AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi

Aller en bas 
AuteurMessage
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Lun 19 Aoû 2013 - 1:04

Accroupis dans un coin reculé du jardin, le plus prêt des ombres, Atsuko était penché sur le corps d'un aigle attaquer par Wizzer son familier qui c'était en préssé de lui rapporter l'oiseau en pleine agonie, elle l'avait tout d'abord crier sur son vautour lui reprochant de lui rapporter des animaux tous aussi mort les uns que les autres jusqu'à ce que l'aigle bouge et tente de leurs faussé compagnie un sourire carnassier était venu ce poser sur ses lèvres alors quelle sortait sa dague d'une des poches de son jupon en satin noir poser sur des tonnes de tules de la même couleur et accompagné d'une chemise à jabot cintrée à grandes manchettes de dentelle et de voile d'un blanc aussi imaculé que ses longs cheveux coiffé d'une rose rougâtre.

Elle avait tiré l'aigle du bout de l'aile vers elle avant de lui arraché une plume qui provoqua un cris stridant chez la bête et un sourire satisfait chez la jeune fille, elle commença à lui infliguer des blessures plus sanglantes et douloureuses les unes que les autres lançant des morceau par ci par là à Wizzer qui s'en donner à coeur joie jusqu'à ce que le pauvre ne puis plus crier respirant avec difficulté fatiguer de l'écouter lutter contre son sort elle lui brise la cage torachique d'un coup de pied mais face à l'état de son bas blanc maintenant marqué d'un rouge percant au niveau du pied elle répète plusieurs fois son geste avec colère et jubilation face au reste de corps de l'aigle et à la violence de ses coups.

Une fois sa folie fini elle s'écarte du cadavre laissant Wizzer se chargé du reste et parti s'assoir prête de ses chaussures et de son sac, retire ses bas et sors un mouchoir noir puis commence à nettoyer sa dague tout en buvant une tasse de thé blanc et en regardant Wizzer engloutir la carcasse de l'oiseau, elle afficha un petit sourire en coin fière de son cadeau envers son familier.


Dernière édition par Atsuko S.Hi le Mer 21 Aoû 2013 - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Fugi

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 15/08/2013

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Mer 21 Aoû 2013 - 1:12


Sanada s’était enfin installé dans ce pensionnat en faisant la connaissance d’une personne qui était bien trop naïve pour lui. Elle était bien trop gentille et franchement, il détestait ça ! Tous ces gens qui ont toujours le sourire aux lèvres du matin au soir, ils pensaient d’eux que c’était tous des hypocrites ! Ils ne font que cacher la souffrance, la douleur qu’il y a en eux. Ils veulent faire croire à tout le monde que le monde est beau et tout va bien ! Ca fonctionner peut être sur des personnes faibles et stupides mais pas sur lui ! Etant gamin, il avait été bien trop naïf alors aujourd’hui, il ne voulait plus se voiler la face et faire face au monde qui l’entoure réellement. Pour affronter cela, il fallait être fort mentalement et physiquement alors il s’est créer une carapace blindée, en oubliant tous ces amis. Disant adieu à l’amitié et à l’amour qui peuvent être une faille. Il se refusait d’avoir une seule faiblesse face à l’ennemie. Malgré son refus à toute affection, il prenait malgré tout plaisir à se moquer de ses camarades en utilisant de l’humour non plaisant. Cette chère Eglantine, en avait fait l’expérience.


Il continua alors sa visite avec son pantalon noir ainsi que sa chemise de la même couleur. Avant de rentrer quelque part, il vérifie s’il est présentable. Il commença par inspecté sa chemise si il n’y avait pas de plis, ni de tâches. Il fait de même avec son pantalon et si ces chaussures brillaient. Il finit ensuite par ses cheveux qui devaient être en place. Tout semblait correct ! Alors il prit sa valise et se balada en regardant tout autour de lui. Il vit sur le chemin à travers une fenêtre, un jardin qui paraissait très calme et tranquille alors il prit aussitôt la direction de ce lieu. De plus, à l’intérieur il faisait chaud donc quoi de beau que d’aller dehors prendre un peu l’air. Il arriva sur les lieux en levant la tête, regardant le ciel tout en profitant de ce petit moment de solitude. Il commença à marcher en utilisant le chemin. C’était un très joli jardin, avec de belle végétation et quelque couleur. Mais bon, cela ne reflétait guère leur vie ! Du moins … La sienne ! On pouvait entendre des oiseaux chantonnaient, avec un vent léger qui caressait son visage. A chacun de ses pas, on pouvait entendre les graviers sous ses pieds craquaient. Cela n’était pas très discret. Alors il décida de marcher sur l’herbe.

Il voyait des bancs mais il trouvait qu’ils étaient vraiment mal placés ! La vue n’était pas exceptionnelle. Ceux qui ont posés ça, ne devait pas être très intelligents ! Pensa-t-il. Alors qu’il pensait être seul, il vit une silhouette au loin, cela semblait être une fille … Il essaya de mieux la voir mais impossible. Il était trop éloigné pour ça. Alors il s’avança tranquillement, avec toujours la même allure. Celle d’une personne distinguée et classe avec un regard hautain. Il se tenait droit, et fier ! Avec toute sa confiance. Il arriva à quelque mètre de la jeune femme. Il put voir que cette dernière était bien étrange, elle avait une dague dans la main. Serait-ce un objet de collection ? Ou un souvenir ? C’est bien le genre d’intrigue qu’aime Sanada. Alors il ne se fait pas prier pour partir à la pêche à l’information. En observant plus attentivement, il vit un être très bizarre. Elle ne semblait pas humaine … Et surtout, il voyait du sang … Il y avait une dépouille dont elle était en train de s’occuper. Il perdit un instant son assurance mais une fois son regard tourné sur Atsuko, il fit un sourire toujours aussi malsain et arrogant. Il l’a regardé de haut comme il faisait avec toutes les personnes qu’il croisait puis prit la parole :


-       Je rêve ou bien, cette femme derrière moi n’est pas humaine ? Mais peu importe ! Cela n’a pas d’importance. Très jolie objet … Mais pour une femme si fragile, cela pourrait être dangereux … / esquissant un sourire arrogant / Que faites-vous seule dans votre coin ? Si c’est une déprime … Je préfère encore partir, mon épaule ne supporte pas les larmes …

Il ne supportait simplement pas que quelqu’un pleure devant lui. Non pas parce que ça le toucher ou le rendait triste mais cela l’énervé ! Tout ce qu’il avait envie, c’est de crever les yeux de ceux qui versent des larmes. être si faible est si insupportable ! Alors il espérait bien qu’elle ne soit pas ainsi et vu l’état de la dépouille, cela paraissait peu probable.

Revenir en haut Aller en bas
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Mer 21 Aoû 2013 - 3:25

Porté par ces songes Atsuko fixer son vautour tout en nettoyant son arme, elle repensait à son acte et regretté amèrement non pas d'avoir tué cette pauvre bête non elle s'en réjuisser au contraire c'était plutôt le fait que son divertissement ai t'été aussi court et sa la contrariai. Une expression de neutre et vide d'émotion se glissa sur son visage donnant l'impression qu'elle pleurer quelqu'un mais cette image n'aller pas à la jeune fille, alors qu'elle terminer de nettoyer sa dague un jeune homme arriva et engagea la discussion d'une façon peu commune.

-Je rêve ou bien, cette femme devant moi n’est pas humaine ? Mais peu importe ! Cela n’a pas d’importance. Très jolie objet … Mais pour une femme si fragile, cela pourrait être dangereux … / esquissant un sourire arrogant / Que faites-vous seule dans votre coin ? Si c’est une déprime … Je préfère encore partir, mon épaule ne supporte pas les larmes …

Il était arrogant sa Atsuko l'avait remarqué rien qu'a son entrée, au sourire qu'il afficher, à sa façon de se tenir et de parler, il lui rappeller vaguement une personne de son entourage qu'elle avait vite fait de supprimer par besoin professionnel. Fragile, un ricanement échappa à Atsuko, il venait de sous-entendre qu'elle était faible habituellement ça la mettait hors d'elle mais cette fois elle en riait mais pas de bon coeur comme à son habitude.

-Tu as entendu ça Wizzer ce jeune homme à cru bon de me .. mettre en garde ? / esquissant à son tour un sourire des plus malsain / sur les dangers des armes blanches pour les jeunes filles fragiles.

Wizzer croisa comme pour rire du jeune inconnu et approuvé les dits de sa maîtresse, cette dernière lâcha un rire totalement dépourvu de joie alors qu'elle se relevé pieds nus et s'avancer vers Sanada, calment son manque de tenue elle reprit la parole d'une voix suave et trainante.

-Merci pour le compliment c'est .. touchant mais si je ne suis pas humaine que suis-je ?

Elle c'était arrêté juste devant lui et levé la tête pour le regarder droit dans les yeux son merveilleux sourire malsain toujours aussi présent, elle le contourna entraînant avec elle un léger courant d'air et son vautour qui vint se poser sur son épaule et malgré sa taille quelque peu imposante il n'était pas plus lourd qu'un oisillon. Elle venait de remarquer un rosier de rose Kordes korav elle prit une tige dont les épines s'étaient ancrées dans sa paume et retourna vers le banc n'ayant d'yeux que pour la fleur....

-Les premiers rose de son espèce on étaient en quelque sorte crée par un famille allemande les Kordes on les à baptisé Ave Maria ...

Elle commença à jouer avec la fleur enlevant sans gêne chaqu'une de ses pétales puis fini par s'en lassé et balançant le reste de la rose derrière elle.

-Enfin passons qu'es ce qui t'amène ici .. hum Johnathan tu as une tête à t'appelé comme ça.

Elle sautilla jusqu'à lui faisant voler les tules sous son jupon noir, elle le regarda de nouveau droit dans les yeux sans faiblir penchant légèrement la tête sur le côté comme une enfant en pleine réflexion.

-Ou Cyril va savoir je suis nul en devinette.

Cyril, ce prénom la ramenait quelques mois en arrière deux jours avant son arrivée au lycée et un frisson la parcouru elle ne savait pas si elle devant en rire ou juste jubiler en silence car il était hors de question qu'elle pleure pour un crétin de première et la sensation que son sourire devenait plus sombre lui donner une réponse claire et sans failles. C'était juste un crétin rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Fugi

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 15/08/2013

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Mer 21 Aoû 2013 - 10:28


Sanada venait de faire la rencontre d’une jeune femme dans le jardin plutôt étrange mais cela ne l’empêcher de la prendre de haut et la prendre pour une faible. Il vit son interlocutrice rire à ses paroles, ce qui l’étonna quelque peu mais ce n’’était pas assez pour le perturber. Il écouta ces paroles attentivement, entendant un certain prénom * Wizzer * Il regarda autour derrière lui, et comprit qui était cette personne enfin, si on pouvait appelait ça une humaine. Son regard se fixe de nouveau sur Atsuko. Le sourire de la demoiselle était bien différent de celui d’Eglantine … Celui-ci était plus malsain, plus inquiétant mais cela n’effraya point Sanada. Au contraire, ça lui plaisait de voir qu’en face, il avait peut être quelqu’un qui lui tiendrai tête sans faire la gentille fifille ! Quelque secondes plus tard, il vit Atsuko se rapprocher de lui en riant à gogo. Elle se foutait vraiment de sa gueule là ? Il n’apprécia guère ! Mais il n’allait pas leur faire ce plaisir de leur montrer son mécontentement. Après tout, ce sera à celui ou celle qui craquera en premier … Il regarda et écouta celle-ci en restant sur ses gardes. Sa question était stupide. Tout cela paraissait une évidence ! Alors il rit à son tour, il se roulerait presque parterre pour montrer à ses camarades, qu’il n’est guère intimidé. Il reprit un peu son sérieux avant de lui répondre avec un sourire dans le coin :

-      Je parlais particulièrement de votre Wizzer et non de vous ! Ce toutou qui vous tient compagnie... Qui aboies quand vous lui parlez . Vous devriez lui mettre une muselière !  

Il ne put s’empêcher de rire à ses paroles en s’imaginant déjà Wizzer faire le chien. Il s’amusait comme un fou ! S’il avait un sucre, il n’aurait pas hésité à pousser sa blague de mauvais gout encore plus loin mais il n’en avait pas sur lui. Quel dommage ! Il reprit son calme en soutenant le regard de cette dernière qui le fixer dans les yeux. Elle tourna autour de lui, il put sentir un petit courant d’air à son passage. Il l’a suivis du regard jusqu’à ce qu’elle s’installe sur un banc avec une rose à la main et son vautour sur l’épaule. Elle lui parla de sa rose comme si que cela l’intéressé ! D’ailleurs, pour montrer son ennuie, il se mit à bailler volontairement pour lui faire comprendre. Quand elle fut finit, il pensa aussitôt * Ce n’est pas trop tôt * Puis écouta de nouveau ces dires. Jonathan ? Me prenait-elle pour un français ? N’avais-je pas l’air japonais ? Bref, il répondit vaguement à la question :

-      Je suis venu ici pour avoir du divertissement ! // dit-il avec ironie et un léger sourire. // Et je dois admettre que vous êtes distrayantes !

A ses paroles, il la vit sautiller jusqu’à lui en le regardant dans les yeux, penchant sa tête légèrement avant de reprendre la parole. Elle fit une nouvelle proposition pour deviner son prénom. Sérieusement, elle n’avait rien de drôle dans les prénoms qu’elle citait ! Qu’est ce qu’il y avait de rabaissant dans cela ? Il ne comprenait pas vraiment mais bon. Il prit la parole à son tour avec le sourire aux lèvres :

-     Tu es médiocre en devinette et en plus, tu n’es point drôle ! J’attendais mieux d’une femme qui prends tant d’air avec moi … Pour éviter ce genre de blagues nullissime, je vais te dire mon prénom et retiens le bien ! Il sera surement le plus important dans ta vie ! Je suis Mr Fugi Sanada !

Il se plongea dans le regard de celle-ci en s’approchant tout près d’elle. Puis il esquissa un sourire. Il ne voulait en aucun cas, l’embrasser. Juste lui montrer qu’il maintiendrait son regard en l’amplifiant un peu plus. Il leva son bras, et mit son index sur le front de cette dernière en poussant très légèrement en arrière. Il recula ensuite, d’un pas, en apercevant de nouveau le cadavre de l’aigle. C’était une vraie boucherie. Mais cela l’intéressé de savoir le pourquoi de cette tuerie. Alors il reprit la parole avec un certain enthousiasme :

-      Dis-moi, Qu’est-il arrivé à cet oiseau ? La nourriture pour ton chien ?

Il restait très attentif à sa réponse en jetant des petits regards sur la dépouille, voir s’il ne voyait pas de petits détails qui pourraient le mettre sur la voie, de ce qu’il aurait bien pu lui arriver. Non pas parce qu’il a pitié de lui mais tout ce qui est rapport avec la mort, cela l’intéressait ! I décida d’aller s’asseoir sur le banc, celui où elle était assise juste avant en attendant toujours la réponse à sa question. Il ramassa une des pétales de roses  qu’elle avait arrachés et laissés au sol. Il l’observa avec un petit sourire dans le coin. Il prit ensuite, la parole :

-      Une rose est si fragile … Aussi fragile qu’un être humain. Elle est aussi rouge que le sang d’humains …. On peut dire, qu’elle a des ressemblances avec nous. Mais la mort d’une rose est amer, sans saveur, ni plaisir et tout ça, à cause de son silence, de son mutisme face à n’importe quel souffrance qu’on lui inflige. N’as-tu jamais eu de douleur ? Évidemment, tu me diras non ! Ou alors, tu es une imbécile … Tout être fort et non faible ne révèle ses faiblesses. N’est ce pas ?

Relevant la tête en regardant son interlocutrice dans les yeux. Il parlait de cela sans avoir le moindre sentiment de tristesse, ou de nostalgie. Il disait ça d’un air indifférent, et insensible. Ça pouvait se voir dans ses yeux. On pouvait presque voir, il prenait plaisir à parler de la souffrance, du sang, de la mort des êtres vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Mer 21 Aoû 2013 - 18:29

Mettre une musolière à Wizzer quel idée tordue pensa-t-elle en fronçant légèrement les sourcils d'incompréhension face à sa phrase mais aussi face au comportement de Sanada qui en rigolait le plus étonnant était son rire clair et fort, il finit par ce calmer et reprit son attitude hautaine et arrogante, elle rafficha à son tour une expression neutre et le contourna pour aller voir un rosier derrière le jeune homme, Atsuko pouvait changer de centre d'interêt comme de chemise, après avoir jouer avec la rose et réalisa que le jeune homme était toujours là et qu'il semblait ennuyer par ces paroles Qui as dit que je lui parler directement son sourire s'étire un peu plus et elle lui demande le pourquoi de sa venu dans le jardin, il lui réponds alors qu'il cherchait à ce divertir et que elle était distrayante à souhait, elle haussa des épaules et repris son jeu de devinette la où elle c'était arrêter, sautillant vers lui avantde proposer un autre prénom au consonance toujours aussi française.

-Tu es médiocre en devinette et en plus, tu n’es point drôle ! J’attendais mieux d’une femme qui prends tant d’air avec moi … Pour éviter ce genre de blagues nullissime, je vais te dire mon prénom et retiens le bien ! Il sera surement le plus important dans ta vie ! Je suis Mr Fugi Sanada !

-Je le savait déjà ça et je ne prends d'air avec toi je suis comme ça de nature et à moins que je ne m'en soit pas rendu compte je n'ai fait aucunes blagues quelconque et puis le jour où ton nom aura de l'important dans ma vie j'aurai oublier le mien.

Elle avait parler comme à son habitude d'une voix trainante et toujours aussi suave son hausser une seule fois la voix, il plongea son regard de le sien en s’approchant  tout près d’elle. Puis il esquissa un sourire Range ton sourire de bel âtre tu ne m'interêsse pas et je n'embrasserai même tes fins lèvres pour tout l'or du monde. réalisant se à quoi elle penser à l'instant Atsuko retins sa respiration, il ne voulait en aucun cas, l’embrasser, non il voulait juste lui montré qu'il avait la situation bien en main et qu'il était vingt fois supérieur à elle ce qui la fint vite reprendre ses esprits. Il leva son bras, et mit son index sur le front de cette dernière en la poussant très légèrement en arrière. Il recula ensuite, De quel droit me touche t-il celui-la il m'as vraiment prise pour une fille inférieur aux autres !? :

-Dis-moi, Qu’est-il arrivé à cet oiseau ? La nourriture pour ton chien ?

Il lui avait demandait ça avec once d'enthousiasme avant de regarder la dépouille de l'oiseau comme fassiner De mieux en mieux on va de surprise en surprise aujourd'hui dans sa réflexion elle n'avait pas vu que Sanada était parti s'assoir sur le banc ou elle avait laisser son sac, ses chaussures et ses bas ainsi que sa tasse de thé à peine entamer. Il se baissa et ramassa une petale de rose qu'elle avait arraché.

-Une rose est si fragile … Aussi fragile qu’un être humain. Elle est aussi rouge que le sang d’humains …. On peut dire, qu’elle a des ressemblances avec nous. Mais la mort d’une rose est amer, sans saveur, ni plaisir et tout ça, à cause de son silence, de son mutisme face à n’importe quel souffrance qu’on lui inflige. N’as-tu jamais eu de douleur ? Évidemment, tu me diras non ! Ou alors, tu es une imbécile … Tout être fort et non faible ne révèle ses faiblesses. N’est ce pas ?

Maintenant il sous entends que je suis une imbécile .. il se fout clairement de ma gueule n'es ce pas ? le sort de cette rose l'importait peu, très peu sauf si il y avait un asunas dans les parages parce que ce dernier resentirait la douleur de la fleur et ce spectacle était à se qui parait très particulier. Il la regardait dans les yeux, quand il avait parler de la "mort" de cette rose on avait l'impression qu'il parler de la pluie et du beau temps, il était ni toucher ou attristé par ces paroles non il prenait même un malin plaisir à parler de souffrances ou de mort.

-Il était au mauvaise endroit au mauvais moment

Activant deux de ces vecteurs, elle saisi les ailes du corps inertes de l'aigle et l'approcha doucement d'elle, Wizzer voulu attaquer le corps en pleine lévitation mais Atsuko lui envoya un regard noir qui fit s'envoler le vautour quelques mètres loin de sa maîtresse occuper et ce poser sur une branche d'arbre.

-Il ne valait même pas un bas /murmure-t-elle en regardant le corps de l'aigle / c'était un moyen de m'occuper.
Elle balança le cadavre et Wizzer fonça dessus Quel goinfre se vautour pensa-t-elle en regardant ses pieds perdus dans l'herbes.

-Hum la mort d'un être vivants et surement et certainement la plus distrayante et amusante qui soit .. pour ma part mais certains préfère s'en prendre à plus faible que soit mais parfois se n'ais pas se que l'on croit et ces êtres soit disant faibles peuvent conduire à la mort, comme les sentiments, en faite la dernière fois que j'ai resenti de la douleur c'est à six ans et après sa plus rien.

Elle revoyait tout les morts qu'il y avait eu dans sa vie et eux seuls savaient combien ils étaient, tout les enterrements ou elle était la seule à sourire face au larmes des amis et membres de la famille du défunt rien que d'y repensé elle revoyait leurs visages et les murs tâchés par sa faute.
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Fugi

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 15/08/2013

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Jeu 22 Aoû 2013 - 20:41

Sanada avait eu droit à des propositions concernant son prénom. Elle essayait de trouver d'elle-même mais elle était bien loin  du compte. Alors il lui fit remarquer qu'elle était médiocre en devinette et donc il préféra alors donner son vrai prénom afin qu'elle arrête le massacre. Évidemment, il lui a fortement conseiller de le retenir car cela serait très important. Il eut une réponse très rapidement, et il fut surprit en premier lieu qu'elle se dénigre elle-même en confirmant qu'elle était nulle en devinette ... Si elle le savait pourquoi en faire ? Pour ce qui est de son air, il trouvait qu'ils avaient finalement des points communs ! Est ce une bonne chose ? Il n'en savait rien encore. Mais elle ne semblait pas être de ceux qui se vexe pour une petite blague déplacé. Pour finir, elle affirma sans hésitation, que son prénom n'avait pas autant d'importance que le sien. Cela prouvait bien, qu'elle avait aussi une grande estime d'elle. Il trouvait ça plutôt amusant ! Il sourit un instant en répondant avec une pointe d'humour : 

- Alors tu devrais oublier ton prénom dés maintenant ! 

Il s'approcha ensuite tout près d'elle. En se disant surement qu'elle pensera qu'il voudrait l'embrasser ou même, qu'elle l'embrasserait. Mais ce ne fut pas le cas. Il l'a poussa très légèrement vers l'arrière avec son doigt au niveau de son front avant de reculer d'un pas avant de regarder durant un instant la dépouille de l'aigle alors il reprit la parole en posant une question à cette dernière. Il voulait savoir ce qu'il lui était arrivé. Car ça l'intéressé beaucoup. Il n'attendit pas la réponse pour bouger un peu, et aller s'asseoir sur le banc. Il ramassa une pétale de rose et commença à comparer la rose à les hommes. A la fin de son discours, il posa une question qui pouvait paraitre anodine et pourtant ... C'était l'un des moyen de trouver une faiblesse chez son camarade. Quoi de mieux quand la personne se met à se confier ? Ensuite, il pourra s'en servir contre elle à souhait. C'est vrai que c'était plutôt cruel mais il aimait détruire psychologiquement les personnes. Alors qu'il finit de parler, elle lui répondit à sa première question, l'aigle était là au mauvais endroit, au mauvais moment ... Une réponse brève mais qui voulait tout dire ! A ces mots, il leva la tête et regarda celle-ci dans les yeux : 

- Cela ne réponds pas à ma question ma chère ! Je veux plus de détails.

Ce qui suit ensuite, surprit Sanada en voyant l'oiseau mort, s'élever dans les airs comme si qu'il revenait à la vie. Puis avant de le jeter comme on jette un morceau de viande dans la cage aux lions, elle ajouta une petite phrase. C'était juste un moyen de s'occuper. Ce genre d'occupation aurait surement choquer une personne saine d'esprit mais ce n'était pas le cas pour lui. Au contraire, il trouvait ces occupation très passionnante ! Alors dans un élan d'enthousiasme, il prit la parole :

- Que ressens-tu en faisant cela ? Du plaisir ? Ou bien, c'était juste une envie ? Ou même les deux ... As-tu déjà essayer cela sur un humain ? Tu devrais, cela est si excitant ! 

Il parlait de ça comme si qu'un gamin parlait d'un jouet qu'il adorait ! Il ne disait pas tout et ne montrer pas non plus tout le plaisir qu'il avait à torturer ces cobayes, ces marionnettes qu'il manipuler avec soin. Il aime les arranger à sa manière. Elle reprit la parole en parlant de mort et et de douleur. En révélant que depuis l'âge de 6 ans, elle ne ressentait plus rien. Il comprit à présent à qui, il avait à faire ... A vrai dire, lui aussi avait oublier tout sentiments car il trouvait que c'était fait pour les faibles. Il n'était pas le seul à le penser apparemment. Il se leva de son banc et vint près de sa camarade en lui posant sa main sur l'épaule : 

- Si tu n'es pas aussi faible que tu le prétends, pourquoi t'en prendre à des être vivants si faible ? Un être plus apte à se défendre, t'effraie t-il ?

Il sortit son scalpel de sa poche et le regarda en étant dans ses pensées. Avant de relever la tête en enlevant sa main de l'épaule : 

- Notre pire ennemie est nous même ! Tout ce que un être peut ressentir comme la peur, la tristesse, l'amour, l'amitié, la pitié et autres ... Tout ceci est une faiblesse et la plupart, se nourrissent de cette faiblesse ... Ils se rendent pas compte que cela les rends si vulnérables ... Et, je dois avouer que j'aime appuyé là, ou ça fait mal ! J'aime voir la détresse et l'impuissance des autres alors avec cette petite merveille, je fais duré le plaisir ... Voir la peur dans les yeux des gens qui agonisent devant tes yeux, perdant peu à peu tout leur sang. Ils sont là en train de verser leur misérable larmes en suppliant ... Quand on est immunisé contre ça alors on peut dire, qu'on est fort ! Voir la mort agir sur les faibles est si amusant ! Enfin, je n'ai plus qu'a attendre que ma proie vienne à moi ... 

Il rangea son scalpel dans sa poche et regarda les yeux d'Atsuko afin de voir si il y avait eu une réaction de sa part suite à ces mots.

Revenir en haut Aller en bas
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Ven 23 Aoû 2013 - 2:28

Hum il est plutôt unique dans sont genre lui, et puis cette penser tordue que j'ai eu tout à l'heure était vraiment ... tordue non mais l'embrasser et puis quoi encore lui parler de ma vie la belle affaire pensa t-elle alors que Sanada lui demandait dans un élan d'enthousiasme :

- Que ressens-tu en faisant cela ? Du plaisir ? Ou bien, c'était juste une envie ? Ou même les deux ... As-tu déjà essayer cela sur un humain ? Tu devrais, cela est si excitant ! 

-Rien je ne ressens rien enfin si de la joie mais c'est juste pendant les deux premiers minutes d'agonie après je me lasse de mon jouet et passe à autre chose.

Elle ne dit rien de plus préférant garder ses expériences pour elle et passa à la suite lui révélant qu'elle n'avait plus rien ressenti depuis ses six ans, peut être aller t-il la regarder différemment comme la plus part des gens se disant normaux. Elle senti bientôt la main de Sanada se poser sur l'épaule Et maintenant il vas me sortir quoi, que je suis aussi humaine que Wizzer ? Laissez moi rire se dit-elle en écoutant sagement le jeune homme sans bouger :

- Si tu n'es pas aussi faible que tu le prétends, pourquoi t'en prendre à des être vivants si faible ? Un être plus apte à se défendre, t'effraie t-il ?

Atsuko soupira bruyamment en espérant le dissuader de continuer sur cette route là. Il semblé prêt à débattre sur ce point là à sa façon car il sortit un scalpel de sa poche, surement le sien, et le regarda comme emporté par ces pensées un peu comme la jeune fille quand elle venait d'assouvir une envie sanglante. Il finit par enlever sa main de son épaule et engagea la discussion sur un point qui se révéla être sensible pour Atsuko :

- Notre pire ennemie est nous même ! Tout ce que un être peut ressentir comme la peur, la tristesse, l'amour, l'amitié, la pitié et autres ... Tout ceci est une faiblesse et la plupart, se nourrissent de cette faiblesse ... Ils se rendent pas compte que cela les rends si vulnérables ... Et, je dois avouer que j'aime appuyé là, ou ça fait mal ! J'aime voir la détresse et l'impuissance des autres alors avec cette petite merveille, je fais duré le plaisir ... Voir la peur dans les yeux des gens qui agonisent devant tes yeux, perdant peu à peu tout leur sang. Ils sont là en train de verser leur misérable larmes en suppliant ... Quand on est immunisé contre ça alors on peut dire qu'on est fort ! Voir la mort agir sur les faibles est si amusant ! Enfin, je n'ai plus qu'a attendre que ma proie vienne à moi ... 

Atsuko le regarder comme fasciner, il était un mélange de Cyril et Shiki, deux personnes totalement différentes qu'elle retrouver dans un seul être, le premier était sa dernière victime la dernier que le directeur du centre lui avait donner ordre de tuer et l'autre était un garçon qui était dans le même centre que elle et qui lui donner des frissons rien qu'en parlant des assassinats qu'ils avaient commis avec son objet préféré, un scalpel. Il rangea le sien dans sa poche et la regarda dans les yeux. La tentation était trop forte, elle prit son visage entre ses deux mains et l'embrassa à pleine bouche profitant de se moment de surprise pour prendre l'objet habituellement utiliser lors d'opération chirugicale dans sa poche avec un de ses vecteurs. Une fois le scalpel en sa posséssion elle lâcha sans douceur le visage de Sanada et s'empressa de saisir sa dernière aquisition.

Il lui ressemblait à quelque détails près mais rien de bien important, elle le tourna à plusieurs reprise entre ses mains se souvenant du soir ou ils étaient parti ensemble pour une mission elle voulait à tout prix le voir faire et avait mis moins de temps que d'habitude tuant sa victime d'une simple isolation, avait littéralement accouru au res-de-chaussés,pour retrouver Shiki en plein acte cet scène lui avait procurait une joie sans pareil. Revenant à elle Atsuko réalisa qu'elle jouait avec le scalpel comme on jouer avec un stylo quand on réfléchit. Elle finit par le rendre à son propriétaire avant d'aller prendre sa tasse pour rejoindre le jeune homme.

-Je suis né sans amour, sans savoir ce que veut dire avoir mal ou faire mal pour moi rien est interéssant si je ni trouve pas mon compte ; les Hommes sont un amalgame d'echec l'homme et une chose dont la femme peut bien se passer j'ai compris sa à la mort de Bartelemis Marw, un gentille garçon en apparence mais un excellent tueur à gage en vérite enfin ex il ne vallait pas mieux que les autre infidèle, prêt à tout pour avoir ce qu'il ne pouvait pas avoir, c'est d'ailleurs se qui l'as perdu / rigolant / tu aurais vu sa tête le jour où sa femme et rentré dans leur chambre un couteau à la main et la poignardé sans retenu et sans tuer pour autant non le pire c'est quand il m'as vue dans l'encadré de la porte il as .. complètement dijoncter !

Essayant de se calmer sans grand succès Atsuko posa sa tasse au sol et arrangea sa chemise gétant la moindre tâche, une fois son examination fini elle repris son histoire une sourire sadique au lèvres le seul sourire qu'elle avait à offrir et qui en disait long sur sa personne.

-Sa femme c'est remarier deux moi plus tard disant que Bartelemis n'était qu'un impuissant mais chut / se tourne vers lui en pose son doigt sur ses lèvres / je ne t'ai rien dit.

Son sourire s'étira de plus belle quand elle croisa le regard de Sanada.
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Fugi

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 15/08/2013

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Sam 24 Aoû 2013 - 17:23

Sanada était bien curieux quand il s'agissait de mort, ou de torture. C'est pourquoi, il demanda à son interlocutrice ce qu'elle avait ressenti en tuant cet aigle et ce fut de la joie ! Il était un peu déçu qu'elle ressente si peu en pratiquant ce genre de chose. Mais bon, il fit avec. Ensuite, il apprit qu'elle était devenu insensible depuis l'âge de ces six ans. Cela ne le surprit pas et ne l'a regarda pas comme une personne dangereuse ou bizarre. Alors il mit sa main sur son épaule en lui posant des questions mais la seule réponse qu'il eut fut un grands soupire. Il n'insista pas sur le sujet. En tout cas, il savait à présent qu'elle n'était pas très bavarde ! Il sortit ensuite son scalpel de sa poche en parlant un peu de sa vision des choses, de la différence entre les faibles et les forts. Et ce qu'il aimait voir dans les yeux des personnes. On peut dire qu'une telle pensée peut faire fuir n'importe quelle personne saine d'esprit.
La suite était inattendu ! Sanada se fit embrasser par la demoiselle sans raison particulière. Il ne put l'éviter car il avait été surprit. Il n'apprécia guère cet acte ! Il détestait ça ! Puis, personne ne l'embrasse sans sa permission habituellement. Enfin, même si rare sont ceux qui le désire. Sauf qu'il ne se doutait pas de la raison de son geste. C'est quand elle le relâcha qu'il s’aperçut qu'elle avait prit son scalpel personnel ! Grave erreur ! C'est la chose dont il ne fallait pas toucher. Il regarda Atsuko d'un regard noir en lui attrapant le bras violemment de la jeune femme en prenant la parole d'un ton très hostile :
- Je te conseil de me rendre cet objet ! Je hais qu'on touche à mes affaires ! Tu mériterais que je te démembre ! Et la prochaine fois que tu m'embrasses, je t’égorge !
Elle avait l'air un peu ailleurs, mais au final elle lui rendit en main propre. C'était bien le principal. Il lâche le bras de celle-ci en rangeant son scalpel dans la poche de sa chemise. Au moins, il sentira tout contact. Il regarda Atsuko d'un mauvais œil à présent. Il la vit aller prendre sa tasse avant de revenir en lui adressant la parole comme si que rien n'était. Seulement, il n'était pas du genre à laisser passer les choses ainsi.Il écouta l'histoire de celle-ci, dans d'autres circonstances, il aurait très apprécié son histoire mais là, il était encore furieux qu'elle lui est voler son scalpel ! Elle s'arrêta un instant pour faire une petite vérification de sa chemise avant de reprendre la parole en précisant que la femme s'était remarié deux fois. Quand il vit le doigt de celle-ci se posé sur ses lèvres, il le vira d'un geste net de la main, l'écartant de ses lèvres. Son regard était toujours très hostile en vers elle. Il l'attrapa par la gorge et prit la parole en approchant son visage près du sien :
- Tu crois que je suis du genre à oublier ? Je ne suis pas l'un des misérables que tu as rencontré dans ta pauvre vie ! Non, je suis quelqu'un qui n'a aucune pitié et ça me dérange point de frapper une femme ou même de la tuer ! Alors ne t'avise plus à faire ce que tu as fais ! Sinon il se pourrait que je m'en serve plutôt que prévu de mon objet … J'espère que tu as compris !
Il relâcha la jeune femme en reculant de quelque pas en se recoiffant un peu. Il était devenu méfiant envers elle, Elle ne pourra plus l'approcher d'aussi près. Il reprit la parole en essayant de calmer sa colère :
- Dans ton histoire, les hommes dont tu parles étaient sûrement tous des faibles ! Pour avoir une femme, faut déjà être faible ! Donc le tueur à gage était juste un rigolo et rien d'autre ! Je ne peux me comparait à ces vermines ! Alors si tu voulais toucher mon ego, c'est raté !
Il avait aucun modèle, personne qu'il admirait. Il avait personne dans son cœur alors on ne pouvait le toucher sentimentalement. Puis, ce n'est pas le genre à être en solidarité masculine. Le seul qui à de la valeur et qui compte est lui même ! Le reste des hommes sont tous des moindres que rien à ses yeux ! Il tourna le dos à celle-ci et vit le familier d'Atsuko. Il ne savait toujours pas ce qu'il était réellement … Car lui même n'avait pas encore conscience de l'existence de son familier. Il l'observa pendant de longue secondes avant de poser une question à sa camarade :
-Qu'est ce que c'est exactement ton compagnon ? Il n'est pas ordinaire
C'était une chose qu'il l'intriguait même si elle doit pensé qu'il doit connaître l'existence de son invocation.

Revenir en haut Aller en bas
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Mer 28 Aoû 2013 - 7:12

Elle l'avait embrasser sans crier gare et c'était emparer de son scalpel, pourquoi ? Parce qu'elle le voulait.

- Je te conseil de me rendre cet objet ! Je hais qu'on touche à mes affaires ! Tu mériterais que je te démembre ! Et la prochaine fois que tu m'embrasses, je t’égorge !

Il me donne des conseils lui depuis quand .. hum il n'apprécie que l'on touche ces affaires je le note.Elle lui rendis son précieux joujou et il lui lâche le bras pour ranger son scalpel dans la poche de sa chemise. Il lui avait prit le bras sans qu'elle ne s'en souviens vraiment Il m'a toucher. Atsuko inspira un grand coup et ce rassuré que le jeune homme penible qui ce trouvé à ces côté ne l'avait pas toucher. Elle parti prendre sa tasse et commença à raconté une histoire enfin un anecdocte. Elle ne prêté plus vraiment attention à la préssion sur son bras ou à Sanada qui n'écouter que d'une oreille surement encore furieux qu'elle lui est voler son scalpel ! Elle s'arrêta un instant pour faire une petite vérification de sa chemise avant de reprendre la parole en précisant que la femme s'était remarié deux mois plus tard. Voulant savoir si il était encore en colère d'une façon ou d'une autre alors elle posa son index sur ces lèvres, il le dégagea d'un geste net de la main, l'écartant de ses lèvres. Au moins ça le merite d'être clair. Son regard était toujours très hostile en vers elle mais sa ne la marqua pas plus que ça. Il l'attrapa par la gorge et prit la parole en approchant son visage près du sien :

- Tu crois que je suis du genre à oublier ? Je ne suis pas l'un des misérables que tu as rencontré dans ta pauvre vie ! Non, je suis quelqu'un qui n'a aucune pitié et ça me dérange point de frapper une femme ou même de la tuer ! Alors ne t'avise plus à faire ce que tu as fais ! Sinon il se pourrait que je m'en serve plutôt que prévu de mon objet … J'éspère que tu as compris !

Il la relâcha avant de reculant de quelque pas en se recoiffant un peu. Elle ressentait encore la préssion de sa main sur sa gorge comme pour son bras. Elle accourus vers le banc ce surprenant elle même et recherchant son miroir à manche, une fois trouvé elle vouut le dirigea vers son cou mais le jeune homme reprit la parole en essayant de calmer sa colère  alors le rejoind son miroir toujours en main:

- Dans ton histoire, les hommes dont tu parles étaient sûrement tous des faibles ! Pour avoir une femme, faut déjà être faible ! Donc le tueur à gage était juste un rigolo et rien d'autre ! Je ne peux me comparait à ces vermines ! Alors si tu voulais toucher mon ego, c'est raté !

-Surement, ou c'est juste quelqu'un qui ne sait pas prendre une seule est unique vie et je ne t'ai pas proposer de te comparait à ce gars il est loin d'être capable de faire ce que tu as fais...enfin personne ne peut faire les mêmes choses que toi je me trompe ?

Je dirige mon miroir vers moi cou. Atsuko ne bougeait plus, fixant les marques rouges sur son cou, d'on certains commencer à viré au violet se reflétant dans la glasse qu'elle tenais en main et d'on elle serré le manche se retenant de frapper à mort le nouveau. Elle marquait très vite à la moindre préssion d'ou par moment cet image de fille fragile qu'elle donner qu'elle était arrivé, toujours isolé, ne parlant prèsque jamais et affichant toujours un visage neutre et froide comme ci sa vie avait toujours était un amalgame de malheur … c'était pire, naître et comme première bouffer d'air avoir non pas un parfum rassurant comme celui que dégagait les mères des autres enfants non un air froid glaciale, un père qui veux votre mort dès votre arrivé sur Terre, avoir un nombre comme prénom ou encore subir des éxamens plus douloureux, sanglant et humiliant les uns que les autres au point de ne plus rien ressentir à par du méprit envers les gens comme son géniteur, les gens du centre où encore les familles des gens qu'elle avait tuer de sang froid. Les autres avait eu un père et une mère pour les aimer même le garçon à côté d'elle devait venir d'une famille complète d'on aucun membre ne voulaient sa mort. Ce dernier lui poser une question :

-Qu'est ce que c'est exactement ton compagnon ? Il n'est pas ordinaire

Elle leva sa tête vers l'arbre où Wizzer était perché, il était le seul qui la comprenais.

-C'est un grand vautour blanc du nom Wizzer et c'est mon invocation.

Atsuko reprit le cours des choses et rentra dans une colère noir et d'un pas lent ce plaça face au jeune homme et lui mis une baffe mémorial qui laissa même une énorme marque rouge sur sa joue, Atsuko lui offrit un sourire glaciale et parla de sa voix suave et trainante prenant cet fois-ci un air quelque peu hautain similaire à celui de Sanada :

-Je vous conseil Mr Fuji de ne pas sous étimé les femmes de Seikoku, surtout avec votre manies de parler fort et vite certaines ne laisse pas tout passer et vous avez de la chance aujourd'hui je suis de bonne humeur sinon je ne sais pas ce que je vous aurait fait mais sa aurait était aussi plus douleureux et barbare que jamais, je ne suis pas une fille prête â me plié à tes quatre volonté et si l'occasion ce présenté je me ferais un plaisir de jouer .. avec toi mais pas aujourd'hui, aujourd'hui c'est ton arriver parmis nous alors je vais être polie et me présenté.

Atsuko recule de trois pas et fit un simple révérence La seule que je lui feraitpensa-t-elle avant de s'anoncé :

-Atsuko Sichi Hi enchanté et puis ton séjour parmis nous êtres .. agréable.

Elle ce redréssa et appela Wizzer qui vint se poser sur son épaule pour fixer Sanada de ses petits yeux noir réduis en deux fentes comme si il le passer au rayon x.
Revenir en haut Aller en bas
Eglantine Sakura
~Princesse Ronce~ | Chef du clan Asunas
avatar

Messages : 210
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 23
Localisation : A la recherche de sa vengeance

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Camille Kaonai

MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   Mar 17 Sep 2013 - 17:44

Il faudrait songé à répondre mon petit Sana :p

~ ~ ~ ~




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wizzer&Moi | Pv.Sanada Fugi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yukimura Sanada est là
» Présentation de Chihiro Sanada
» Le Général Yukimura Sanada et l'ex lieutenante Erza Scarlett
» Fiche technique de Sanada Akihiko [Terminée]
» [Présentation] Yukimura Sanada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: Lycée :: Jardins-
Sauter vers: