si loin des grandes villes.

La rivière semblait sans fin. Je ne sais pas jusqu'ou j'aurais bien pu aller en la suivant comme ça. C'est au moment ou le ciel s'obscurci que je décidai de rentrer chez Raphael. Mon aventure n'aura servit à rien, aucune embarcation avait été en vue. Il serait donc venu de la grande rivière du Yukon, ou bien par avion, mais la dernière option me semblait tellement stupide. La population l'aurait su, si quelqu'un aurait débarquer...

Une idée assez surprenante vint s'installer dans ma tête... Si la personne avait été dans le village depuis le début? Je veux dire... si la personne était un jeune enfant qui avait grandit ici, jusqu'en devenir un adulte et s'en prendre aux autres? Je devais en faire part à Raphael et Azuki. Un éclair me ramena dans le monde réel... Un éclair... Pour être honnête, il fallait dire que j'eus un moment de panique. Mais, j'essayai d'être rationnel. La pluie commença à ce déverser avec une force surprenant et je décidai de rentré en traversant la forêt, comme j'avais fait, pour évité de faire une mauvaise chute dans l'eau.

Il me fallu un peu moins de temps pour revenir. Je devais faire attention pour ne pas glisser ici et la dans une flaque de boue et quand ca me semblait correcte, je courais.  Je savais que le village allait être désert, puisqu'en temps de pluie et d'orage tout le monde allait rester cloitré chez eux. Alors, je ne me gênai pas pour y aller directement, passant dans la rue principale pour attendre la maison de Raphael.

À mi-chemin, je décidai de faire gronder les nuages, d'un grondement menaçant. À défaut de pouvoir parler avec le mécréant, j'allais au moins lui faire peur. J'espérais que mon avertissement l'ait empêché de faire du mal à quelqu'un...

Je courus jusqu'à la maison de Raphael et j'ouvris la porte. Je fus soulager de voir que mes deux compagnons était encore en pleine forme et surtout encore présent.

-Je suis rentré, dis-je simplement, mais avec un léger sourire de soulagement.

J'enlevai ma veste et je la mit à sécher, encore un fois et je m'assied à la table.

-Bon, on la regarde, cette vidéo? 
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Ven 5 Juil 2013 - 7:55

 - Oh, une dernière chose… Les retint Sébastien alors qu’ils se trouvaient sur le pas de la porte. Enfin, vous jugerez bien par vous-même… Mais je crois que cette vidéo est la preuve matérielle… que nous avons à faire à quelque chose qui n’est pas complètement humain…
 
 Azuki le regarda, un peu perplexe, mais en vint finalement à l’évidence ; il était clair qu’un meurtrier humain n’aurait pas nécessité que des élèves de Seikoku viennent s’en occuper. La police locale… Le FBI dans le pire des cas, aurait depuis longtemps prit cette affaire en charge. Elle tenta un dernier sourire qui se voulait rassurant & suivit Kain à l’extérieur. Une fois dans la rue, ce dernier lui sourit & lui dit ;
 
- Tu as fais du bon travail, Azuki. Je suis fier de toi.
 
 La jeune fille eut un radieux sourire à ces paroles. Fier ? Wouha ! Elle se dit qu’elle ferait toujours tout pour le rendre encore plus fier, pour être pleinement respectée en tant que Kaminari. Les deux jeunes gens franchirent la courte distance qui les séparait de la maison de leur hôte silencieusement. La brunette serrait toujours contre elle la fameuse caméra et son cœur se serrait légèrement quand elle pensait au sort de ces pauvres enfants. Qu’avait-il bien put leur arriver ? Elle espérait de tout cœur qu’au moins, ou qu’ils soient, ils étaient encore en vie & qu’ils arriveraient à temps pour les secourir.
 
 Une fois chez Raphael, la jeune fille retira ses bottes et déposa la caméra sur un petit meuble qui constituait le vestibule, alors que Kain prit la parole ;
 
- Je vais aller faire un tour dans la forêt, histoire d’essayer de trouver quelques indices. J’aimerais que vous m’attendiez pour regarder le film… Sauf si vous y tenez absolument. Je le verrai à mon retour, de toute façon.
 
 Azuki lui sourit & Raphael se contenta d’approuver d’un hochement de tête. Bien qu’elle ait une confiance quasi-aveugle en son chef, la brune ne pouvait s’empêcher d’éprouver un brin d’inquiétude à l’idée de le savoir seul dans les bois. Mais comme il avait prit l’initiative, elle n’osa pas le contredire, et se dit qu’il n’y avait surement aucune raison de s’en faire. De plus, en repensant à l’affrontement qui avait opposé Kain à son fidèle tigre, elle parvint à se convaincre que le blond arriverait à se défendre face à environ n’importe quoi.
 
 Elle secoua la tête pour ne plus y penser & se dirigea vers la chambre qu’elle partageait avec son chef, laissant le propriétaire des lieux vaquer à ses occupations. Bon… Elle avait quelques heures à tuer, donc.
 
 Elle se laissa tomber sur le lit & regarda le plafond durant quelques minutes. Quelque chose ne tournait pas rond dans cette affaire, elle ne cessait de se le répéter depuis qu’ils étaient arrivés au village. Quelque chose… Son instinct… C’était comme si une petite voix dans sa tête lui hurlait de s’enfuir en courant.
 
 S’interdisant d’avoir des pensées moroses dans pareil moment, la brunette se releva & se mit à faire le tour de la chambre, curieuse. Elle ouvrit quelques tiroirs & fut assez surprise de constater qu’ils étaient tous vides. C’était tout de même étrange… Après tout, Raphael n’avait-il pas dit que ses parents avaient été enlevés ? Et que cela avait eu lieu assez récemment ? Ou étaient donc passés tous leurs effets personnels ?
 
 La jeune fille fronça les sourcils, essayant de se souvenir d’un quelconque détail qui lui aurait échappé, lorsque son attention fut captée par le petit livre que Kain lisait dans l’avion. Elle s’en approcha & le prit pour le feuilleter sommairement. Quel genre de lecteur était son chef, hm ? La jeune fille lut le résumé au verso & constata qu’il s’agissait là d’un roman policier. Tiens ? Il désirait se mettre dans l’ambiance. Selon le résumé, l’histoire semblait plutôt pas mal alors, si elle devait s’ennuyer, autant se distraire un peu… Elle se mit donc à le lire à partir du début.
 
 Plusieurs minutes passèrent, peut-être même une heure ou deux, lorsque des coups de feu au dehors tirèrent la Kaminari de sa lecture. Elle reposa rapidement le livre sur la table de nuit & se rua à l’extérieur, dans la cour arrière là d’où provenaient les bruits.
 
 Azuki fut plutôt surprise de trouver Raphael en train de tirer entres des arbres avec un long fusil de chasse. Il avait l’air très concentré & la jeune fille essaya de trouver ce qu’il cherchait à abattre, mais en vain. Elle s’approcha discrètement et vint s’adosser contre le mur arrière de la maison, observant toujours son hôte, intriguée. Lorsqu’il l’aperçut, celui-ci lui fit un sourire gentil et s’approcha d’elle de quelques pas.
 
- Que faisiez-vous ? Lui demanda la brune, curieuse.
 
- Je m’entraîne. Répondit l’homme. Il ne faut jamais manquer sa cible pour être un chasseur digne de ce nom.
 
 La jeune fille lui sourit alors qu’il perdait son regard dans la contemplation de la forêt. Puis, soudainement, il se retourna de nouveau vers elle, avec au fond des yeux, une lueur indescriptible.
 
- Tu voudrais essayer, peut-être ?
 
 Azuki regarda le fusil, puis de nouveau l’homme, et sourit fièrement, sa nature aventureuse & un peu téméraire reprenant le dessus.
 
- D’accord, pourquoi pas ?
 
 Raphael lui rendit son sourire, puis lui tendit le fusil, se mettant derrière elle pour lui montrer comment le tenir. Au début, elle eu un peu de difficulté, mais au bout de quelques essais, elle ne manquait plus jamais sa cible. Elle lut d’ailleurs dans les pensées de l’homme que celui-ci était presque impressionné. Qu’il était rare qu’une jeune fille de sa taille réussisse si habilement à viser en plein dans le mile. Après tout, peut-être qu’une arme à feu était ce qu’il lui fallait ? À Seikoku, elle s’était longtemps entraînée dans le but de se trouver une arme qui serait comme un prolongement de son propre corps. Le genre d’armes que les autres avaient tous. Elle avait essayé de nombreuses armes blanches, mais elle finissait toujours par se blesser avec, au final. Alors que cette fois…
 
 Soudainement, le ciel devint très sombre et un lourd coup de tonnerre fit pratiquement trembler la terre. Azuki sentait d’ailleurs l’électricité bourdonner dans les paumes de ses mains. Un violent orage menaçait d’éclater. Une fois de plus… Raphael eut une expression inquiète et entraîna rapidement la jeune fille à l’intérieur. Quelques secondes plus tard, une pluie torrentielle s’abattit sur la forêt. Azuki sentit son cœur se serrer un peu en pensant à Kain qui devait affronter ce déluge. Que faisait-il ? La nuit allait bientôt tomber & il n’était toujours pas rentré…
 
 C’est alors que la porte s’ouvrit et qu’une voix familière résonna aux oreilles de la brune.
 
- Je suis rentré. Annonça Kain, trempé, mais visiblement soulagé.
 
 Il alla déposer sa veste sur le bord du foyer, pour la faire sécher de nouveau avant de revenir dans la cuisine, ou les deux autres l’attendaient.
 
- Bon, on la regarde, cette vidéo ?
 
 La jeune fille hocha la tête en souriant alors que leurs hôtes semblait plutôt inquiet, voir angoissé.
 
- Je ne suis pas sûr que j’aie envie de voir ça… Soupira-t-il en détournant le regard. Je crois que… que je vais aller tout de suite au lit. Cette journée m’a vidé.
 
  La jeune fille trouva ce changement d’attitude un peu étrange, (lui qui était si confiant quelques heures plus tôt, dans la forêt) mais elle ne fit pas de commentaires et se contenta de lui souhaiter gentiment une bonne nuit. Elle alla chercher la caméra et revint s’asseoir à la table, aux cotés du blond.
 
 Lorsque le film se mit en marche, il était difficile de distinguer quoi que ce soit. Premièrement car il faisait plutôt sombre, deuxièmement car l’écran était petit (ils ne pouvaient voir cette vidéo que directement sur la caméra) & troisièmement, car le caméraman était un enfant et balançait visiblement l’appareil dans tous les sens.

 

- Jaaake ! Cria une voix de petite fille. Jake, attends moi !

 

 L’enfant qui tenait la caméra eut un éclat de rire, mais ne ralentit pas sa course.

 

- Jake, tu me laisses toujours derrière !

 

- Tu es trop lente, Léa ! Lui répondit la voix du petit garçon, toujours amusé.

 

Puis, sans prévenir, un bruit sec retentit et la caméra tomba par terre. Il y eut un lointain ricanement, puis la petite fille apparut devant l’objectif, tombant dans les feuilles mortes comme si elle venait de trébucher sur quelque chose. Elle hurla puis se fit violemment trainé hors du champ de vue de l’appareil. Les pleurs du petit garçon étaient désormais tout ce qu’on pouvait entendre.
 
 Azuki se raidit & serra les poings.
 
Soudain, un coup de tonnerre. Puis une ombre noire & incroyablement rapide passa devant l’objectif, toujours dans la vidéo. Les bras de l’individu paraissaient difformes, comme… plus longs que la normal et étrangement pointus. Comme s’il était équipé de longues lames flexibles en guise de mains. Il était dos à la caméra donc son visage restait impossible à voir, mais cela ne dura pas très longtemps. Une longue cape noire était posée sur ses épaules, et au moment ou il se retourna vers l’objectif, tout ce qui fut visible était ses yeux, brillants dans l’obscurité d’une lueur rouge malsaine. Un autre hurlement suivit de sanglots retentit, puis le film coupa.
 
 La brunette baissa les yeux, ses cheveux cachant partiellement son visage, et constata que ses mains étaient parcourues de filaments d’électricité blancs, courant sur sa peau tels de minuscules serpents. Elle serra les poings jusqu’à ce que ses ongles soient presque enfoncés dans ses paumes et les plaqua sur ses cuisses, presque tremblante.
 
 Qu’était-il arrivé à ces enfants ? Quel genre de monstre pouvait-il avoir ainsi terrorisé & peut-être même torturer ces êtres si purs et innocents ? Les hurlements… les hurlements de ces gamins sans défense résonnaient encore dans son esprit.
 
 L’électricité gagna ses poignets, et continuait de monter lentement sur ses avant bras. Elle se mordit la lèvre & éloigna sa chaise de celle de Kain.
 
- Ne m’approche pas… Souffla-t-elle, plutôt inquiète. Je… Je ne veux plus blesser personne involontairement, à cause de ça…
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mar 9 Juil 2013 - 3:30

- Bon, on la regarde, cette vidéo ? Avais-je dis en m’assoyant à la table.

Je regardai Azuki, qui hocha de la tête pour affirmer, pour dire qu’elle était prête à le regarder, comparativement à Raphael, qui semblait être dans un état totalement contraire, au bord peut-être de la crise de nerf? N’empêche, il ne semblait pas être bien et c’était évident, à l’expression de son visage.

- Je ne suis pas sûr que j’aie envie de voir ça… Soupira-t-il en détournant le regard. Je crois que… que je vais aller tout de suite au lit. Cette journée m’a vidé.

D’accord, pensais-je, il devait être stressé à l’idée de voir ce qu’il y sur la vidéo. La raison de la ‘’journée’’ était un peu gros. Surtout qu’il ne devait pas avoir fait grand-chose, comparativement à moi, qui avait passé une bonne partie de la journée à marcher. Enfin…

L’homme parti de la pièce, nous laissant moi et Azuki seuls. Elle allait chercher l’appareille et le déposa sur la table, de manière à ce que nous deux pouvions regarder facilement le petit carrée qui allait nous servir d’écran.

Lorsque le film se mit en marche, il était difficile de distinguer quoi que ce soit. Premièrement car il faisait plutôt sombre, deuxièmement car l’écran était petit (ils ne pouvaient voir cette vidéo que directement sur la caméra) & troisièmement, car le caméraman était un enfant et balançait visiblement l’appareil dans tous les sens.

- Jaaake ! Cria une voix de petite fille. Jake, attends-moi !

 L’enfant qui tenait la caméra eut un éclat de rire, mais ne ralentit pas sa course

- Jake, tu me laisses toujours derrière

- Tu es trop lente, Léa ! Lui répondit la voix du petit garçon, toujours amusé.

Puis, sans prévenir, un bruit sec retentit et la caméra tomba par terre. Il y eut un lointain ricanement, puis la petite fille apparut devant l’objectif, tombant dans les feuilles mortes comme si elle venait de trébucher sur quelque chose. Elle hurla puis se fit violemment traîné hors du champ de vue de l’appareil. Les pleurs du petit garçon étaient désormais tout ce qu’on pouvait entendre.

Soudain, un coup de tonnerre. Puis une ombre noire & incroyablement rapide passa devant l’objectif, toujours dans la vidéo. Les bras de l’individu paraissaient difformes, comme… plus longs que la normal et étrangement pointus. Comme s’il était équipé de longues lames flexibles en guise de mains. Il était dos à la caméra donc son visage restait impossible à voir, mais cela ne dura pas très longtemps. Une longue cape noire était posée sur ses épaules, et au moment où il se retourna vers l’objectif, tout ce qui fut visible était ses yeux, brillants dans l’obscurité d’une lueur rouge malsaine. Un autre hurlement suivit de sanglots retentit, puis le film coupa.

Euh… Que devais-je penser de tout ça? Cette chose était sans aucun doute un monstre, il était quand même beaucoup trop cruel pour que ce soit considérer comme un humain. Aucun être humain ne capturait de si jeunes enfants, comme ça. Des monstres oui. Et des monstres oubliaient facilement des petits détails qui allaient contribuer à leur perte. Genre la vidéo de la caméra.

- Ne m’approche pas… Je… Je ne veux plus blesser personne involontairement, à cause de ça…

Je la regardai, surprit. Pourquoi m'aurait-elle blessé avec ces si petites choses? Ce n'est pas comme si je n'avais jamais été blessé par une décharge électrique... et même là, je suis sûr qu'ils avaient été un peu plus puissants que les filaments qui parcouraient sa peau.

Je me levai et je me dirigeai d'un pas sûr vers elle. Je l’agrippai doucement par le poignait, endroit qui était déjà couvert de petits serpents électriques et je l'attirai vers moi. Je fermai mes bras autour d'elle. Une étreinte. Personne ne m'en avait jamais fait, ni pour réconforter, ni pour me partager une once d'amour. J'avais toujours été seul, mais néanmoins, je savais que ce geste pouvait signifier beaucoup pour quelqu'un.

-Je n'ai pas peur d'être blessé, Azuki. Ce n'est pas comme si je risquais de mourir à cause de ton pouvoir, n'est-ce pas? Dis-je d'un ton qui se voulait être rassurant. Je repris toute suite après une petite pause. Maintenant, calme-toi, respire... Nous n'arriverons à rien, si tu succombes à la colère.

Son pouvoir c’était calmé, je pouvais voir que les filaments avaient disparu à l’instant même où je l’a pris dans mes bras.  Elle me répondit presque qu’immédiatement.

- La… La colère ? Dit-elle d’un ton qui sonnait un peu triste. Non… Ce n’est pas de la colère. C’est plus comme… un instinct de survie, ou une bouffée d’adrénaline. J-Je ne comprends pas moi-même. Cette force me dépasse, elle est plus grande & plus forte que moi…

Puis, un souvenir vint hanter son esprit, déjà assez torturé. Une séquence de son passer qui se voulait être moins rose que je l’avais imaginé. Une jeune fille était agenouilla. Un corps reposait quelques mètres plus loin. Des gens accoururent vers la scène. La jeune fille essaya de convaincre les gens que ce n’était pas sa faute si le jeune indien était mort. Mais, ils ne l’écoutèrent pas. Ils sortirent chacun un arme. Ils forcèrent sur la petite fille dans le but de la tuer. 

Malheureusement pour eux, une force inexplicable les en empêchèrent un après l’autre, les envoyant valser plus loin. Elle leur cria qu’elle les avait prévenus et c’était vrai. Puis, tout s’arrêta.

Je serrai Azuki davantage dans mes bras, pour lui montrer de manière non verbale, qu’elle n’était pas seule.

-Azuki… Je suis désolé, pour ce qui s’est passé, quand tu étais petite. Sache que c’est des choses qui arrivent. Si ce n’avait pas été lui, ça aurait bien pu être une autre personne. Dis-je en faisant référence au jeune garçon.


Je soupirai, ne sachant pas plus comment réagir. Je laissai mes bras fermés pendent encore quelques instants, voulant la réconforté le plus possible. Puis, je desserrai tranquillement mon emprise pour la laisser partir de mes bras.
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Jeu 11 Juil 2013 - 6:57

- Ne m’approche pas… Je… Je ne veux plus blesser personne involontairement, à cause de ça…
 
 Azuki avait soufflé cette phrase d’une voix fragile, presque angoissée. Ses yeux s’agrandirent de surprise lorsque son chef l’attira contre lui pour la serrer dans ses bras. Son rythme cardiaque s’accéléra & elle rougit légèrement, mais baissa les yeux pour que le blond ne le remarque pas. L’électricité qui se propageait dans ses bras s’évanouit presque instantanément.
 
- Je n’ai pas peur d’être blessé, Azuki. Ce n’est pas comme si je risquais de mourir à cause de ton pouvoir, n’est-ce pas ? Lui souffla Kain, la faisant frissonner.
 
 Il marqua une courte pause & reprit ;
 
- Maintenant, calme-toi, respires… Nous n’arriverons à rien si tu succombes à la colère.
 
- La… La colère ? Répéta-t-elle alors que ses yeux s’emplissaient de larmes. Non… Ce n’est pas de la colère. C’est plus comme… un instinct de survie, ou une bouffée d’adrénaline. J-Je ne comprends pas moi-même. Cette force me dépasse, elle est plus grande & plus forte que moi…
 
Pour clarifier cette maladroite explication, elle ne put s’empêcher de penser à un souvenir précis qui la fit trembler de frayeur…
 
« La petite fille d’environ 12 ans enfonça ses ongles dans la terre, les larmes coulant à flots sur ses joues alors qu’elle fixait l’enfant indien étalé sur le sol, quelques mètres plus loin.  R-Respirait-il encore ? Elle n’aurait su le dire… Tous les villageois accoururent vers lui, paniqués. Autour de la gamine, ce qui ressemblait à un dôme parcouru de courant électrique avait pris forme. Un bouclier qui s’était matérialisé suite à l’attaque. Ses mains lui brûlaient toujours atrocement, et elle ne pouvait stopper les filaments d’énergie qui parcouraient son corps tout entier.

 

- Je… Je lui avais dit… de reculer… Souffla-t-elle, le regard vide. Ce… n’est pas… ma faute…

 

 Soudain, un villageois se tourna vers elle et déclara avec une rage soudaine ;

 

- C’est cette enfant ! Elle l’a tué ! C’est un démon… Un véritable monstre !

 

 Tué… ? Azuki leva ses yeux noyés de larmes vers la petite population. Plusieurs hommes avaient sortis bâtons & couteaux et se précipitaient sur le bouclier.

 

- Non… Murmura-t-elle avant d’hausser le ton. Reculez ! N’approchez pas !

 

 À son contact, certains hommes furent propulsés au loin, d’autres furent parcourus de puissantes décharges et retombèrent aux sols tels de lourdes masses. L’énergie électrique passait du corps de la jeune fille au bouclier, gorgeant la terre de charges sans qu’elle n’ait aucun contrôle. Au bord de l’hystérie, elle ne put qu’hurler désespérément ;



- Je vous avais dis de ne pas approcher !! »
 
Des larmes qu’elle aurait voulu refouler se mirent à rouler sur les joues d’Azuki. N’était-elle vraiment rien d’autre que ce monstre, au final ? Prise de tremblements de plus en plus puissants, elle enfouit son visage dans le torse de Kain, refusant de le laisser voir cette faiblesse. Non… Non. Elle ne pouvait pas pleurer devant lui ! Elle ne pouvait pas pleurer devant personne d’ailleurs. Elle devait être la lumière sur laquelle les autres s’appuieraient. Celle qui les consolerait, ferait tout pour les faire sourire. Il fallait qu’elle brille, toujours, un peu plus à chaque nouvelle journée. Elle n’avait pas le droit de s’effondrer ainsi…
 
 Le chef des Kaminari sembla ressentir sa détresse car il raffermit son étreinte sur elle un moment, la serrant davantage contre son corps. Sa chaleur la fit frissonner.
 
- Azuki… Commença-t-il d’une voix douce. Je suis désolé pour ce qui s’est passé quand tu étais petite. Sache que c’est des choses qui arrivent. Si ça n’avait pas été lui, ça aurait bien pu être une autre personne.
 
 Et il y en avait eu, d’autres personnes. Elles n’étaient pas mortes, cependant, bien heureusement. Mais ça restait qu’elles avaient été blessées, mutilées sans raison valables par cet affreux pouvoir qui somnolait au fond d’Azuki tel un volcan actif, menaçant à tout moment d’entrer en irruption.
 
 Quelques minutes passèrent durant lesquelles les deux Kaminari demeurèrent doucement serrés l’un contre l’autre, tentant de se transmettre quelques onces de douceur dans le monde & l’univers assez hostile dans lequel ils devaient évoluer. Après un instant, Kain desserra son emprise et la jeune fille se dit qu’il était maintenant temps de reprendre le contrôle d’elle-même.
 
 Elle s’écarta légèrement de son chef, s’essuya les yeux d’un revers de la manche et tenta un sourire, qui devait tout de même avoir l’air un peu bizarre considérant ses yeux bouffies et son visage rougie par les larmes. Néanmoins, elle inspira profondément, puis déclara d’un ton léger, visant à ne pas trop inquiéter le jeune homme ;
 
- Excuse-moi. Je ne devrais pas céder à ce genre de faiblesses. Surtout pas maintenant. Je sais que je ne peux pas revenir dans le passé. Ce qui est fait restera fait, je ne peux rien y changer. Voilà pourquoi je dois devenir plus forte, pour arriver à contenir ce pouvoir & ne plus blesser personne. Quoiqu’il en soit, merci de ton soutient.
 
 Sur cette phrase, elle se hissa sur la pointe des pieds & déposa un léger baiser sur la joue du blond. Durant un moment, elle avait vraiment eu envie de l’embrasser tendrement,  pour vrai, mais avait manqué de courage à la dernière seconde.
 
- Si on allait se coucher, hm ? La journée de demain s’annonce plutôt éprouvante.
 
 La brunette se retourna et pris la direction de leur chambre d’emprunt, s’appliquant du mieux qu’elle le put à brouiller ses pensées, pour que le jeune chef ne soit pas en mesure de les déchiffrer. Comment pouvait-elle manquer autant d’assurance face à un garçon ? C’était bien l’une des première fois qu’elle agissait ainsi. D’ordinaire elle était si… si sûre d’elle, maîtresse de ses moindres sourires, connaissant toutes les méthodes pour déstabiliser ou faire craquer la plupart des jeunes hommes. Il n’y avait qu’à repenser à ses rencontres avec Usui ou alors Xie. Et pourtant avec Kain… avec lui, elle se sentait totalement vulnérable. Peut-être était-ce parce qu’il pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert, grâce à ses dons de télépathe ?
 
 Bref, une fois dans la chambre, Azuki partit se changer rapidement dans la salle de bain, enfilant quelque chose de plus confortable pour dormir (comme un short de survêtement & un simple t-shirt) puis elle revint voir son chef, essayant d’adopter une attitude tout à fait habituelle, pour qu’il ne se doute pas des violents sentiments contradictoires qui l’avaient assaillie en cette fin de soirée. La jeune fille se blottit dans le fond du lit, au même endroit que la nuit précédente et s’emmitoufla rapidement dans une couverture.
 
- Kain ? S’enquit-elle un peu timidement en levant vers lui ses grands yeux noisette. Tu sais, moi je ne suis pas chef, je ne suis responsable de personne et je n’ai rien d’une héroïne. Tout ce que je peux faire, c’est sourire pour redonner courage. Alors, enfin, si jamais tu as du mal à supporter tout ça, tu peux t’en remettre à moi n’importe quand. 
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mar 16 Juil 2013 - 5:26

-Azuki… Je suis désolé, pour ce qui s’est passé, quand tu étais petite. Sache que c’est des choses qui arrivent. Si ce n’avait pas été lui, ça aurait bien pu être une autre personne. Dis-je en faisant référence au jeune garçon.

Alors qu’elle était encore dans mes bras, je pouvais savoir qu’il y en avait eu d’autres personnes. Plusieurs. Son pouvoir était donc à ce point incontrôlable? Qu’au simple petit accrochage, elle pourrait exploser comme une bombe nucléaire? Impossible. Il devait y avoir une explication plus rationnelle qu’une simple pousser d’adrénaline, comme elle le disait.

Puis, je desserrai mon emprise. Elle s’écarta légèrement en s’essuyant les yeux. Elle avait pleuré. Mais maintenant, elle voulait paraitre forte, alors elle contenant ses larmes. Nul besoin de fouiller dans son esprit pour le savoir, le sourire forcé sur son visage et ses yeux brillants me prouvèrent que j’avais raison.

- Excuse-moi. Je ne devrais pas céder à ce genre de faiblesses. Surtout pas maintenant. Je sais que je ne peux pas revenir dans le passé. Ce qui est fait restera fait, je ne peux rien y changer. Voilà pourquoi je dois devenir plus forte, pour arriver à contenir ce pouvoir & ne plus blesser personne. Quoiqu’il en soit, merci de ton soutient.


Je la regardais. Ne sachant pas trop quoi répondre. Encore moins lorsqu’elle déposa un léger baiser sur ma joue. Surprit, je portai le bout de mes doigts sur ma propre joue, sentant toujours les douces lèvres d’Azuki sur celui-ci. C’était étrange comme sensation.

- Si on allait se coucher, hm ? La journée de demain s’annonce plutôt éprouvante. Dit la jeune fille, ce qui eut pour effet de me faire sortir de ma stupeur.

Je la vit partir en direction de la chambre et je la suivais tranquillement. J’étais encore un peu surprit de son attitude… C’était comme les câlins ça, je n’avais jamais eu le droit à quelconque marque d’affection avant ça. Mes parents… Non, il ne valait pas la peine d’en parler. Comment peut-on qualifier deux individus qui pensent que leur enfant est une horrible créature et qui refuse de s’en occuper de parents? Ma mère avait été une bonne femme, sans cet homme qui voulait que je l’appel ‘’père’’, j’aurais probablement vécu une meilleure enfance. C’est d’ailleurs grâce à elle si j’avais pu venir à Seikoku, dès que j’eus l’âge d’y venir. Enfin…

Lorsque j’ouvris la porte de la chambre, je m’aperçus qu’Azuki était dans la chambre de bain. J’enlevai mon t-shirt et je le laissai tomber par terre. J’allumai la petite lampe de chevet et j’éteignis celle de la pièce. Je me couchai de la même façon que la veille, je pris mon livre et je recommençai ma lecture à l’endroit où je m’étais arrivé, pensant à autre chose. M’imaginant à la place du héros à poursuivre les criminels. D’ailleurs, c’était tellement évident, de savoir qui était le meurtrier dans ce genre d’histoire.

- Kain ? Demanda la jeune fille timidement, elle c’était enrouler dans les couvertures et c’était couchée contre le mur. Tu sais, moi je ne suis pas chef, je ne suis responsable de personne et je n’ai rien d’une héroïne. Tout ce que je peux faire, c’est sourire pour redonner courage. Alors, enfin, si jamais tu as du mal à supporter tout ça, tu peux t’en remettre à moi n’importe quand.

Je terminai la page que je lisais et je refermais le volume, je le déposai sur la petite table de chevet et je me retournai vers la jeune fille. Pour la regarder dans les yeux. Nous devions être à la même hauteur, couché dans le lit.

-Tu n’as pas besoin de sourire, pour redonner du courage… Simplement ta présence permet à certain de se sentir mieux. Dis-je avec un léger sourire et en allant même jusqu’à caresser sa joue d’un geste remplis de douceur.

Quelques secondes encore et je me tournai légèrement pour ne plus être couché de côté. Je regardais le plafond vaguement, en me disant que je devais être quelqu’un de fort, pour supporter seul tout ce que j’avais enduré, ne jamais en avoir parlé à quiconque. En fait… J’étais peut-être simplement stupide? Je me demandais ce que j’allais ressentir lorsque ce poids, l’énorme poids sur mes épaules allait enfin disparaître. En même temps, je n’étais pas trop sûr de  vouloir partager ce poids avec Azuki. Elle n’avait pas les mêmes nerfs que moi. Une minutes plus tard, je soupirai et je murmurai.

-J’aimerai t’en parler, j’aimerai pouvoir partager tout ce que j’ai sur le cœur avec toi, mais…

Les mots me manquèrent. Une série d’événement nouveau ce passait, aujourd’hui. Premièrement je reçois de l’affection d’une personne et deuxièmement, je cherche mes mots, moi, qui d’habitude arriver à s’exprimer clairement et vaillamment. Je devrais pratiquement faire une croix sur le calendrier pour marquer l’événement.

-Regarde, si tu veux vraiment, dis-je toujours dans un murmure.  

J’abaissais les barrières de mon esprit, laissant tout à la porter de la jeune fille. Mon enfance, mon seul ami de jeunesse, la solitude que j’eus ressenti après qu’il m’ait rejeté, la haine de mon père, la tristesse de ma mère, la mort du Kaminari, tout.
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mer 17 Juil 2013 - 7:13

Azuki revint finalement dans la chambre après être allée faire un brin de toilette. Son chef s’était remis torse nu & avait repris sa lecture, étendu près de la lampe de chevet, qui était désormais la seule source de lumière de la pièce. La brunette ne dit rien et alla se lover au fond du lit, au même endroit que la veille, tachant de ne pas trop déranger le blond dans sa lecture.
 
- Kain ? Osa demander la jeune fille, une fois emmitouflée dans les couvertures de laine. Tu sais, moi je ne suis pas chef, je ne suis responsable de personne & je n’ai rien d’une héroïne. Tout ce que je peux faire, c’est sourire pour redonner courage. Alors, enfin, si jamais tu as du mal à supporter tout ça, tu peux t’en remettre à moi n’importe quand.
 
 Le jeune homme pris quelques secondes pour terminer sa page, puis déposa son roman & se tourna vers elle, plongeant dans le sien son regard aussi bleu que l’océan. Leur visages étaient assez proches l’un de l’autre, ce qui faisait considérablement accélérer les battements du cœur de la petite brune.
 
- Tu n’as pas besoin de sourire pour redonner du courage. Commença Kain avec l’ombre d’un sourire. Simplement ta présence permet à certains de se sentir mieux.
 
 Il tendit la main pour caresser délicatement la joue de la jeune fille, qui ne put s’empêcher de rougir, baissant les yeux avec un sourire timide.
 
 Kain se retourna sur le dos, se perdant dans la contemplation du plafond alors qu’il semblait en pleine réflexion. À quoi pensait-il ? Ça devrait demeurer un mystère. La jeune fille n’ayant pas l’habitude de ne pas savoir à quoi les gens pensaient, ne fit que s’allonger sur le côté, attendant que son chef veuille bien prendre la parole. Il semblait disons… moins froid qu’à l’accoutumée, depuis qu’ils étaient arrivés en Alaska, et Azuki en était ravie.
 
- J’aimerais t’en parler, j’aimerais pouvoir partager tout ce que j’ai sur le cœur avec toi mais… Souffla le grand blond, s’interrompant au beau milieu de sa phrase.
 
 Mais ?
 
- Regarde, si tu veux vraiment.
 
 Et tous ses souvenirs déferlèrent telle une cascade dans l’esprit de la jeune fille. Elle put assister à toutes les étapes marquantes de sa vie comme si elle s’y était elle-même trouvée. Tout d’abord, elle sut que son enfance avait été des plus douloureuses. Son père était un homme rude et méchant qui ne se préoccupait pas de son bien-être tandis que sa mère demeurait impuissante devant tout son désarroi.
 
 
 Et puis il y avait eu ce petit brun qui avait constitué le seul ami de Kain durant son enfance. Le seul à qui il avait osé se confier & qui l’avait brutalement rejeté. Par contre, ce qui étonna Azuki à propos de ce jeune garçon ne fut pas la rudesse de son rejet, mais bien son visage qui lui semblait étrangement familier. N’avait-elle pas déjà croisé ce garçon, se baladant dans les couloirs de Seikoku ?

La brunette sentit une boule se former dans sa gorge devant toute cette solitude. Comment un tel enfant pouvait-il avoir été ainsi laissé à lui-même durant toutes ces années ? Si c’était ensuite pour le mettre à la tête d’un groupe d’adolescents aux pouvoirs instables, dans une véritable arène de gladiateurs déguisée en école ? C’était inhumain. Personne ne devrait vivre une expérience pareille. Et pourtant… la jeune fille se doutait bien que Kain n’était pas le seul à avoir autant de pression, de solitude & d’angoisse sur les épaules.
 
 Pourtant… personne ne pouvait vivre en étant éternellement seul. La solitude était quelque chose de très sournois, quelque chose qui se tapit en permanence au fond des gens, tel un souffle glacial prenant peu à peu le contrôle de la morale & de la raison. Oui, être seul… C’était exactement comme avoir froid, mais de l’intérieur. Une sensation des plus horribles que personne ne devrait être amenée à endurer très longtemps.
 
 Pourtant, les gens comme eux étaient pratiquement condamnés à la solitude.
 
 - Kain, je t’en prie… Commença-t-elle d’une voix mal assurée. N’essaie pas de soutenir tout le poids du monde sur tes épaules. Les gens comme nous ne pourront jamais cessé de se battre. Notre vie est un combat décidé à l’avance & nous ne pouvons pas gagner en nous battant seuls.
 
 La jeune fille lui fit un pâle sourire, visant à le réconforter ne serait-ce qu’un minimum.
 
- Beaucoup se laisse emprisonner dans les ténèbres par leurs propres démons et je refuse de te laisser sombrer. Alors peut importe la froideur & la violence dans laquelle nous devons vivre, peut importe que nous devions mourir pour des raisons insensées, je te fais la promesse que la solitude ne sera plus de tes ennemis.
 
 Elle lui sourit cette fois ci avec beaucoup plus d’assurance, désirant briller autant que possible dans cet univers morne. Elle voulait sincèrement apaiser la douleur de son chef, s’étant beaucoup attachée à lui avec le temps, et encore plus depuis le début de cette mission.
 
 Elle s’approcha du blond et se pencha légèrement sur lui histoire de pouvoir le regarder dans les yeux, ses longs cheveux venant effleurer furtivement le torse de ce dernier.
 
- Et tu sais… Même si tout le monde te rejette, ou… te traitent de menteur, s’ils viennent à faire en sorte que toi-même, tu te haïsses… Et bien moi, je serai toujours de ton côté, quoiqu’il arrive.
 
 Et là-dessus, elle décida de se jeter à l’eau, que le moment était trop bien choisit & déposa un doux baiser sur les lèvres de son chef.
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Jeu 18 Juil 2013 - 4:48

- Regarde, si tu veux vraiment. Avais-je dis en abaissant les barrières de mon esprit, partageant du même coup, tout ce que j’avais enduré.
Elle semblait m’analysé comme un sujet de laboratoire, bien que cela avait peu d’importance. C’était la première fois que j’abaissais les barrières comme ça à la vue d’un individu et je détestais l’impression que cela m’avais apporté, mais je ne le laissais pas paraître. Pour connaître ce détail, il aurait fallu qu’elle cherche bien comme il faut, mais elle ne le fit pas.

Elle resta un brin perplexe devant la scène de la prairie, avec Kirito, il y a de cela quelques années. Azuki devait savoir que ce jeune homme était maintenant quelqu’un d’important et que le destin lui avait joué un mauvais tour. Finalement, peut-être pas la fin, mais elle devait connaitre le chef des Yachiru.

Le temps passa,  je me demandais pratiquement si je n’avais pas embarrassé la jeune fille avec mes souvenirs futiles. Nah, je pouvais voir qu’elle était encore absorbée par ceux-ci, bien que je ne comprenne pas pourquoi. Pourquoi continuait-elle après avoir vu que ma vie n’avait été que solitude? 

- Kain, je t’en prie… Commença-t-elle d’une voix mal assurée. N’essaie pas de soutenir tout le poids du monde sur tes épaules. Les gens comme nous ne pourront jamais cessé de se battre. Notre vie est un combat décidé à l’avance & nous ne pouvons pas gagner en nous battant seuls.

J’avais envie de lui répondre qu’il valait mieux faire certain combat seul. Simplement pour protéger les personnes de son entourage. Les protéger, de quoi? Simplement d’une vérité que peu savent affronter. Du coin de l’œil, j’aperçu la jeune fille me sourire, un petit sourire visant à me réconforter. Enfin, je refermai mon esprit, ne voyant plus l’utilité de le laisser ouvert.

- Beaucoup se laisse emprisonner dans les ténèbres par leurs propres démons et je refuse de te laisser sombrer. Alors peu importe la froideur & la violence dans laquelle nous devons vivre, peu importe que nous devions mourir pour des raisons insensées, je te fais la promesse que la solitude ne sera plus de tes ennemis.

Azuki ne devait pas avoir terminé de regarder mes souvenirs. Elle aurait vu la fois ou Canna, Aenos et Églantine, m’avaient aidé à me débarrasser d’un démon qui me hantait, celui, justement, qui cherchait à sortir, celui qui ne voulait plus être seul et détruire tout le monde pour lui avoir infligé un tel châtiment. L’image de mon moi démoniaque réapparut subitement avant de disparaître de la même manière. J’avais accepté cette part de solitude, je ne devais pas retomber dans les profondeurs de celle-ci.

La jeune fille se releva légèrement, pour pouvoir me regarder dans les yeux. Ses yeux… Il y avait une lueur qui se voulait être brillante d’honnêteté à la surface de ceux-ci. Comment pouvais-je simplement ne pas la croire?  Je savais à cet instant que je ne serai plus seul, plus jamais.

- Et tu sais… Même si tout le monde te rejette, ou… te traitent de menteur, s’ils viennent à faire en sorte que toi-même, tu te haïsses… Et bien moi, je serai toujours de ton côté, quoiqu’il arrive.

Ses lèvres rencontrèrent les miennes. J’étais surpris, mais en même temps, une part de moi-même était soulagée. Soulagée d’avoir enfin quelqu’un à qui faire confiance, quelqu’un qui saurait être à mes côtés comme elle l’avait si bien dit. Puis, elle s’éloigna. Je caressai doucement sa joue, de la même façon que précédemment  et je lui souris tendrement. Mon cœur battait un peu plus vite que d’habitude. Était-ce de l’amour, que je ressentais dans ma poitrine? Ce sentiment qui m’avait été jusqu’à présent inaccessible?

Je redéposai un long baiser sur les lèvres d’Azuki, voulant de nouveau sentir ses douces lèvres contre les miennes.  Je l’attirai légèrement contre moi, la gardant dans mes bras. J’éprouvais une terrible envie d’être près d’elle, comme si quelque chose, quelque part aurait pu me l’enlever en une fraction de seconde, chose stupide, puisqu’elle ne courrait aucun danger.

-Merci… Azuki. Lui murmurais-je en la serrant un peu plus fort, en faisant référence à tout ce qu’elle avait dit précédemment, qu’elle sera toujours à mes côtés.

Je desserrai mon étreinte et je dis, d’un ton qui se voulait être doux.

 -Bon, je pense que nous devrions dormir un peu, demain va être une dure journée.  Dis-je en faisant référence au monstre que nous allons devoir affronter.

Je me demandais comment allait être l’affrontement, mais je n’avais pas trop la tête à réfléchir à ce genre de chose.  Azuki m’avait surpris en m’embrassant ainsi. D’ailleurs, je ne sais pas pourquoi j’y ai répondu par un baiser. Les événements qui se passaient sous mes yeux étaient troublants, pour quelqu’un qui avait toujours été aussi solitaire que moi, mais pas désagréable.

Quelques minutes plus tard, je sombrai dans un sommeil, qui, pour une des rares fois dans ma vie, fut calme. C’était un vrai bon sommeil réparateur. Demain, j’allais être en pleine forme pour affronter le truc et ça allait être violent, je ne me retiendrai pas enfin peut-être un peu, parce qu’il faudrait trouver les enfants du Sébastien. Donc, lui faire avouer ou était sa cachette. Cependant, le monstre avait-il le don de la parole?
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Lun 22 Juil 2013 - 5:33

Sans vraiment réfléchir, Azuki se pencha sur son chef et posa doucement ses lèvres sur les siennes. À sa grande joie, le jeune homme n'eut aucun mouvement de recul, ce qui rassura la jeune fille. Lorsqu'elle pensait réellement à ce qu’elle était en train de faire, elle n'arrivait pas à le croire ; Venait-elle vraiment d'embrasser le chef Kaminari, c-comme ça, sans préavis ni rien ? Apparemment si. Parfois, lorsqu’on est reste longtemps chez les Kaminari, il faut apprendre à agir sans trop penser.
 
 Ce fut donc très gênée (bien qu'heureuse de son audace) & les joues toutes rouges qu'elle s'écarta légèrement, au bout d'un moment. 

Elle fut agréablement surprise par le sourire tendre qui se dessina sur les lèvres de Kain alors qu'il caressait de nouveau sa joue. Et lorsque le jeune homme l'attira dans ses bras pour lui rendre longuement son baiser, elle aurait put mettre sa main au feu que son cœur était sur le point d’exploser dans sa poitrine. Leur baiser s'éternisa au grand bonheur des deux jeunes gens. Aucun d'eux ne semblait enclin à laisser l'autre se défiler & ils ne se séparèrent qu'au bout de longues minutes, sans doute pour reprendre un peu leur souffle. 

- Merci... Azuki. Murmura doucement Kain à l'oreille de la jeune fille tout en la serrant un peu plus fort contre lui. 

En toute réponse, la brunette lui sourit & vint se blottir davantage dans ses bras, à la recherche d’un peu plus de chaleur. Le blond relâcha légèrement son emprise sur elle et lui souffla, tout doucement ;

- Bon, je pense que nous devrions dormir un peu, demain va être une dure journée. 

Le simple fait d'entendre sa voix de si près, de sentir la chaleur de sa peau contre la sienne, la faisait violement frissonner & lui donnait l'impression de fondre de l'intérieur. Elle émit un sourd "hmm" en guise d'approbation & ferma les yeux, la tête toujours posée sur le torse du jeune homme. 

Si Kain parut s'endormir pratiquement sur le moment, le sommeil fut long à venir pour Azuki. Elle n'était pas en état de dormir, beaucoup trop fébrile, des tonnes de pensées se bousculaient dans sa tête & son cœur battait toujours extrêmement vite. Plus elle se disait qu'il fallait qu'elle dorme, & moins elle avait sommeil. Mais tout cela ne lui importait pas vraiment. Elle savait que si elle dormait, la nuit passerait beaucoup plus vite & elle devrait se lever, alors que pour le moment, elle aurait voulu pouvoir rester là éternellement ; couchée dans ce lit, blottie contre le torse chaud & solide de Kain, perdue au beau milieu de nul part dans les montagnes d'Alaska...


***

À son réveil, Azuki constata que d'épais nuages envahissaient le ciel d'Holy Cross, déjà en ce matin. Tiens, elle était donc finalement parvenue à s'endormir... De plus, elle eu tôt fait de remarquer qu'elle était toute seule dans le lit. Kain devait s'être levé avant elle. Dommage, elle aurait bien aimé pouvoir le regarder dormir un peu, comme le matin précédent. Bref, bien qu'elle n'eut absolument aucune envie de se lever, elle finit par se résigner, se disant que son supérieur & leur hôte devaient attendre après elle. Ne voulant pas trop qu'ils s'impatientent, elle alla vite prendre une douche, puis s'habilla simplement ; toujours en jean (les jupes & les yukata, bien que ses préférés, n'étaient pas très commodes pour les combats en forêt...), avec un haut bleu gris d'apparence traditionnelle chinoise. Elle brossa ses cheveux,  rattacha sa frange à l’aide d’une jolie petite breloque en or & se maquilla légèrement comme à son habitude. Elle enfila ensuite une paire de bottes noires & se jugea fin prête.
 
  Dans la cuisine, Kain & Raphael étaient présents, tous deux attablés devant un maigre petit déjeuner. La jeune Kaminari leur fit un ravissant sourire en guise de salutation avant de venir s’asseoir avec eux & de se servir un petit quelque chose à manger.
 
- Alors… Commença-t-elle en mordant dans un muffin. Par ou devrions-nous commencer ?
 
Les deux jeunes hommes gardèrent le silence un instant, jusqu’à ce que leur hôte semble se souvenir d’un détail crucial…
 
- Le… Le maniaque qui a kidnapper mes parents doit m’attendre près du lac à dix-neuf heures… alors… je… j’imagine…
 
Il semblait très nerveux & c’était tout à fait compréhensible compte tenu de la situation actuelle. Azuki voulut détendre un peu l’atmosphère, bien qu’elle sache qu’un défi de taille les attendait dans les bois, une fois que le soir serait venu. Néanmoins, elle tenta d’apaiser un peu l’ambiance en engageant une conversation légère sur un sujet totalement anodin auquel Raphael participa même un peu.
 
 Le reste de la journée se déroula assez calmement. Azuki s’entraîna avec Kain durant une bonne partie de l’après-midi, dans la forêt qui bordait la montagne, voulant renforcer au maximum la force et la précision de ses attaques, en prévision du soir. Son chef & elle ne prirent pas vraiment le temps de reparler des évènements de la veille (à savoir s’ils étaient officiellement en couple, ou du moins, ce que ce moment avait représenté pour eux), jugeant d’un accord silencieux qu’il valait mieux faire passer la mission avant leur vie personnelle. Et puis, la jeune fille ne s’inquiétait pas trop, elle se doutait bien que Kain ne serait pas du genre à l’abandonner, & qu’il ne lui aurait sans doute pas rendu son baiser d’une telle façon si elle n’avait vraiment rien représentée pour lui.
 
 Les trois jeunes gens mangèrent en silence leur repas du soir. Une certaine tension régnait dans l’air, chacun appréhendant ce qui allait se passer…
 
 Puis, vint le moment fatidique où ils se mirent en route pour le lieu du rendez-vous. Les Kaminari avaient jugés préférable que Raphael les accompagne, croyant que s’il n’était pas là, peut-être leur ennemi ne se montrerait-il pas. Dans les bois, le vent soufflait avec une rare violence. Si fort qu’Azuki avait l’impression que certains arbres étaient sur le point d’être déracinés. Elle avançait derrière Kain, qui ouvrait la marche, tandis que leur hôte les suivait de près, visiblement terrifié. La nuit tombait rapidement et bientôt, l’orage risquait d’éclater. Une forte dose d’électricité était d’ailleurs, tout à fait perceptible dans l’air.
 
 Alors qu’il approchait fortement du lac en question, la brunette remarqua que Raphael ne les suivait plus. Elle se retourna et vit qu’il avait trébuché dans une épaisse racine. Soupirant de soulagement (elle l’avait cru enlevé à leur insu), elle revint sur ses pas et lui tendit sa main pour l’aider à se relever. Il avait une poigne de fer et sa peau était glacée.
 
- Ne vous inquiétez pas… Lui dit la brunette d’un ton qui se voulait rassurant. Dans quelques heures à peine, tout ce cauchemar sera derrière vous & votre famille sera de nouveau réunie.
 
 À son grand étonnement, le jeune homme la tira par le poignet et la retourna promptement contre lui. Ce ne fut qu’en sentant un objet dur & froid contre sa gorge qu’elle se figea & compris. Le coupable n’était nul autre que Raphael lui-même ! Il avait kidnappé les enfants, terroriser tout le village et commis ces atrocités. C’était lui depuis le début ! Les Kaminari avaient passés trois jours sous le même toit que leur ennemi sans même le savoir…
 
- Crois-moi, ça prendra beaucoup moins que quelques heures. Lui dit-il d’une voix froide, sans émotions.
 
  Il tenait un long couteau à charcuterie fermement plaqué contre la gorge de la Kaminari. Cette dernière sentit ses mains s’électrifier mais elle n’était pas en mesure d’attaquer son assaillant, de la manière dont il l’immobilisait. Au loin, un éclair aveuglant déchira le ciel, bientôt suivit d’un horrible coup de tonnerre.
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mar 23 Juil 2013 - 5:16

Je me réveillai le lendemain avec la certitude d'avoir enfin eu une bonne nuit de sommeil. Azuki dormait toujours, appuyée sur mon torse. Je me permis de jouer tranquillement dans ses longs cheveux quelques minutes, profitant de cette proximité avec cette personne qui semblait faire battre mon cœur. Doucement, vraiment doucement, je tentai de me lever sans la réveiller. Je voulais qu'elle aussi soit au sommet de sa forme et couper son sommeil n'aiderait pas à la cause. Debout au côté du lit, j'allai dans la chambre de bain, prendre une douche rapide et vêtir des vêtements adéquats. Sachant ce qui allait arriver aujourd’hui. 

Ressortant de la chambre de bain, je m'aperçu qu'Azuki dormait toujours. J'haussai les épaules et parti en direction de la cuisine, ou notre hôte était déjà présent. Je l'entendis murmurer probablement pour lui-même quelques mots incompréhensible. Dans le couloir, je pus l'apercevoir, il était dos à moi et semblait regarder quelque chose. À l'instant ou je m'engageai dans le couloir, il se retourna et me regarda avant de me saluer nerveusement. Aujoud'hui nous allions retrouver ses parents, il allait enfin pouvoir revivre un vie normal.

Un pain à la main, je le mis dans le grille-pain, me faisant une rôtie que je beurrai maigrement de beurre. J'allai m'attabler à la table, en face de Raphael et je le regardai de mes yeux bleus, sévères. Certes, avec Azuki je me permettrai à l'avenir de partager mes sentiments avec elle, mais pas avec des inconnus, encore moins un employeur. Justement en parlant d'Azuki, je la vis sortir de la chambre. Déjà prête. Elle s'assit et prit un muffin que Raphael avait gracieusement mit là précédemment, mais que j'avais refusé pour une rôtie. 

- Alors… Commença-t-elle en mordant dans un muffin. Par ou devrions-nous commencer ?

Bonne question. Sur la note, il n'y avait aucun indice de temps. Il aurait donc fallu attendre jusqu'à ce que le monstre ce montre. Mais j'imagine que s'il nous voyait présent sur les lieux, il aurait tôt fait de fuir pour attenter à la vie des parents de Raphael. 

- Le… Le maniaque qui a kidnapper mes parents doit m’attendre près du lac à dix-neuf heures… alors… je… j’imagine…   Dit-il nerveusement.

Je ne dis rien. Absolument rien, mais comment diable avait-il put savoir ça? Il n'avait tout de même pas repris contact avec le maniaque ou vice-versa. Nous l'aurions su si jamais une telle chose c'était produite. D'ailleurs pourquoi semblait-il autant nerveux. Il aurait du être soulagé de savoir que nous allions bientôt ramener ses parents. Azuki parti alors une discussion complètement hors-sujet, question de détendre l'atmosphère et surtout Raphael, qui participa timidement à la conversation.

Le reste de la journée se passa sans encombre. Moi et Azuki nous entrâmes durement pour l'affrontement en début de soirée. Nous ne reparlâmes pas de ce qui c'était passé la veille et je ne savais plus trop quoi penser. J'étais réellement troublé. Aucune personne avant elle n'avait su me faire sentir comme ça. Certes, certaines filles au lycée avaient déjà éprouvées une sensation du genre envers moi, mais je n'y avais jamais apporter attention. Contrairement à Azuki. Elle avait quelque chose de spécial, quelque chose de différent des autres. 

D'un accord silencieux, nous nous sommes dis que nous en rediscuterons plus tard. Quand tout sera terminé. Elle semblait avoir une confiance aveugle envers moi. Chose que je comprenais étant un chef, étant quelqu'un de loyal, jamais je n'oserai abandonner quelqu'un. Encore moins Azuki. 

Le temps passait. J'aperçu quelques améliorations de la part de la jeune femme. Elle qui voulait améliorer sa puissance et sa précision, elle était sur la bonne voie. Avec ce même entrainement, échelonner sur plusieurs jours, je suis sur que nous parviendrons à des résultats plus que satisfaisant. 

Vint l'heure du souper. Nous étions les trois autour de la table, comme le matin même. Une ambiance pesante était présente et Azuki ne tenta aucunement d'annuler cette atmosphère. Pour ma part, je ne fis rien non plus. Ayant mis de coter le fait que Raphael nous avait caché un détail, je m'en était rappeler quand je le revis, à cet instant ou nous avions décidé de manger un repas avant d'y aller. Il aurait du nous dire quand et comment le fou l'avait recontacté. 

Enfin, l'heure était venu de quitter la maison. Moi, Raphael et Azuki partîmes vers le lac. Dans le but de rencontrer le monstre, de lui faire avouer l'endroit ou il tenait caché les enfants de Sébastien, peut-être les parents de Raphael et ensuite, surement, de l'éliminer. De mes mains, s'il le fallait, mais je le ferai sans aucun remord. 

Le ciel était d'une couleur grise et le soleil commençait à descendre. Le lac était en vue, mais personne n'était présent. Nous étions seuls, pour l'instant. Soudain, j'attendis les pas derrière moi s'éloigner tranquillement. Je me retournai légèrement pour voir Raphael qui c'était pris les pieds dans une racine et Azuki qui avait rebroussé chemin pour lui venir en aide. Je vis notre hôte agripper la main de la jeune femme et j'entendis celle-ci lui dire d'un ton rassurant.

- Ne vous inquiétez pas…  Dans quelques heures à peine, tout ce cauchemar sera derrière vous & votre famille sera de nouveau réunie. 

C'est avec mon regard froid et dure que je vis Raphael faire une clé de bras à Azuki. Tenant fermement son bras de manière à ce qu'elle ne puisse rien faire. Il glissa un couteau sous sa gorge. La jeune fille semblait avoir compris ce qu'il se passait et ce figea. Pour ma part... Comment dire... Cet homme, lui, il m'avait manipulé. Je ne fus pas surprit, simplement dégoutté d'avoir été piégé si facilement par un amateur. Il avait réussit à modifier ses souvenirs pour que je crois à quelque chose mais qu'en fait ce ne soit pas réel. À moins que... Sauf si c'était toujours simplement une victime qui n'eut d'autre choix que d'aider le méchant pour revoir plus facilement ses parents. 

- Crois-moi, ça prendra beaucoup moins que quelques heures. 

Cette phrase me prouva du contraire. Il était belle et bien celui qui avait kidnappé les enfants de Sébastien. Inventer une histoire de toute pièce pour avoir des proies de plus hautes qualités. Pfff. Avoir su que c'était lui, le coupable, je l'aurais tué pendent son sommeil. Bien qu'il devait encore nous dire ou il avait caché les enfants. Derrière moi, un éclair apparut dans le ciel et un son retenti férocement. 

-Raphael, ne m’oblige pas à faire quelque chose que tu vas regretter. 

Si seulement il n'avait pas ce fichu couteau appuyé sur la gorge d'Azuki, peut-être aurais-je pu faire quelque chose. Je décidai d'attendre un peu, avant de tenter quelque chose, ne voulant pas que cette homme fasse un faux mouvement et lui tranche la gorge. 

-Nous pouvons discuté calmement, Raphael. Dis-je sévèrement. C'était un vrai mensonge, car, lorsqu'il relâcherai Azuki, j'engagerai un combat sans merci. 

-Discuter calmement!? Commença t-il férocement. Pourquoi perdrais-je mon temps à discuter avec vous, alors que je n'aurais qu'à vous élimin... 

Pendent qu'il divaguait, je décidai qu'il était temps de sortir Azuki de son étreinte qui pourrait lui être mortel d'un moment à l'autre. Un éclair s’abattit derrière Raphael. Suffisamment proche pour le déstabiliser, mais suffisamment loin pour qu'Azuki ne soit pas touchée. Je me précipitai vers l'individu, j'avais quelques secondes. J'agrippai violemment son poignet, il avait tenté de tranché la gorge d'Azuki, mais j'avais juste eu le temps de l'en empêcher, à mon plus grand soulagement. Je serrai de plus en plus fort mon emprise et en même temps, je transférai des décharges dans le but de lui faire lâcher son arme qui était collée à la gorge de la jeune femme. Quelques secondes plus tard, avec une épreuve de force, il le lâcha et le couteau tomba lourdement par terre. Je tirai sur la jeune fille pour l’entraîner plus loin et je regardai l'homme qui était un peu sonné suite à tant d'électricité, mais qui s'en remettra bientôt.

-Abandonne toute suite et dis nous ou est les enfants de Sébastien, je vais m’arranger pour te laisser la vie sauve.

Dans cette possibilité, j'allais simplement le neutraliser et contacter le lycée. 

-Arrête, Kain! Jamais je ne croirai à tes conneries. Dit-il en reprenant son couteau tombé par terre. 

J'haussai les épaules et je murmurai à Azuki, qui était prêt de moi. Je fis apparaître Ten'shi, le Katana angélique et je le tendis à Azuki.  

-Je sais que ce n'est pas galant, mais je vais te lasser le battre. Je pense que tu as autant de haine à son égard que Sébastien. Si jamais je vois que tu n'en es pas en mesure, je vais intervenir, ne t'inquiète pas. Prend ça, ça pourrait t'être utile contre son cure-dent. 

J'étais sur qu'elle trouverait un moyen d'utiliser le katana, bien qu'elle ne devait pas être une pro. Au moins, elle pourrait l'utiliser pour stocker son énergie en trop. Ça, c'était si elle le prenait, ce qui n'était pas encore fait.
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Ven 26 Juil 2013 - 4:12

 - Crois-moi, ça prendra beaucoup moins que quelques heures.
 
 Leur ennemi appuya sa lame contre la gorge de la jeune fille & presque aussitôt, elle sentit comme des décharges électriques parcourir tout son corps pour venir s’accumuler dans les paumes de ses mains. Elle se figea, tentant autant qu’elle le pouvait de maintenir l’énergie électrique dans ses mains, mais de désagréables brûlures se faisaient peu à peu sentir dans ces dernières.
 
- Raphael, ne m’oblige pas à faire quelque chose que tu vas regretter. Le somma Kain d’un ton menaçant, qui fut accentué par le tonnerre qui gronda derrière lui.
 
 La brunette leva les yeux vers lui & fronça les sourcils en se rappelant de la vidéo. Cet homme… Cet homme ne pouvait pas être humain. Il fallait qu’elle empêche Kain de s’attaquer à lui inconsciemment ou il pourrait en ressortir gravement blessé (pas qu’elle doutait de ses capacités, cependant, ils ne savaient rien des pouvoirs de cet homme).
 
- Nous pouvons discuter calmement, Raphael. Reprit Kain toujours aussi froidement.
 
- Discuter calmement ?! Renchérit l’autre en resserrant son étreinte inconfortable sur la brunette. Pourquoi perdrais-je mon temps à discuter avec vous alors que je n’aurais qu’à vous élimin…
 
 Mais il ne put terminer sa phrase car la foudre frappa le sol juste derrière lui, le poussant à avancer  de quelques pas, déconcerté. Ce fut suffisant néanmoins, pour qu’il baisse sa garde l’espace de quelques secondes. Le chef Kaminari sauta sur l’occasion pour se précipiter vers lui, juste au moment ou il s’apprêtait à décapiter son otage. Le jeune homme agrippa avec une féroce rage le poignet de son ennemi, lui assénant des décharges électriques de plus en plus intenses dans le but de lui faire lâcher le couteau. Manœuvre qui finit par fonctionner ; au bout d’un moment, Raphael ne put soutenir autant d’électricité et finit par laisser tomber son arme. N’attendant que ça, Kain tira fermement sur la jeune fille pour l’attirer aussi loin que possible de leur ennemi.
 
- Abandonne tout de suite & dis-nous ou sont les enfants de Sébastien. Dit-il. Je vais m’arranger pour te laisser la vie sauve.
 
 Mais Raphael n’était pas dupe, et ne parut pas du tout y croire, se permettant même de répliquer avec mépris & colère ;
 
- Arrête, Kain ! Jamais je ne croirai à tes conneries.
 
 Il se pencha pour récupérer son arme & le chef Kaminari fit apparaître l’un de ses somptueux katana, qu’il tendit à la jeune fille. Étonnée, elle le regarda, puis lança u regard à l’ennemi, qui n’avait jusque là, pas l’air bien bien méchant.
 
- Je sais que ce n’est pas galant, Commença Kain en lui tendant toujours sa précieuse arme. Mais je vais te laisser le battre. Je pense que tu as autant de haine à son égard que Sébastien. Si jamais je vois que tu n’en es pas en mesure, je vais intervenir, ne t’inquiète pas. Prends ça, ça pourrait t’être utile contre son cure-dent.
 
 La jeune fille le regarda, incrédule. Son chef lui faisait suffisamment confiance pour la laisser affronter l’ennemi toute seule ? Wouha ! Il devait avoir été vachement satisfait par leur entraînement de cet après-midi. Avec un sourire empreint d’une détermination intarissable, Azuki s’empara du katana et se retourna vers l’ennemi, dans une position offensive. Aussitôt, toute l’énergie électrique emmagasinée dans ses mains se transmit dans la lame, inondant la forêt d’une lumière éblouissante & d’un bourdonnement incessant, pouvant s’apparenter de près ou de loin à un millier d’oiseaux piaillant en même temps. La souplesse avec laquelle elle manipulait cette arme l’étonnait beaucoup, car elle n’avait jamais été douée avec les armes blanches, lorsqu’elle s’était entraînée à Seikoku.
 
 Férocement, et un peu comme si quelqu’un d’autre contrôlait son corps à sa place, elle planta le katana dans la terre meuble de la forêt, les filaments d’électricité parcourant rapidement le sol tel une centaine de minuscules serpents entourant Raphael. Jusque là tout fonctionnait comme prévu.
 
- Chidori Senbon… Murmura la jeune fille pour elle-même en relevant la tête.
 
 À cet instant, l’électricité contenue dans le sol s’en extirpa et prit la forme d’une multitude de petites aiguilles pointées dans la direction de Raphael. Avec un fracas de bourdonnements électriques, elle foncèrent sur leur cible, ne lui laissant pas la moindre issue possible.
 
 La lumière blanche aveugla la brunette durant un bref moment, et elle crut presque que c’en était déjà fini, avant d’apercevoir la silhouette noire informe qui avait pris la place qu’occupait précédemment leur ennemi. De loin, cela ressemblait à une espèce d’œuf grouillant. Prudente, la Kaminari fit quelques pas vers… cela, toujours gorgée de l’adrénaline que lui avait procurée son attaque.
 
 Soudain, la forme noire se déploya et l’être horrible qui avait été Raphael s’élança sur Azuki a une vitesse vertigineuse. Il avait toujours une forme plus ou moins humaine, seulement, ses bras s’étaient allongés considérablement & ses doigts se terminaient maintenant par des griffes acérées. Mais le plus effrayant n’était pas ses yeux qui avaient virés au rouges lumineux ni son visage horriblement déformés, mais bien les grandes ailes noires et sanglantes qui avaient jaillies de son dos, lui déchirant la peau au passage.
 
 La jeune fille étouffa un cri d’horreur en reculant, les doigts serrés autour du katana de Kain. Comment un tel être pouvait-il être réel ?! C-C’était insensé ! Une créature du Diable…
 
 Aussitôt, ses mains s’enflammèrent littéralement d’électricité (sous l’urgence immédiate que représentait cette menace) et elle étouffa un second cri (de douleur, cette fois), tant les décharges lui brûlaient la peau. Elle porta son regard vers l’ennemi qui fonçait sur elle, puis tout se brouilla dans son esprit, et elle sentait qu'elle perdait peu à peu contact avec la réalité…
 
Frapper.
 
 Son regard était maintenant froid et vide. Sa prise sur l’arme qu’elle tenait était remarquablement meilleure & plus solide, comme si, soudainement, elle venait d’apprendre comment il fallait le tenir. Elle s’élança à son tour sur la bête, lui assénant une nuée de coups plus élaborés & difficiles les uns que les autres. Mais l’ennemi avait l’avantage de ne pas devoir obligatoirement toucher le sol, ce qui rendait la bataille beaucoup plus ardue du côté de la brunette.
 
Faire mal.
 
 Rien d’autre ne comptait. C’était tout ce qui dominait présentement l’esprit de la jeune fille. Lâchant l’épée en voyant qu’elle ne lui était plus vraiment utile, Azuki concentra une énorme quantité d’énergie dans sa main gauche, fonçant sur « Raphael », mais celui-ci esquiva de justesse ce coup qui aurait pu lui être mortel. Cependant, une partie de son aile droite avait été brûlée, ce qui lui rendait ses déplacements un peu plus difficiles.
 
Détruire.
 
 Un arbre s’abattit lourdement sous leurs assauts répétés. La Kaminari, touchée par l’ennemi, fut projeté contre une vieille souche, se cognant méchamment la tête sur le bois mort. Mais ce n’était pas suffisant pour l’arrêter, elle se releva et emprisonna la créature à l’intérieur d’une espèce de sphère électromagnétique, mais grâce à ses propres pouvoirs, celle-ci parvint à la briser et se jeta en piqué sur la jeune fille, lui assénant de profondes griffures à l’épaule. Rassemblant toutes les forces qu’il lui restait, elle lui fit un dernier « Raikiri » (technique dont elle avait le secret), qui lui fit un trou béant dans la jambe, avant de se mettre à défaillir, ses forces la quittant. Elle savait qu’elle avait causé beaucoup de tort à l’ennemi et cela lui suffisait… pour l’instant. 

Plus elle y songeait, plus ses idées devenaient (redevenaient) claires & elle avait du mal à se souvenir de ce qu’elle venait tout juste de faire. C’était comme ça chaque fois. Chaque fois que le contrôle lui échappait. Un vrai trou noir…
 
 Faiblement, elle chercha son chef des yeux, mais la pluie dense de l’orage et les ténèbres de la forêt lui obstruaient la vue.
 
- Kain ? Appela-t-elle, se protégeant le visage des bouts de bois transportés par le vent violent et se méfiant toujours de la sombre bête qui les guettait.
 
 Seul le sifflement aigu du vent lui répondit.
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mer 7 Aoû 2013 - 6:48

Alors qu'elle avait Ten'shi dans les mains. L'énergie qu'elle transférait volontairement ou involontaire était visible. Une énergie pure, une énergie aveuglante. Elle se battait avec une sorte de rage, une sorte de volonté que nulle n'aurait pu battre ou simplement détruire. Jamais Raphael ne parviendrait à la battre, si ce n'est que partiellement. De toute façon, j'étais là. Jamais je ne lui permettrai de lui faire mal. Je la regarda planter l'arme au sol. Avoir su, je lui aurait prêter Akuma, le katana qui représentait le côté obscure, le sol. L'énergie aurait probablement passer mieux. C'est ce que je pensais. Plusieurs filaments partirent du katana et se rependaient au sol, comme une nuée de petit serpent. 

- Chidori Senbon… Murmura Azuki en relevant la tête. 

Se devait une de ses techniques. Je n'en avais jamais entendu parler. De multiples petites aiguilles jaillirent du sol pour former un genre de dôme autour de Raphael. Technique astucieuse considérant qu'il n'aurait d'autre choix que d'encaisser l'attaque. 

Je dus fermer les yeux, la lumière était beaucoup trop intense pour apercevoir quoique ce soit dans ce dôme de lumière. Quelques secondes plus tard, alors que la luminosité atteint un seuil respectable, je les rouvrit. Autour de Raphael, il y avait une sorte de barrière, coquille ou autre chose du genre qui avait du encaisser l'attaque. Dommage. C'était bien essayé pour Azuki. Je regardai attentivement la chose, avant de remarquer une léger mouvement. 

C'était des ailes. Noirs et robustes. Alors qu'il les déployait majestueusement, je pouvais m'apercevoir que les ailes n'étaient pas la seule chose qui avait changé chez Raphael. Ses yeux, ses bras et ses mains avant changé. Les yeux étaient devenus froids, vides et surtout rouges vifs. Ses bras avaient considérablement allongés et ses mains étaient maintenant ornées de griffes acérées. 

Raphael fonça à vive allure vers Azuki, qui elle, recula sous la surprise. La vitesse avec lequel il se déplaçait et ses moyens de se défendre laissait sous-entendre qu'il allait être un ennemie de taille. Plus que je ne l'avais estimé.

Les deux se battaient. L'un tentait de griffer l'autre et l'autre parait, pour ensuite riposter, ainsi de suite. 

Je regardais les échanges de Raphael et Azuki, sentant que quelque chose n'allait pas. Azuki semblait être là, mais en même temps non. La lueur qui brillait habituellement dans ses yeux étaient disparut, ils étaient vide. Probablement son instinct de survit qui avait pris le dessus, la forçant à attaquer plus férocement, avec plus de vivacité, sans jamais faillir. 

Elle lâcha subitement mon katana pour tenter une attaque avec ses pouvoirs. Pour ne pas que Ten'shi tombe entre de mauvaise main, je le fis disparaître. Mon collègue ne semblait guère en avoir besoin pour l'instant. Elle chargea son énergie dans sa mains et fonçait vers le rapace, la chose qui ressemblait étrangement à un oiseau. Manque de chance, celui-ci esquiva l'attaque à moitié. La main de la fille percuta l'aile de la chose et celui-ci s'en trouverait bien vite handicapé. 

La suite des événements pourraient être décris comme; Raphael toucha Azuki, elle riposta, l'oiseau attaqua à nouveau à son tour et elle ''termina'' avec une autre de ses techniques. C'était un tantinet plus compliquer. Alors que l'oiseau utilisait des attaques basiques, surtout basé sur ses griffes, qui perfora l'épaule d'Azuki. Elle, utilisait ses pouvoirs avec génie. D'ailleurs, au moment ou le monstre toucha Azuki avec sa griffe à l'épaule j'ai failli intervenir, mais voyant ce qu'elle préparait je me suis arrêté. 

Son attaque touche la jambe de son ennemie. Elle l'avait bien eu d'ailleurs. Alors, qu'elle s'éloigna du monstre. J'enfermai la créature dans une sphère, comme elle l'avait fait plutôt. Je le projetai assez loin dans la forêt et je parti dans cette direction. Je m'éloignais délibérément d'Azuki pour ne pas qu'il tente quoi que se soit contre elle. J'allais en finir. 

Quelques mètres plus loin, la créature ce tenait là, debout, dans un cratère fumant. Je m'arrêtai devant lui et je lui dis d'un ton sévère. 

-Dis moi ou sont les enfants et peut-être je te montrerai un peu de pitié. 

La chose se contenta de faire ce qui semblait être un rire. 

-Me prends-tu pour un con, Kain!?

J'eus un petit rire que je retiens de justesse. Il du l'avoir entendu, puisque ses ailes frissonnèrent de mécontentement. 

-Pffft... Je peux bien te le dire, puisqu'ici, ce soir, ta misérable existence s'arrêtera. 

Je le regardais avec lassitude. Un monstre, qui en plus était prétentieux? Je fis tombé la foudre sur lui, il esquiva de justesse, mais je l'enferma dans une autre prison, comme celle d'Azuki. Je m'approchai de lui et de plus en plus je refermai l'étreinte de la cage. Même si je sentais une résistance, je continuais. Elle n'était pas suffisamment puissante pour venir à bout de mon pouvoir. J'étais à présent proche de la cage, je pouvais entendre clairement la respiration saccadée du monstre. 

-Pas besoin que tu me le dise, dis-je en appuyant légèrement ma main sur la barrière bleu éclatante. Je n'ai qu'à fouiller ton esprit, mais là, je ne me fera pas berner une seconde fois par de faux souvenir. 

Je traversa facilement la barrière mentale qu'il avait tenter d'ériger pour m'empêcher de passer et je fouillai. Je découvris quelques brides de son passé. Rien d'intéressant, bien que la découverte de ses pouvoirs avaient été pour lui un événement marquant. Je n'eus par exemple pas trouver ce qui avait motiver la kidnapping des deux enfants. Par contre, l'emplacement était précis. Le sous-sol de la maison de Raphael... Ils avaient donc été près de nous tout ce temps? Alors que la surprise ce peignait sur mon visage, je senti quelque chose pénétrer ma chair. Entre deux côtes. Je repris mes esprits assez rapidement et je m'aperçu qu'une de ses griffes avaient passer la sphère. Je m'en dégagea assez facilement et je reculai en posant une main sur ma blessure, profonde, mais assez superficielle. 

-C'est tout ce que tu as?! Dis-je en secouant ma main pour enlever un peu de sang. Je gardais un main appliquer sur la blessure et je fis apparaître Akuma dans l'autre. Il serait dommage que je t'achève dans cette misérable bulle, n'est-ce pas Raphael!? Je coupai le champ d'énergie et je me dirigeai vers lui rapidement. 

Il tentai de m'empaler une seconde fois, mais j'esquiva et je plantai le bout du katana dans l'aile gauche du monstre et d'un léger mouvement je déchirai la membrane qui servait la chose à voler. Un cri bestiale sorti de la bouche de Raphael et il tenta de me happer à nouveau, esquivant de justesse, tout en essayant de lui couper le tendon de la jambe, je ne pu qu'être éraflé. Du sang coulait le long de mon bras, le même qui tenait fermement la blessure de mes côtes pour l'empêcher de saigner abondamment. Je me tournai légèrement pour regarder mon adversaire. Ses ailes étaient brisées, ses jambes mutilées. Il était à genou. Je m'approchai légèrement, guettant toute signe d’agressivité. J'était de nouveau face à lui. Même à genou, il restait quand même grand. Je vis ses yeux rouges posés sur moi. 

-Le pouvoir t'es monté à la tête, Raphael. Tu as commit des actes immonde. Je posai la main qui retenait jusqu'à présent la blessure sur la tête de Raphael et je repris. J'ai quand même un peu de pitié pour toi. Je ne dirai pas à Sébastien que c'était toi, qui a kidnapper ses enfants... Tu resteras le Raphael gentil qu'il connaissait. 

Je ne voulais pas savoir à quoi il pensait à ce moment, il aurait probablement essayer de me montrer tout plein de souvenir pour me faire culpabiliser, mais je devais le tuer. Je devais le faire. Ma main se remplis d'électricité. Je lui dit avant de relâcher mon énergie dans le crâne et du même coup, dans le corps de mon ennemie. 

-Que tes péchés te soit pardonnés dans l'au-delà... 

L'énergie qui émanait du corps du monstre était incandescent. Par contre, je regardai peu à peu Raphael brûler de l’intérieur. Me gravant ses traits monstrueux dans la tête. Il n'y avait une raison de faire ça, mais il devait pas être oublier du monde vivant. Omis Sébastien, je me devais d'y faire honneur. Il n'avait tué personne, mais il était mauvais au fond. S'il aurait été à Seikoku, il aurait pu devenir quelqu'un de bien... Ou être pire. Qui sait? 

Le corps carbonisé du monstre tomba lourdement sur le sol et je m'accroupis. Je remis ma mains sur ma blessure et je fis disparaître mon katana. D'un geste rapide, je fermai les yeux de Raphael. Je me releva et je me dirigeai vers l'endroit ou était Azuki. Je la repéra assez facilement grâce à son esprit. 

Je m'approchai. Alors que j'eus été une distance assez raisonnable, je demanda. 

-Azuki, tu es là? 

Question stupide, oui elle était là, mais c'était principalement pour dire que j'étais là. Je commençais d'ailleurs à avoir la tête qui tournait. Je regardais rapidement ma main, couverte entièrement de sang. Le trou dans ma côte n'avait pas arrêté de saigner et je devais avoir perdu un peu trop de sang. Surement un effet de l'anémie. Aurais-je la force de me rendre jusqu'à la maison de Raphael avec la température du moment? Je sais pas, la pluie n'allait pas m'aider. Mais au moins, je serai avec Azuki.
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Jeu 8 Aoû 2013 - 4:49

 - Kain ? Appela Azuki, fouillant du regard la forêt sombre et pluvieuse.
 
 Mais sa voix dut être rapidement couverte par la pluie ou le sifflement du vent car elle ne reçut aucune réponse. Tout s’embrouillait dans sa tête et elle n’arrivait même plus à dire ou elle se trouvait exactement. Si ça se trouve, le combat l’avait entraîné très loin dans les bois… Elle n’en avait vraiment aucun souvenir, et ne pouvait donc rien en dire.
 
 Après quelques secondes qui lui parurent des mois, la jeune Kaminari entendit un bruit provenant d’un peu plus loin dans la forêt. Quelque chose comme… des voix ? Une conversation qu’elle n’arrivait pas à comprendre en raison des bruits de la tempête.
 
  Elle se redressa et essaya d’avancer, se déplaçant péniblement entre les arbres tout en essayant d’y voir clair au travers de la pluie diluvienne. Soudain, il y eu un vif éclat bleuté qui se détacha de la masse sombre & Azuki s’en servit comme point de repère. Là bas. Que se passait-il ? Elle voulut s’approcher encore un peu mais ses forces se mettaient vraiment à la quitter et elle s’assit au pied d’un arbre, ne pouvant qu’espérer que Kain allait bien.
 
 Quelques minutes passèrent en silence. Silence que la brunette trouva particulièrement angoissant lorsqu’elle entendit soudain une voix qui la détendit instantanément.
 
- Azuki, tu es là ?
 
Elle se releva aussi rapidement qu’elle en fut capable, et attrapa Kain par le poignet (une fois qu’elle fut suffisamment proche), ne voulant pas que la tempête les sépare encore.
 
- Kain, Commença-t-elle très sérieusement. Cette tempête n’est pas normale. C’est pratiquement un ouragan, ce n’est pas naturel. Il faut vite rentrer !
 
 La jeune fille croyait que c’était Raphael lui-même qui avait déclenché cet orage meurtrier. Et alors s’il est impossible de prévoir les effets et les caprices des orages ordinaires, comment savoir à quel point un orage gorgé d’énergie surnaturelle serait dévastateur ? Ils devaient vite trouver un endroit ou s’abriter.
 
 Kain semblait aussi faible qu’Azuki et ils progressaient très lentement, ralentis par les vents violents et la vue obstruée par le rideau de pluie, ils refirent avec difficulté le trajet dans le sens inverse jusqu’à la maison de leur ennemi. C’était bien le seul abri qu’ils connaissaient, même si le trajet pour s’y rendre était d’une longueur considérable.
 
 Ils parvinrent finalement jusqu’à la maison qui n’était pas verrouillée & s’empressèrent d’y entrer, refermant fermement la porte derrière eux. Étourdie, la jeune fille tomba à genoux sur le sol, reprenant son souffle alors qu’elle remarqua les vêtements de son chef, qui étaient couverts de sang. Ses yeux s’ouvrirent d’étonnement et elle se releva aussitôt.
 
- Tu es blessé ? S’enquit-elle avec inquiétude.
 
 La possibilité qu’il s’agisse du sang de l’ennemi n’était pas complètement improbable, mais rien qu’en voyant le visage de Kain, très pâle et presque livide, elle sut qu’il n’était pas au top de sa forme. Elle-même était plutôt faible & confuse, mais le désir de sauver le jeune homme primait sur ses propres faiblesses.
 
- Viens t’asseoir. Lui dit-elle doucement en l’entraînant vers la cuisine. Tu as perdu beaucoup de sang, on dirait…
 
 Elle savait qu’elle en avait perdu aussi, mais un peu moins. Kain était si blême… Il semblait presque sur le point de perdre conscience. Elle lui dit de ne pas bouger, l’empêchant de protester et se dirigea vers la salle de bain de leur ancien hôte. Une fois là, elle fouilla nerveusement chaque tiroir… Allons… Il devait bien avoir ça quelque part… Ça y est ! Elle tira un rouleau de bandages, avec soulagement et retourna auprès du blond dans la cuisine.
 
- Laisse-moi faire. Le somma-t-elle. Ma sœur fait du sport de niveau olympique alors…  les blessures, j’ai l’habitude.
 
 Elle lui demanda de retirer son chandail afin de lui faire un bandage. Ce n’était pas grand-chose, mais au moins, il arrêterait de perdre du sang et pourrait reprendre peu à peu des couleurs. Elle commença par désinfecter la profonde entaille qu’il avait près d’une côte, puis banda la blessure. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait ça et pourtant, elle avait l’impression de ne rien faire correctement. Elle était toujours trempée à cause de la pluie et le froid la faisait trembler, lui donnant encore plus peur de faire une gaffe.
 
- Je suis désolée… Dit-elle les yeux baissés. J’ai l’impression de n’avoir pas été très utile… 
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mer 14 Aoû 2013 - 4:52

Bien que ma tête tournait, j'essayai de ne pas inquiété Azuki. J'essayai d'adopter un attitude naturel. Moui, dans la mesure ou parfois je perdais l'équilibre pour ensuite la retrouver quelques secondes plus tard. Ma blessure était profonde, mais si c'était grave, je n'aurais probablement pas eu la force de marcher jusqu'à Azuki. 

- Kain, Commença-t-elle très sérieusement. Cette tempête n’est pas normale. C’est pratiquement un ouragan, ce n’est pas naturel. Il faut vite rentrer !

Pas normale? Qu'est-ce qui aurait pu la produire? Raphael était mort... L'avait-il déclencher avant de mourir? Était-ce ça colère qui c'était transformer en incroyable orage? Possible. Après tout, la rage meurtrière d'un monstre pourrait bien ressembler à une telle chose. 

Azuki semblait vouloir se diriger jusqu'à la maison de Raphael. L'endroit ou était tenu captif les deux enfants de Sébastien. Lentement nous y parvenions. Elle était blesser elle aussi, un peu moins que moi, mais quand même. C'était pour cette raison que nous y sommes parvenu assez lentement. 

Je tentai toujours de contenir le saignement quand nous sommes arriver à la maison de notre ancien employeur. Azuki ouvrit la porte et je la referma d'un léger mouvement de pied, perdant légèrement l'équilibre, je tentai de me maintenir stable en m'appuyant sur le mur, laissant du même coup la trace de ma paume ensanglanté. L'autre main toujours appuyée sur la blessure. Quand mes yeux se reposa sur Azuki, je la vis agenouillé et essoufflé. Elle regarda dans ma direction et se leva aussitôt.  

- Tu es blessé ? Demanda t-elle avec inquiétude. Viens t’asseoir. Me dit-elle en m’entraînant dans la cuisine. Tu as perdu beaucoup de sang, on dirait… 


C'était le cas. Encore quelques minutes dans cette état là et je serai probablement mort, suite à l’hémorragie interne. J'allais devoir coudre cette vilaine blessure, sinon le risque d'infection serai trop énorme et là encore, je risquerai d'y passer. 

Bref, la jeune femme était partie ailleurs, probablement à la recherche de quelque chose, pour fermer ça. Peut-être même quelques anti-douleur, pas que la blessure fasse mal... Mais ça ne ferait pas de tort. Elle revient quelques secondes plus tard avec des bandages. 

- Laisse-moi faire. M'ordonna t-elle Ma sœur fait du sport de niveau olympique alors…  les blessures, j’ai l’habitude. 

Je lui faisais absolument confiance. C'est pourquoi je retirai mon chandail et je lui montrai la profonde blessure. La désinfection se passa sans encombre, je ne sentais déjà plus le point en dessous de mes côtes, alors elle pansa ma blessure, bien qu'elle tremblait à cause de ses propres blessures et à cause du froid. Je n'aurais probablement pas réussi à faire pareil, avec mes mains d'un rouge écarlate qui ne cessait de trembler. Alors que c'était fait, je me permis de prendre une bonne respiration. Tout semblait correct. La voix d'Azuki attira mon attention.

- Je suis désolée… Dit-elle les yeux baissés. J’ai l’impression de n’avoir pas été très utile… 

Je fis un pas dans sa direction et je la pris dans mes bras, faisant bien attention de ne pas mettre mes mains sur elle, ne voulant pas tacher encore plus ses vêtements. À vrai dire, je m'appuyais légèrement sur elle, même si elle aussi était affaibli. Je lui chuchotait à l'oreille, d'un ton doux.  

-Tu as été parfaite, Azuki. Ne doute jamais de toi, tu es beaucoup plus utile que tu ne le penses... 

Puis, je reculai pour m'appuyer sur le mur de la cuisine. Je déclarai plus sérieusement. 

-Je sais que tu es exténuée, mais les enfants de Sébastien... Je pris une petite pause. Ils sont ici. Dans le sous-sol... Si tu penses que t'en a la force, occupe toi d'eux... Un autre. Ensuite, lorsque tu les aura reconduit chez eux, ou je, on prendra tout le temps qu'il faudra pour récupérer et on appellera Seikoku pour qu'ils viennent nous chercher.


C'était un bon plan, oui. J'allai dans la chambre des faux parents de Raphael et je me dirigeai toute suite vers la chambre de bain, essayant tant bien que mal de faire partir le sang encore humide de mes mains. Je m'appuyais sur le mur derrière moi et je regardai le résultat. C'était satisfaisant, mais mes mains tremblaient... Ou était-ce ma vision qui commençait à se troubler? Je retournai dans la chambre avant de lentement me coucher sur le matelas. 

Demain, lorsque le saignement aurait arrêter, je devrais recoudre la blessure... Ça allait tellement être amusant. Je tentai de tomber dans un sommeille réparateur. Ce que je ne pus faire, même quand Azuki arriva dans la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Azuki Kanra

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/05/2013

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Johanna Hope/Leah B. March

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Lun 19 Aoû 2013 - 22:19

- Je suis désolée… Commença la jeune fille en baissant les yeux. J’ai l’impression de n’avoir pas été très utile…
 
 Aussi stupide que cela puisse paraître, Azuki aurait aimé pouvoir protéger Kain, ne serait-ce que quelques instants durant cet horrible combat. Après tout, n’était-ce pas son devoir en tant que membre du clan Kaminari ? De plus, le jeune homme n’était pas que son chef, mais également un ami très cher & même… davantage…  Et le simple fait de penser qu’elle ne pourrait rien pour le protéger minimalement en cas de danger la dégoûtait.
 
 Elle s’assura avec soin que la blessure était maintenant neutralisé, et que la vie de son chef n’était plus en danger avant de laisser ce dernier se lever. Il était tout de même faible mais parvint tout de même à faire quelques pas pour venir la prendre dans ses bras, faisant naître un long frisson le long de sa colonne vertébrale lorsqu’il lui murmura au creux de l’oreille ;
 
- Tu as été parfaite, Azuki. Ne doute jamais de toi, tu es beaucoup plus utile que tu ne le penses…
 
 La jeune Kaminari ne put s’empêcher de rougir légèrement sous ces paroles. Elle sourit et serra également Kain contre elle, profitant quelques minutes de cette proximité, comme du fait qu’ils étaient tous les deux sains & saufs. Jusqu’à ce que le blond se détache doucement de son étreinte pour aller s’appuyer sur le mur.
 
- Je sais que tu es exténuée, mais les enfants de Sébastien…
 
Les yeux d’Azuki s’agrandirent d’étonnement. Dieu du ciel ! Elle avait complètement oublié les enfants !
 
- Ils sont ici. Dans le sous-sol… Poursuivit Kain. Si tu penses que t’en as la force, Occupe-toi d’eux… Ensuite, lorsque tu les auras reconduits chez eux, ou je, on prendra tout le temps qu’il faudra pour récupérer & on appellera Seikoku pour qu’ils viennent nous chercher.
 
Elle acquiesça et tout de suite après s’être assuré que le jeune homme ne courrait vraiment aucun danger quant à ses blessures, elle se mit en quête de trouver l’entrée de ce fameux sous-sol. Chose qui ne fut pas très aisée. Elle du fouiller chaque pièce, et bien que la maison ne soit pas immense, elle ne trouva aucun escalier nul part. Ce n’est qu’une fois dans l’ancienne chambre de leur hôte qu’elle crut trouver quelque chose, en fouillant dans la penderie. Quelque chose au sol qui pouvait s’apparenter à la poignée d’une trappe dans le plancher. Tirant de toutes ses forces, elle dut se rendre rapidement à l’évidence ; cette trappe était fermée à clé. La brunette réfléchit quelques instants, chercha une clé, mais se dit que le criminel devait forcément la garder sur lui… Elle n’eut aucun autre choix que d’invoquer son fidèle tigre. La créature qui avait l’habitude de vivre dans les contrées chaudes & humides telles que l’Inde, était d’une humeur massacrante de se retrouver dans un endroit comme l’Alaska. Il consentit cependant à aider sa jeune maîtresse (comme c’était probablement le seul moyen qu’elle le laisse en paix) et donna un puissant coup de patte qui fit céder le bois sec, faisant s’envoler un nuage de poussière dans les airs. Azuki toussota, puis entreprit de descendre le petit escalier (pas très rassurant) qu’elle aperçut, laissant Oz retourner à ses activités. Lorsqu’elle se retourna pour le remercier, il n’était d’ailleurs déjà plus là.
 
 Elle descendit lentement, de peur que les piteuses marches ne cèdent sous son poids, mais était en même temps incroyablement nerveuse… Dans quel état seraient ces enfants ? Qu’allait-elle faire si elle les trouvait morts, horriblement mutilés ? Comment pourrait-elle annoncé cela à leur père ?
 
 Il faisait un noir complet dans la cave. Autant que c’était silencieux. À tâtons, la jeune fille finit par trouver un interrupteur sur le mur, qu’elle enclencha. La pièce était sale, sentait le renfermé & était surtout vide. Aucune trace des enfants. Malgré tout, la jeune fille tenta de les localiser en captant leurs pensées, ce qui restait plus facile à dire qu’à faire, comme elle n’avait même pas la certitude qu’ils respiraient encore… Soudain, elle crut capter les brides de ce qui ressemblait à un rêve… ou plutôt, un cauchemar. Elle se précipita vers la source de ces pensées et se retrouva devant un placard qui, -coup de chance !- n’était pas fermé à clé.
 
 La brunette fut plutôt surprise lorsqu’elle trouva les corps de deux enfants inconscients, ligotés & bâillonnés, quoique soulagés de voir qu’ils n’étaient pas (à première vue, du moins), gravement blessés ou morts. Elle s’appliqua à les détacher sans leur faire mal, et (avec l’aide de son invocation) elle parvint  à les transporter jusqu’à la chambre de Raphael, là ou il y avait un lit de libre pour qu’elle puisse les allonger.
 
 Les deux petits corps respiraient encore et leur rythme cardiaque (bien qu’un peu plus faible que la moyenne) n’alarma pas vraiment Azuki, la soulageant presque ; leur vie n’était visiblement plus en danger. Par contre, ils étaient tous les deux affreusement maigres, signe flagrants que leur ravisseur ne les avaient pas (ou alors très peu) nourrit.
 
 Avec toute la tendresse d’une mère, la jeune fille caressa doucement leurs cheveux sales, puis entreprit de leur préparer un léger repas, quelque chose de réconfortant qu’ils pourraient manger à leur réveil sans se rendre malades. Chemin faisant, elle s’arrêta devant la chambre ou elle avait séjournée, histoire de voir comment se portait Kain.
 
 Le jeune homme était couché sur le lit et semblait souffrir atrocement, malgré les bandages et le fait qu’il avait réussit à se nettoyer de la plupart du sang qui le recouvrait plus tôt. Doucement, la jeune fille s’en approcha et vint s’asseoir sur le lit près de lui. La douleur devait l’empêcher de trouver le sommeil. Azuki se mordit la lèvre inférieure, soucieuse de son état.
 
- Ça va, tu tiens le coup ? Lui demanda-t-elle gentiment.
 
 Elle tendit la main et eflleura légèrement sa joue du bout des doigts. Il ne semblait pas faire de fièvre, c’était déjà ça.
 
- J’ai trouvé les enfants. L’informa-t-elle. Ils sont faibles mais leur vie n’est pas en danger. Je vais prendre soin d’eux pour la nuit et demain nous irons les ramener à leur père. Tout se passera bien à partir de maintenant, fais-moi confiance.
 
 Elle lui sourit doucement et serra sa main dans la sienne, avant de se pencher légèrement sur lui & d’à peine frôler ses lèvres des siennes en un baiser beaucoup trop rapide.
 
- Je crois que je devrais retourner voir les enfants. S’il y a quoique ce soit, n’hésite pas à m’appeler.
 
 Elle lui fit un dernier sourire adorable, avant de le laisser à nouveau, espérant qu’il allait enfin parvenir à dormir un peu. De son côté, elle se rendit finalement à la cuisine et passa la suivante heure à préparer une soupe de légumes légère pour les enfants. Si ça faisait vraiment longtemps qu’ils n’avaient pas mangé, il serait nocif pour eux de leur servir un repas trop lourd. Cela devrait donc faire parfaitement l’affaire. Lorsque ce fut prêt, elle laissa la casserole de côté, avec le couvercle histoire que ça reste chaud, et se rendit de nouveau dans la chambre ou étaient les enfants. Elle était soulagée, avait l’impression que le pire était passé & que maintenant tout n’irait qu’en s’améliorant.
 

 Alors qu’elle regardait les deux petits dormir, la jeune fille sentit soudainement un violent coup de fatigue lui retomber sur les épaules, et se mit à voir un peu flou, comme prise d’étourdissements.  Elle porta sa main à son front et sursauta tant il était brûlant. Son corps avait sans doute repoussé tous les effets de ses blessures le temps qu’elle règle tout, sous l’emprise de l’adrénaline, mais maintenant, il revenait en force. Azuki tenta de se lever pour aller boire un peu d’eau, mais les formes et les couleurs se mirent à danser devant ses yeux, puis elle s’effondra lourdement à côté du lit, inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Kain Onichiro
“ Chef du clan Kaminari et modérateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2011

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Yuuki Fukuru - Kirito Rivers

MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   Mar 20 Aoû 2013 - 6:05

La soirée, mais surtout la nuit avait été longue, pour moi et aussi pour Azuki.
 
Alors que j’étais étendu sur le lit, tout en pensant à tout et à rien, je plongeai à quelques reprises dans les pommes, me réveillant presque instantanément. Mon cerveau refusait de se mettre en pause. Refusant de croire que la menace était encore écartée. Cela dit, mon cerveau me tenait cloitré au lit, en souffrant d’une grave blessure. Dormir aurait probablement aidé les choses, légèrement.
 
Je devais être étendu là depuis une éternité, alternant parfois entre un noir profond et la légèreté clarté de la chambre. Comme je le disais précédemment, j’étais toujours réveillé quand Azuki  vint me rendre visite dans la chambre. J’avais légèrement suivi ce qu’elle faisait via ses pensées, mais n’empêche, sa visite m’avait fait du bien.
 
- Ça va, tu tiens le coup ? Me demanda t elle en s’assoyant sur le rebord du lit.
 
Elle effleura ma joue du bout de ses doigts, me faisant sourire légèrement.
 
- J’ai trouvé les enfants. Ils sont faibles mais leur vie n’est pas en danger. Je vais prendre soin d’eux pour la nuit et demain nous irons les ramener à leur père. Tout se passera bien à partir de maintenant, fais-moi confiance.
 
Lui faire confiance? J’avais entièrement confiance en elle.  Sauf qu’elle devait prendre du repos, elle aussi, et s’occuper d’enfants pendent une nuit n’allait pas l’aider. J’aurais aimé lui dire qu’elle en avait fait suffisamment pour eux. Qu’elle devait les laisser se reposer aussi.  Bref, elle me sourit, elle serra ma main dans la sienne et m’embrassa rapidement.
 
- Je crois que je devrais retourner voir les enfants. S’il y a quoique ce soit, n’hésite pas à m’appeler.  Dit-elle avant de repartir aussitôt.
 
La porte se referma et je soupirai. Couché sur le lit, je ne pouvais absolument rien faire pour aider les petits et ma blessure ne m’aidait en rien. Certes, je ne souffrais pas le martyre, je pourrais probablement marcher, mais pas très longtemps. Je fermai des yeux pendent quelques secondes et je posai ma main sur le bandage. C’était humide. C’était également prévisible. Je me tournai sur le coté et je pris le livre qui trainait sur la commode et je me mis à lire, une main toujours appuyer sur ma blessure pour accélérer l’arrêt.
 
Quelques minutes passèrent, ou était-ce des heures? Ce que je sais, c’est que je gardais un œil sur ce que faisait Azuki tout en lisant mon livre. Le personnage principal venait justement de découvrir que l’assassin avait été l’hôte de l’endroit ou il séjournait. Cette coïncidence m’avait fait sourire, le reste ne ressemblait nullement à ce que j’avais vécu. Puis, j’arrivais à la fin du livre. Je le refermai et je le redéposai sur la commode, avant de tenter de fermer les yeux, plus longtemps que quelques secondes. Qui sait, je tomberai peut-être dans un sommeil réparateur.
 
Non, quelque chose sonna l’alerte dans ma tête forçant mon corps à se raidir. Je m’assis dans le lit en sursaut, comme si quelque chose venait d’arriver et je cherchais les pensées d’Azuki, voir si tout allait bien. Rien… Je me tournai légèrement pour faire pendre mes jambes hors du lit et faire toucher mes pieds au sol. D’une légère poussée avec mes bras, je me levai. Je ne devais pas forcer avec mes abdominaux, au risque d’empirer la blessure.
 
La nuit était encore noire, je marchais tranquillement, tout en me guidant par les murs. Je les longeais. J’ouvris la porte. Un fois dans le couloir, je regardais à l’autre bout, je pouvais apercevoir la cuisine, mais pratiquement pas le salon. Dans celui-ci la lumière était toujours allumée. Personne n’était là. Ou du moins semblait. J’ouvris la porte de la chambre à Raphael. Une lumière était allumée. Deux enfants étaient étendus dans le lit.  Azuki était au sol, elle dormait? Non, elle devait avoir perdu connaissance. Que faire? Je restai quelques secondes là, à réfléchir.
 
Aurais-je été capable de la soulevée et de l’emmener jusqu’au lit, sans aggraver ma blessure? Je ne pense pas. Que faire alors…? Je ne pouvais pas me pencher pour voir son état et si je m’accroupissais, je ne serais probablement pas en mesure de me relever. Je me retournai et je me dirigeai à nouveau vers ma chambre. Je pris les oreillers qui étaient sur le lit et d’un mouvement de bras, je les lançai dans l’autre chambre.  Si je ne pouvais pas emmener Azuki dans le lit, j’allais emmener le lit à elle.
 
Farfelu comme idée, mais c’est tout ce que je pouvais faire dans mon état. Je pris les draps et je les trainai jusque dans la chambre. Je m’assis tranquillement par terre, essayant de ne pas froisser les bandages. Je soulevai légèrement la tête d’Azuki et je déposai un oreiller en dessous. Je glissai un oreiller à ses côtés, j’allais devoir me reposer là aussi, je n’avais plus le choix. Je pris la couverture et je la déposai lentement sur son corps et je pris place à ses côtés. Je me permis de prendre sa main dans la mienne, à défaut de ne pas pouvoir la serrer contre moi.

Il me fallu encore quelques instants avant de m’endormir pour de bon, malgré le fait que le sol était dur, mais cela n’a en rien atténué mon temps de sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission Kaminari [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mission Kaminari [TERMINÉ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» A la recherche du vif d'or. [Mission solo - terminé]
» [Mission] Le temps brise et disperse la réalité, ce qui reste devient mythe et légende || Terminée
» [Émission #1] Who's that voice ? - TERMINÉ
» Pour une lampée de sang... (rp mission) [Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: Continents :: Amérique du Nord-
Sauter vers: