AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Checkmate (PV Aya)

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaarasu Takami
Sous chef du clan Mikari
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 15/02/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Johanna Hope/Azuki Kanra/Leah B. March

MessageSujet: Checkmate (PV Aya)   Mer 9 Oct 2013 - 2:13

La main tremblante, Kaarasu écrivait frénétiquement depuis au moins deux longues heures. Enfin, ça lui avait parut deux heures, mais il n’avait aucun moyen d’en être sûr (malgré les nombreuses montres et horloges présentes dans sa chambre). Il était comme en transe, penché sur son bureau alors qu’autour de lui traînaient une panoplie de feuilles noircie de sa petite écriture illisible. Concentré, il s’appliquait à retranscrire mot pour mot tous les chuchotements qu’il entendait dans les ténèbres de sa chambre. Le tout, avec une certaine rage. Il était en effet habité par une frustration qu’il ne connaissait que trop bien. Grandissant en lui comme une bête noire qui émergeait de ses entrailles, et qui menaçait à tout moment de jaillir, toutes griffes dehors. C’était quelque chose comme… une sorte de jalousie, mais décuplée. Une sorte de peur… peur d’être oublié, de cesser d’exister, peut-être ? Bref, une sensation qu’il haïssait plus que tout et dont il était fort impatient de pouvoir se débarrasser.
 
 Et la seule façon de s’en débarrasser était… en envoyant cet insignifiant jeune homme du feu croupir six pieds sous terre.
 
 Ahh, quelle satisfaction cela pourrait procurer de simplement, voir son visage perdre de cette assurance dégoulinante d’égocentrisme pour, tout doucement, devenir aussi pâle, livide et terne qu’un ciel pluvieux. De voir ses yeux arrogants se révulser, jusqu’à ne plus exprimer rien d’autre qu’un vide sidéral, et que son corps soit résigné à une inutile poupée de chiffon. Seulement, ça, Kaarasu ne pouvait pas s’en charger lui-même. Non, c’était beaucoup trop risqué… Si Noe apprenait qu’il avait massacré son nouveau joujou par simple caprice, hum, son sous-chef n’imaginait même pas les représailles. Malgré tout, supporter Koiji Kitamura (et toute l’attention éphémère que lui vouait son chef ces derniers temps) n’était même plus une option envisageable. Le jeune corbeau en deviendrait obsédé… Et ça avait déjà commencé, d’ailleurs. Il ne pourrait être en paix avec lui-même que lorsque le cœur de l’Haiko aurait définitivement cessé de battre. Et puis, Noe s’en remettrait bien, cela ne faisait aucun doute. Ne restait plus qu’à se dénicher quelqu’un qui pourrait se taper cette tâche à sa place, histoire de faire en sorte qu’il ne soit jamais soupçonné…
 
 Heureusement pour lui, trouver des gens pour faire le sale boulot à sa place était un art dans lequel Kaarasu était passé maître, avec le temps.
 
 À la lueur d’une petite bougie (les flammes avaient sur lui un effet apaisant), il continuait d’écrire, frénétiquement, comme si cela pouvait faire taire tous ces chuchotements qui bourdonnaient dans sa tête, passant en revue les candidats potentiels à son petit… manège. C’est alors que, par inadvertance, sa main dérapa sur le bureau et fit basculer la bougie, enflammant aussitôt toutes les feuilles noircies d’écriture. Le travail acharné de plusieurs heures… Mais cela n’affecta pas le jeune homme le moins du monde. Non, car il venait justement de trouver la personne parfaite pour s’occuper de ce meurtre de sang froid. Oui, alors que dans ses iris rubis dansaient les reflets du petit feu qui se répandait sur son bureau, il s’accorda une esquisse de sourire tordu.
 
 Il faut combattre le feu par le feu, c’est bien connu…
 
***
 
Après avoir pris soin d’éteindre le petit feu naissant dans sa chambre (Noe n’aurait sans doute pas apprécié de voir son précieux dortoir être réduit en cendres), le sous-chef des Mikari avait pris sa veste ourlée de fourrure, puis était sortit dans la nuit, silencieux, se glissant à l’extérieur tel une simple ombre inoffensive et invisible. Il s’était baladé au travers des arbres qui commençaient à être dénudés par l’automne et était finalement arrivé à destination (s’étant plusieurs fois assuré qu’il n’était pas suivi, au préalable). Se trouvant présentement installé au pied d’un arbre centenaire, il observait sa cible, plongée dans un profond sommeil à travers la vitre du dortoir Haiko (qui se trouvait au sous-sol). Il s’agissait d’une jeune fille nouvellement arrivée du nom d’Aya Galashiels. Paisiblement endormie à cette heure avancée de la nuit, elle allait bientôt devenir la marionnette centrale d’un remarquable spectacle !
 
Kaarasu observa un moment la chambre, l'évaluant sommairement jusqu’à ce qu’il aperçoive quelque chose qui ressemblait vraiment à une tronçonneuse… Et bien, remarquable cette petite. Définitivement, elle n’aurait besoin d’aucune aide pour se débarrasser de l’ignoble vermine qui le gênait tant. Sentant le froid nocturne le faire frissonner, Kaarasu souffla dans son col pour se réchauffer & laissa doucement son imagination se mettre en branle. Peu à peu les ombres commencèrent à frémir, à s’agiter autour de la jeune fille comme une population muette retenant ses rires.  Puis, des voix se mirent à s’élever, et cette fois-ci, le corbeau savait bien qu’elles n’étaient pas dans sa tête. La voix de ce Koiji, entres autre, allait s’infiltrer dans les rêves d’Aya, et finir par les changer en cauchemars, en obsession. Grâce aux pouvoirs du corbeau, elle se sentirait obsédé, oppressée, envahie de cette ultime pulsion meurtrière qui la ferait se précipiter dans la chambre du jeune homme avec une véritable soif de sang. Dès qu’elle ouvrirait les yeux, les ombres la presseraient, l’envahiraient, l’étoufferaient jusqu’à ce qu’elle se décide… Et puis, ce qui devait arriver arrivera, forcément.
 
 Satisfait, Kaarasu se releva et repartit en direction de son dortoir, même si l’envie d’assister au spectacle était bien présente en lui. Il sourit, se mettant à fredonner joyeusement malgré tout. Bientôt, tout irait pour le mieux. Et oui…
 

 Échec & mat, Kitamura-kun.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Galashiels

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Checkmate (PV Aya)   Sam 12 Oct 2013 - 16:13

La demoiselle referma le bouquin qu’elle tenait entre ses deux petites mains, satisfaite de l’histoire qui avait réussi à l’enchanter tout au long de la soirée ~ Alice au pays des Merveilles était un ouvrage vraiment extraordinaire. . . Mais Alice était tellement stupide! La Galashiels préférait de loin la reine de cœur ~ Un dame avec autant de prestance et de beauté avait effectivement tout pour qu’Aya l’apprécie. D’ailleurs, elle lui faisait penser à une autre femme qui lui plaisait énormément, cependant la Sakura l’avait déçu, et depuis, la petite Haiko était terriblement morose.

Elle posa le livre sur sa table de nuit avant de se glisser sous les couvertures, ses petits pieds étant glacés. Fermant les yeux, la demoiselle se permit de rêvasser un peu avant de s’abandonner dans les bras de Morphée ~ Comme à son habitude, elle imagina des bals grandioses ou toutes les belles femmes et galants hommes dansaient sur les mélodies qui semblaient avoir été créé que pour elle. Rageusement, elle frappa son petit poing sur le matelas ~ Même si elle participait à ce genre de réceptions, personne ne l’a remarquerait. . . L’Haiko se reposa la question qui la tourmentait chaque jour : Quand allait-elle devenir une femme? Une vraie? Elle haïssait son visage de gamine et n’en pouvait plus de se languir : Elle détestait également tous les jeunes hommes qui la traitait comme si elle était leurs petite sœur. Si Aya avait une seule raison d’apprécier Minh s’était bien parce qu’il n’agissait pas comme tous ces casse-pieds!

La brunette finit finalement par s’endormir, le cœur toujours chargé de haine ~ Naturellement, lorsqu’on est autant en colère, on ne peut faire que des cauchemars… Et ceux qu’elle eut furent horriblement épeurant et… réalistes. Même plusieurs minutes après s’être éveillé, elle eut l’impression que les monstres qui l’avaient hanté rodaient toujours autours de son lit. Effrayée, elle s’accrochait à un énorme ourson jusqu’à ce qu’ils eurent disparu. Dans sa tête, le mauvais rêve se répétait encore et encore, sans qu’elle ne réussisse à penser à autre chose.

Dans celui-ci, Koiji, un garçon pour qui elle s’était prise d’affection agissait comme une vilaine ordure. . . Non . . . Pire que ça encore. La peur se transforma peu à peu en colère alors qu’elle vociférait contre le jeune homme aux cheveux rouge, toute tremblotante dans son lit ~ Qu’allait faire la Galashiels si jamais, tout comme les ombres qui ne lui semblaient plus si vilaine lui avaient révélé, le Kitamura révélait qu’elle était une traitre? Elle n’appréciait pas particulièrement le clan du feu mais ne voulait pas se le mettre à dos, surtout pas maintenant que Tina agissait comme une sainte…

Sans trop savoir ce qu’elle faisait, mais sachant que ces nouveaux copains ténébreux la suivait, elle sorti de son lit douillait, ne prenant pas la peine de retiré sa longue nuisette blanche pour mettre quelque chose de plus formel alors qu’elle sortait de sa chambre, sa jolie arme à la main. À ce moment, elle ne savait pas elle-même qu’elle allait mettre un terme à la vie du nouveau Haiko, même lorsqu’elle pénétra dans sa chambre, seul le bruit de ses pieds nu et celui de la respiration du Kitamura troublant de silence.

Elle mit en marche la tronçonneuse et avant que le bruit ne réveille la pauvre victime assoupi, elle la planta sur le nombril du garçon, le sang de ce dernier giclant, tachant tout autour de lui, y compris la petite demoiselle qui ressemblait à un ange, seulement éclairé par la lumière de la lune. Lorsque Koiji ouvrit les yeux après qu’elle lui assainit le premier coup, elle changea sa cible et porta l’arme au visage de la star, ne voulant pas croiser son regard étonné.

Son carnage se poursuivit pendant un bon quart d’heure et elle fut surprise de ne pas voir personne entré en trombe dans la chambre. Lorsqu’elle eut terminé, l’Haiko était couverte de sang et de sueur et de son ainé ne restait qu’un amas de chair méconnaissable. Elle ne paniqua pas, cependant et entreprit d’agripper les pieds du cadavre afin de le sortir du dortoir ~ afin d’évité une longue trainé de sang, elle le posa sur une couverture.

Sa petite promenade nocturne fut plus longue que ce qu’elle avait imaginé, et, épuisée, elle fut forcée de laisser le corps au milieu du couloir, juste devant le dortoir Kurasu. Elle reprit la couverture et retourna à la chambre de Koiji. Afin d’être certaine de ne pas être retracé, elle brula les draps du jeune homme, ses vêtements et tout objets qui auraient pu être souillés du sang de ce dernier. Une fois que le tout fut transformé en cendre, elle laissa les restes s’envoler dans le vent, après avoir ouvert la fenêtre.

Elle quitta rapidement la chambre du Haiko, se glissant dans la sienne, allant immédiatement se recoucher. Aya n’éprouvait aucun remord et lors de son… ‘’Travail’’, elle avait même ressenti du plaisir. À la simple pensé que c’était elle, qui était pourtant toujours considéré comme un gamine, qui avait mis fin à la vie d’un être humain, un doux sourire se posait sur son visage. Lorsqu’elle finit par s’endormir de nouveau, les monstres parcouraient toujours ses songes, mais cette fois, en amis…

 
~ ~ ~
 
Le Kurasu se réveilla tôt le matin, avant le soleil qui tardait toujours à se lever lorsque l’hiver s’approchait. Glissant son corps puissant dans un yukata en soie, il sorti de sa chambre sans prendre le temps de passer un peigne dans ses cheveux en bataille ~ En réalité, il comptait aller rejoindre Johanna au dortoir Yachiru, se sentant seul si tôt le matin. Si le brun était un taciturne froid, il y avait bien juste la belle blonde pour l’attendrir.

Lorsque le génie ouvrit la porte menant aux couloirs, il fut pris d’un haut le cœur ~ Au milieu de l’allée trainait un corps (ou plutôt ce qui en restait) et le brun dut détourner les yeux. Bien sûr, il avait mordu des êtres pour boire leur fluide, mais n’avait jamais transformé quelqu’un en un tel… Un tel… Hachis.

 Le Jadziah averti les Kaonai et, éventuellement, tout le lycée fut mis au courant. Bien qu’un jeune Haiko eut disparu, personne n’eut la confirmation qu’il s’agissait bien de lui ~ Ne trouvant pas le coupable, au bout de quelques semaines, l’affaire fut oublier (Bien qu’on soupçonna les Mikari qui se défendaient avec ferveur, le chef de ceux-ci semblait avoir un intérêt bizarre pour la situation) et les lycéens, habituer à de telles histoires, passèrent à autres choses. Quand à Aya… Elle n’était pas trop inquiète ~ Qui soupçonnerait une gamine si… Adorable?
Revenir en haut Aller en bas
 
Checkmate (PV Aya)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Smallville [Fantastique]
» Zolly • You're my checkmate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: Lycée :: Les Dortoirs :: Dortoirs Haiko-
Sauter vers: