AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope

Aller en bas 
AuteurMessage
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope   Dim 15 Sep 2013 - 0:07

Je devais non seulement travailler en groupe pour des missions sans interêt pour moi mais je me devais aussi d'aller en cours et de faire les devoirs donner sous peine de sanction. Non pas que je m'attarder sur l'opignon de mes professeurs mais le professeur d'histoire et particulièrement .. particulier.

Entrant dans la pièce circulaire de la bibliotèque caché par une porte mal huilé et usé, Atsuko ce dirige vers les tables réunint au centre des étagères. Le silence était d'or, on entendez juste les mouvements du tissu du jupon au ton cuivré de la jeune fille qui allait ce perde au dessus de ses genoux sous les quels montés des chaussettes hautes blanches assorti au escarpins qui étaient à ses pieds et qui claqués le sol à chaqu'un de ses pas. Une chemise de soie aussi cuivrée que le jupon de Atsuko en gise de haut. Ses cheveux était ornée d'un chignon serré au sommet de sa tête décoré de rose rougâtre qui servaient d'élastique, ses lèvres d'un rose pâle naturelle bouger dans un mouvement sourd comme-ci elle ce parler à elle-même. Arrivée à une table reculer, elle pose son sac sur la table et part en chasse de livre sur la mythologie.

J'arpentais la première ètagère sur ma gauche et lisais les qualques titre encore visible sur les tranches des livres m'amusant même à ranger ce qui n'étaient pas à leurs places. Je rangais un livre qui débatais sur les pouvoir de Poséidon et trouva en même temps mon bonheur dans Les mythes et légendes Grecque.

Shichi se saisi du livre et retourne à sa table pour commencé la lecture de son livre. Sautent beaucoup de pages à la recherches de Hadés le Dieu des Enfers et de l'histoire du Tartare, tout ce qu'elle savait sur l'histoire de cette batise étaitque c'était une prison inviolable se trouvant dans les entrailles de la Terre construite par Hadès lui-même pour y enfermé son propre père Chronos sous ordre de son frère Zeus. Après de nombreux heuress de recherches acharnées et de réponse vague Atsuko ferma violamment le lourd bouquin qui diffusa un nuage de poussière qui enerva plus que autre chose notre petite suzuka.

Je n'en pouvais plus cette histoire n'avait ni queue ni tête, comment Hadès pouvait il enfermé son propre père et obéir à Zeus sans bronché et se laisser faire par ce vieux barbue, il était quand même plus fort que lui si il avait réussi à avoir son père qui était plus puissant que ses trois fils sincèrement je n'arriverai jamais à comprendre les grecque et leurs histoires complètement abracadabrantesque.
Revenir en haut Aller en bas
Johanna Hope
Sous-chef du clan Yachiru
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/03/2013
Localisation : vingt mille lieues sous les mers

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Azuki Kanra/Leah B. March

MessageSujet: Re: La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope   Mer 25 Sep 2013 - 1:14

La nuit avait été plutôt longue pour la jeune sous-chef des Yachiru. N’étant pas capable de trouver le sommeil en raison de la douleur occasionnée par le vicieux poison que lui avait administré Kaarasu, elle s’était mise à la recherche de ce dernier, comptant sur l’antidote qu’il lui devait. Mais naturellement, il aurait été beaucoup trop traditionnel pour lui de passer la nuit dans son propre dortoir… Les autres Mikari auxquels elle s’était adressée (sachant pertinemment qu’elle ne risquait rien comme le jeune sous-chef avait interdit à ses sous-fifres de s’en prendre à elle, avançant qu’elle était nécessaire à la réussite de ses plans) l’avaient sèchement informé qu’il était sortit, mais sans dire ou (enfin, peut-être n’avaient-ils seulement pas le droit de le dire) et ni pour combien de temps. Dans l’état ou elle se trouvait, la blonde n’était pas particulièrement partante pour une partie de cache-cache à travers tout le lycée.  Ce fut donc exaspérée (maudissant allègrement cet ignoble rat qui servait de bras droit à Noemi Kotasu) & sentant le mal la gagner de plus en plus qu’elle avait décidé d’aller prendre l’air un moment, histoire de faire le vide dans son esprit. La température fraiche de l’automne et le fait qu’elle se trouvait toujours au beau milieu de la nuit ne l’avaient nullement dérangé et elle avait fini par se retrouver sur la plage, à apprécier le vent salé et le doux bruit des vagues.  Bien qu’elle se doutait qu’HellRoy n’aurait surement pas apprécié de la savoir toute seule dehors à une heure pareille (et considérablement affaiblie par le poison, qui plus est), elle n’avait pas pu résister, et était demeurée sur la plage pendant plusieurs heures. Ce n’est que lorsque le soleil avait fait son apparition à l’horizon que la jeune fille avait décidée de rentrée, transie de froid, mais rassérénée et les pensées un peu plus en ordre.
 
 Elle s'était dit que, forcément, le jeune corbeau ne la laisserait jamais mourir si vraiment elle lui était si utile. Et puis, comme ils se rencontraient la plupart du temps dans la bibliothèque pour faire le point sur les évènements récents, c’est à cet endroit que Johanna se rendit après être passée chez les Yachiru pour se changer et prendre une douche brûlante. Elle avait la gorge en feu et l’impression qu’on lui martelait le crâne de l’intérieur, mais ce n’était pas ça qui la tuerait.
 
 Dans la salle silencieuse, la jeune Yachiru se promena quelques instants au travers des allées, à la recherche de quelque chose d’intéressant à lire, lorsqu’elle tomba sur un gros livre intitulé « Traité de psychiatrie avancée »  qui l’intrigua particulièrement. Kaarasu ne souffrait-il pas justement d’une quelconque maladie mentale gravement répertoriée ? Ne l’avait-elle déjà pas entrevu prendre quelques antipsychotiques, histoire de garder ses idées claires ? Ce livre avait quelque chose de fort intéressant alors… La jeune anglaise avait beau ne pas connaître grand-chose en psychologie, il était rare qu’une forme de science lui résiste bien longtemps, quelle qu’elle soit.
 
 Johanna esquissa l’ombre d’un sourire en s’emparant de l’épais volume. En lisant cela, peut-être pourrait-elle découvrir les failles, les faiblesses, les choses qui rongeaient le sous-chef Mikari et qu’elle pourrait exploiter afin de lui nuire. Lui tendre un piège auquel il ne pourrait pas échapper…
 
 Elle se mit donc en quête de chercher un endroit tranquille ou elle pourrait s’installer afin de s’improviser psychiatre en herbe. L'anglaise fut un peu surprise en découvrant une table ou était assise une fille… qui lui ressemblait beaucoup. Habillée dans le même style (d’ailleurs, Johanna ne put qu’admirer son élégante tenue), elle dégageait le même charme discret qu’elle. Ses longs cheveux blancs lui donnant un air vaporeux et presque fantomatique.
 

- Excuse-moi, Lui demanda poliment la sous-chef Yachiru en désignant le fauteuil près d’elle. Cette place est prise ?
Revenir en haut Aller en bas
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope   Lun 30 Sep 2013 - 15:36

Atsuko fulminait de l'intérieur, ce devoir aurait raison d'elle en aussi peut de temps qu'il faut pour sortir la jeune fille de ses gonges, elle fixer rajeusement le gros livre en s'imaginant mille et un scénario dans les quels elle en finissait avec son professeur d'histoire ainsi que ce fichu bouquin poussiéreux et laid.

- Excuse-moi, Lui demanda poliment la sous-chef Yachiru en désignant le fauteuil près d’elle. Cette place est prise ?

Ce douce voix ramena Atsuko dans la pièce circulaire où elle était assise. Elle leva sa tête tout en matérialisant une de ses dagues sous la table par précaution mais à la vue des yeux bleu océan qui la fixer elle renvoya son arme et détailla les traits de la jeune blonde en face d'elle "Alors c'est ça une blonde juste une fille avec des cheveux jaunes aux reflets d'or pff je préfère de loin mes cheveux fantômatiques aux reflets d'argents" la mine que la venue afficher était fatiguer, aussi pâle que la sienne et elle donner l'impression d'être faible et de souffrir d'un mal incurable un peu le même état dans lequel elle était lors de son jeu amicale avec Kaarasu, "Kaarasu, si je revois ce type je lui ferai avaler chaqu'un de ses horribles couteaux mal tenu quel tache !" elle retomba dans un état de colère pur rien qu'en prononçant mentalement le prénom de celui qui l'avait pour la première fois blesser "Juste un coup de chance oui."

Reportant sont attention sur la fille en face d'elle vêtu de vêtement dans le même style que les siens avec un charme peu visible mais tout de même présent. Réalisant qu'elle était encore debout Atsuko s'empressa de poser son sac au sol et l'invita à s'assoir.

-Veulliez pardonnez mes mauvaises manières madame, Déclara-t-elle et lui adressant un fin sourire voulant faire bonne figure malgré sa mauvaise humeur. Permettez que je me présente à vous, Atsuko Sichi Hi enchanté de vous rencontré.

Elle ponctua sa phrase d'une inclination de la tête avant de se levait en se saisissant du semi-grimoire.

-Excusez-moi je reviens de suite.

Elle se dirigea, de son habituel démarche lente et accentuer pas les claquements de ses talons en harmonie avec les plissements de son jupon, vers l'étargère où elle avait trouvé le livre pour le remettre à sa place, elle reprit ces recherches jugent le contenu de ses feuilles trop simple. Sur un court de tête elle avait voulut parler de l'histoire de Pygmalion et Galaté, peut être que c'était cet fille qui lui avait fait pensé à cette histoire. Elle trouva son bonheur dans un livre de Ovide  Métamorphoses elle se saisi du livre et retourna à sa table où ce trouvé la jeune fille, s'assis et lut immédiatemment le premier chapitre sans perdre de temps tout en notant des points important du mythe passionnant et loufoque d'un artiste et de son oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Johanna Hope
Sous-chef du clan Yachiru
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/03/2013
Localisation : vingt mille lieues sous les mers

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Azuki Kanra/Leah B. March

MessageSujet: Re: La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope   Sam 5 Oct 2013 - 21:52

- Excuse-moi. Cette place est prise ?
 
 La jeune fille aux cheveux de neige releva doucement la tête, et Johanna remarqua que ses yeux étaient aussi rouges que deux perles de sang, ce qui la fit légèrement frissonner. Elle avait les mêmes yeux que le corbeau…  Une expression d’infime colère passa dans ce regard mystérieux et la Yachiru se demanda un instant si elle avait à faire à une Kaminari, qui savait lire ses pensées et avait été vexée par la comparaison, mais elle n’avait aucun moyen d’en avoir la certitude alors laissa l’inconnue se ressaisir (cela ne dura pas très longtemps) & prendre à son tour la parole ;
 
-Veuillez pardonner mes mauvaises manières madame. Dit-elle en déposant son sac sur le sol pour libérer la place. Permettez que je me présente à vous, Atsuko Sichi  Hi, enchantée de vous rencontrer.
 
 La sous-chef des Yachiru resta un peu surprise devant tant de politesse. Madame, vraiment ? Elle voulu dire à cette jeune fille qu’elle n’était aucunement obligée de la traiter de cette manière mais cette dernière ne lui en laissa pas vraiment le temps. Elle se leva, inclina respectueusement la tête devant la demoiselle de l’eau et prit son gros livre dans ses mains en disant ;
 
- Excusez-moi, je reviens de suite.
 
 Puis elle disparut peu de temps après au travers des nombreux rayons de la bibliothèque. En soupirant, Johanna s’installa à la table et entreprit de s’attaquer à l’épais traité de psychiatrie qu’elle avait ciblé plus tôt. Bon, voyons la table des matières…. Voila « Schizophrénie » p. 345.
 
« La schizophrénie est une maladie mentale se développant généralement au début de la vie adulte. Elle est caractérisée par des difficultés à partager une interprétation du réel avec les autres, ce qui entraîne des comportements et des discours bizarres, parfois délirants. Elle e entraîne une déréalisation (impression d'étrangeté du monde, qui paraît irréel, flou, qui manque de sens) et une dépersonnalisation (impression de sortir de son propre corps). »
 
Voila qui expliquait plus clairement bon nombre des comportements étranges présentées par Kaarasu. Ce n’était pas une quelconque lubie ou amusement passager, mais tout cela se faisait malgré lui. C’était bon à savoir.
 
 Atsuko revint s’asseoir quelques minutes plus tard avec un nouveau livre, et Johanna lui fit un bref sourire avant de reprendre la lecture du sien.
 
« Tout d'abord, la personne schizophrène expérimente des hallucinations, celle-ci pouvant impliquer l'ensemble des sens. Les plus courantes sont des hallucinations auditives, sous la forme de voix imaginaires, souvent étranges ou persécutrices. En complément, la personne présente des accès de délires, des erreurs de jugement logique. Elle s'imagine que la personne qui la regarde ou qui la croise dans la rue est là pour l'espionner. Elle se sent surveillée, persécutée, en danger. »
 
Hmm… Une idée risquée était en train de germer dans l’esprit de la jeune blonde. Le sous-chef Mikari arrivait à maintenir son esprit sous contrôle grâce à la prise de médicaments appelés « neuroleptiques » ou « antipsychotiques », avec cela, il arrivait à demeurer lucide et à ne pas se noyer dans ses illusions, l’espace d’un certain laps de temps. Et si… Si elle parvenait à s’infiltrer dans sa chambre & à remplacer ces précieux comprimés par des répliques conformes, de simples pilules de sucres qui n’auraient aucun effet, alors il commencerait à sombrer, peu à peu dans ses délires, sans comprendre ce qui lui arriverait, son monde se changerait lentement en un profond cauchemar éveillé duquel il ne pourrait en aucun cas s’échapper…
 
 La jeune fille sursauta devant la cruauté de ce plan. C’était complètement immoral, elle commençait à raisonner comme lui… Et pourtant… Cette perspective avait quelque chose d’alléchant. Cependant, il lui faudrait de l’aide. S’introduire dans le dortoir de la mort ne devait pas être une chose aisée…
 
 Johanna reporta ensuite son attention sur la jeune fille qui lisait à ses côtés, venant de se rappeler d’un détail qui l’avait fait tilter. Comment elle avait dit s’appeler déjà ? Atsuko ? Kaarasu ne lui avait-il pas parlé d’elle justement, lors de leur dernière rencontre en règle ? Une fille qu’il aurait empoisonné également, de la même manière qu’elle pour la soumettre à sa délirante volonté…
 
- Excuse-moi, pour la deuxième fois. Lui dit-elle sur un ton un peu empressé. Je crois savoir qui tu es mais… hum… Dis-moi, connais-tu le sous-chef des Mikari ?
 

 Si c’était vraiment elle, alors elle représentait pour la Yachiru une importante alliée.
Revenir en haut Aller en bas
Atsuko S.Hi

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 05/08/2013
Age : 22

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes:

MessageSujet: Re: La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope   Dim 20 Oct 2013 - 21:17

Plongeait dans son texte débattant sur la place de l'Odyssée de Homère dans la liste des mythes et légendes grecque, Atsuko ne faisait plus attention à la jeune fille à côté, ni à la pièce où elle ce trouvé ou encore aux notes qu'elle prenait sans plus même levait la tête pour vérifié ce qu'elle marqué tellement les arguments et contre-arguments utiliser étaient structuré pour fasciner la lectrice qu'elle était. Qui avait dit que la jeune fille n'était pas amatrice de longues lectures sur des textes antiques ou bien qualifié de barbant par les autres en dehors des cours d'histoire.

Elle finit son chapitre qui ce concluer par une interrogation finale et général de la place du récit de Homère. "Tout les débats devraient finir ainsi sans débouché."
 
- Excuse-moi, pour la deuxième fois. Lui dit-elle sur un ton un peu empressé. Je crois savoir qui tu es mais… hum… Dis-moi, connais-tu le sous-chef des Mikari ?
 
A peine eu t-elle finit sa phrase que Atsuko ce figea sur son fauteuil, droit comme un 'i' le regard perdu au loin elle revoiler trait pour trait le visage du jeune homme, il n'était pas repoussant mais sa façon d'être était horripilante, effrayante, inatendue, pertubante en bref ce personnages était devenu la bête noire de Atsuko, la tâcha sur  sa robe préférée. Un être à supprimer. Elle tourna la tête vers la jeune blonde qui semblait attendre une réponse à sa question qui, pour Atsuko, n'en était pas une . "Qui c'est celle-la ? Une amie du psychopathe en puissance Kaarasu ? Encore des problèmes." ce dit-elle en dévisageant son interlocutrice alors que ses traits du visage devenait de plus en plus froid et sombre lui donnant un air fou, ils étaient déformé par la rage, sa rage contre le Mikari. Elle avait appris son statue de sous-chef deux jours après sa rencontre avec lui et avait ressentir un vague de doute en entendent les rumeurs sur ce dernier. Serait-il capable de la tuer elle son seul pion chez les Suzukas ? Car c'était ce qu'elle était pour lui, un pion.

Replongeant son nez dans son livre une voix qui jusque là était resté au fond de sa tête commença à brailler qu'elle devait tuer cette fille et reprendre ses activités,vqu'elle devait garder cette histoire du Dojo pour elle et tuer toutes les oersonnes qui ferait allusion à cette soirée, elle serra les dents et réussi à enfuir cette voix loin dans sa tête avant de reprendre une expression neutre et de parlait à sa voisine de table d'un ton glacialement et hostile.

-Quel es ton nom ?

Elle finit de noté une citation et regarda la jeune fille droit dans les yeux avant de reprendre sur le même ton.

-Sa dépends. À quoi ressemble-t-il ? Commença Atsuko en refermant d'un coup sec le livre qu'elle lisait il y a de cela deux minutes.Parce que si il s'agit d'un fou aux yeux rouges, à l'air peu sympathique qui chasse des ombres IMAGINAIRE À l'AIDE DE COUTEAUX ET QUI SE PRENDS POUR LA REINE ROUGE DANS ALICE AUX PAYS DES MERVEILLEUX  je ne veux pas être mélé à t'es problème avec ça. Finit-elle en ré-ouvrant son livre et continuant sa lecture comme-ci de rien était.

Elle prit son stylo et notea sur une feuille les trois premiers mots du chapitre 4 《Changer le cicle...》sa n'avait aucuns sens ni rapport avec la mythologie mais son esprit la travaillait sur autre problème, Kaarasu et ses ennemis, si comme les rumeurs le disaient il n'avait pas d'amis mais que des pions blancs il devait forcément avoir des pions noirs en face de lui, "Le tout est de les trouvé." Elle regarda discrètement la blonde et lui demanda d'un ton plus calme comme pour la mettre en confiance.

-Je pari que tu as des problèmes avec lui est que tu cherches à le battre à son propre jeu mais une chose que tu dois savoir je ne joue que si j'ai quelque chose à gagner personnellement.

Elle c'était redressait et la jonchait du regard, sure d'elle et du problème de la blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Johanna Hope
Sous-chef du clan Yachiru
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/03/2013
Localisation : vingt mille lieues sous les mers

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Kaarasu Takami/Azuki Kanra/Leah B. March

MessageSujet: Re: La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope   Sam 9 Nov 2013 - 20:16

- Excuse-moi, pour la deuxième fois. Je crois savoir qui tu es mais… hum… Dis-moi, connais-tu le sous-chef des Mikari ?
 
Rien qu’a voir l’expression qu’arbora Atsuko à cet instant précis confirma à Johanna qu’elle avait visée dans le mile. Après tout, les manières de Kaarasu avaient beau être des plus imprévisibles, elles restaient toujours à peu près similaires et empoisonner des gens pour les faire chanter semblait être l’une de ses favorites. Et avec raison, la preuve, ça fonctionnait.
 
 La sous-chef Yachiru s’accorda un pâle sourire, mais reprit une expression un peu soucieuse devant toute la rage haineuse qui se lisait sur le visage de son interlocutrice. Le corbeau s’était-il montré à ce point sadique à son égard… ? Naturellement, la blonde aurait souhaité en savoir plus, mais elle jugeait que ce n’était ni l’endroit ni le moment pour discuter de ce genre de choses. De plus, ce n’était pas vraiment le type de questions qu’elle était de coutume à l’aise de poser.
 
- Quel est ton nom ? Demanda soudainement la Suzuka, d’une voix glaciale.
 
 L’anglaise allait répondre lorsqu’elle fut de nouveau coupée. Atsuko visiblement, ne faisait qu’échauffer sa colère. Elle prit quelque chose en note dans son livre puis replongea son regard cramoisi en plein dans les iris abyssaux de la jeune Yachiru.
 
- Ça dépend. À quoi ressemble-t-il ?
 
 Elle referma son livre avec colère, provoquant un léger hoquet de surprise chez la demoiselle de l’eau.
 
- Parce que s’il s’agit d’un fou aux yeux rouges, à l’air peu sympathique qui chasse des ombres IMAGINAIRES À L’AIDE DE COUTEAUX ET QUI SE PREND POUR LA REINE ROUGE DANS ALICE AU PAYS DES MERVEILLES, je ne veux pas être mêlée à tes problèmes avec ça.
 
  Elle baissa ensuite les yeux soudainement et rouvrit son livre afin de poursuivre sa lecture, désormais défoulée. Il n’y avait pas de doutes possibles à ce sujet, Kaarasu avait vraiment un don pour s’attirer les sympathies de ses semblables.  Johanna aurait presque trouvé cette situation comique si elle n’avait pas été légèrement prise au dépourvu par les brusques changements d’humeur de la Suzuka. Elle avait un peu l’impression de se trouver en compagnie d’une bombe à retardement, mais savait que, dans la mesure où elle saurait bien la convaincre, cette bombe pourrait devenir l’une de ses meilleures alliées.
 
- Je paris que tu as des problèmes avec lui et que tu cherches à le battre à son propre jeu mais une chose que tu dois savoir… je ne joue que si j’ai quelque chose à gagner personnellement.
 
 Enfin, la Yachiru sourit, puis prit la parole d’une voix cette fois ci un peu plus assurée.
 
- Kaarasu, il t’a empoisonné et maintenant il te fait chanter avec l’antidote pour que tu fasses ce qu’il veut, je me trompe ?
 
 Sachant pertinemment qu’elle ne se trompait pas, elle reprit, après avoir sommairement lissé ses cheveux de la main ;
 
- Je suis dans la même situation, et je crois avoir trouvé un moyen pour nous de nous libérer de son joug et même peut-être… de lui tendre un piège plus qu’efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mythologie ou l'art de faire rêvé | Johanna Hope
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: Lycée :: Bibliothèque-
Sauter vers: