AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un anniversaire plus que spéciale (Miyu Tanako, solo) -Finit

Aller en bas 
AuteurMessage
Miyu Tanako

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 30/09/2013
Localisation : la ou les oiseaux sont roses xD

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Ruby Riuji

MessageSujet: Un anniversaire plus que spéciale (Miyu Tanako, solo) -Finit   Lun 4 Nov 2013 - 13:50

Un matin comme les autres, c’est du moins ce que Miyu se répétait sans cesse. Cette phrase, pourtant si simple, sonnait comme une erreur. Non, ce n’était décemment pas un matin comme les autres et la jolie Mikarie en était plus consciente. Se persuader que cette journée serait parfaitement normal n’était pas une bonne idée, puisque de toute les manières qui soit, elle ne le serait pas finalement. La jeune femme se leva, la tête dans ces pensées sombres. Cela faisais seize années, jour pour jour, qu’elle avait ôter la vie de ce petit garçon. Elle en souffrait, beaucoup plus qu’elle ne le montrait. Elle s’était toujours cachée dans cette carapace, cette petite bulle, elle enfilait ce masque chaque jour. Ces yeux bleus et glacial lançait des regards provoquant voir menaçant, Sur ces lèvres se dessinait ce fameux sourire froid et distant qui la caractérisée si bien. Ce masque, Miyu le connaissais par cœur. Mais aujourd’hui plus que tout autre jours, il était affreusement dur a porter. La membre du clan de la mort se leva et allât directement sous la douche. Elle ouvrit le robinet et se glissa sous le jet d’eau bien chaude. Les larmes coulait le longs de ces joues alors qu’elle s’appuyait contre la paroi fine de la cabine. Oui, aujourd’hui n’était pas un jour comme un autre. C’était le jour ou elle s’autoriser enfin a pleurer. La belle Mikarie sanglota légèrement, ce qui résonna dans la douche comme un petit gémissement. Elle releva le visage, laissant le jet d’eau chaude chassait ces larmes. Elle se lava rapidement, ne voulant pas s’éterniser sous la douche. Elle insista pourtant, lavant et frottant ces mains, encore, encore et encore, les voyant tachaient de sang. Elle finit par sortir de la douche, les joues toujours inondaient de larmes, elle enveloppa son corps frêle dans sa serviette de toilette blanche. Eiko s’était matérialiser dans la pièce et s’était assis prés d’elle. Le tigre plongea ces yeux rouges sang dans les yeux brillant de la Mikarie.
« Tout va bien aller, lui dit-il par télépathie, arrête de te torturer »
La Mikarie secoua la tête en donnant un violent coups de poing sur le lavabo.
« Non, rien n’ira jamais bien Eiko, et tu le sais mieux que moi »
La jeune femme sanglota bruyamment, se laissant glisser sur le sol et rabattant ces fines jambes contre sa poitrine. Elle commença a se balancer d’avant en arrières, geste enfantin, pour se calmer. Eiko se coucha prés d’elle, attendant que sa maîtresse se calme toute seule. Miyu mit une bonne heure a calmer ces pleures, se balançant d’avant en arrières et se berçant comme une enfant. Elle finit par se relever, s’aidant en s’agrippant sur le lavabo. Elle enfila une longue robe noire, robe qu’elle ne portait qu’en ce jour si spéciale. Elle démêla ensuite ces longs cheveux bleus, le regard vide et les yeux anormalement brillant et rouge. Elle attacha ces cheveux en une queue de cheval sévère, haute et droite. Pas la peine de se pouponner aujourd’hui. Eiko se leva et suivît la jeune femme qui sortait de la salle de bain pour retourner dans sa chambre.
« Je ne te lâche pas d’une semelle aujourd’hui, je veillerais a ce que tu ne fasse pas de bêtises, comme l’année dernière »
La jolie Mikarie poussa un petit soupire en observant ces bras. Des cicatrices blanches et fines le longs de ceux-ci lui rappelèrent les bêtises qu’elle avait pu faire l’année dernière. Elle répondit simplement « merci » a son compagnon avant d’enfiler ces petites ballerines plates et noires. Elle sortit de sa chambre, traversant le dortoir Mikarie et revêtant son masque. Ces yeux bleus redevinrent glacial et menaçant, ces lèvres lançaient des petit sourire froid, distant et menaçants a ces congénères. La jolie Mikarie avait tellement prit l’habitude de mentir a tout le monde et de montrer son masque « tout va bien » a tout le monde, que c’était maintenant presque naturel de le faire. Il y avait cependant une personne a qui elle ne pouvait pas mentir: Usui. Elle priait pour ne pas le croiser, ferait même tout pour l’éviter en cette journée spéciale. Miyu se rendit à la cafétéria, comme si de rien n’était, essayant de paraître la plus normale possible. Elle glissa un jus d’orange et une petite coupelle de fruits divers sur son plateau avant de se trouver une place, a pars et surtout loin, même a l’opposée de sa place habituelle, histoire d’être sûre de ne pas croiser Usui, ou quelqu’un d’autre qu’elle connais. Eiko s’était assis a coté d’elle et avais poser sa lourde tête sur les cuisses de la Mikarie. Elle le caressât entre les oreilles un moment avant de quitter la cafétéria, sans rien avoir avaler. Miyu n’était pas d’humeur a manger. Pas aujourd’hui. Elle jeta le contenue de son plateau a la poubelle avant de le poser sur la piles des plateaux a lavés, comme elle le faisait toujours. La jeune femme traversât la cours, Eiko la suivant sagement et calant le rythme de ces larges pattes a celui des pas lents et lourds de la jeune femme. En silence, ils rejoignirent tout deux la chambres de la Mikarie. Miyu n’y resta pas longtemps, elle s’empara simplement d’un châle et sortit du lycée. Elle erra dans la ville de Seikoku, perdue dans ces pensées. Plusieurs personnes l’avait accoster, lui demandant si elle allait bien. Miyu leur répondait avec son masque habituel que tout allait parfaitement bien. Non, rien allait bien et rien n’irai jamais bien. Ce petit garçon d’a peine huit ans a qui elle avait ôter la vie continuerais de la hanter, quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle dise, il sera toujours la, au fond d’elle. Sans s’en rendre compte, les pas de la Mikarie l’avait menée a un endroit charmant. Un grands parcs, orner de grandes allées de chênes et autres arbres. Il y avait beaucoup de fleurs, de jolies plaines verdoyantes et de nombreux bancs. Un endroit magnifiquement entretenue. Au centre de ce grand parc se trouvait un lac. Miyu s’assied silencieusement sur un banc en face de ce dernier alors qu’Eiko s’assied par terre a coté d’elle, et comme tout à l’heure a la cafétéria, l’imposant félin posa sa lourde tête sur les cuisse de la membre du clan Mikarie. Miyu observa les alentours, écoutant le  vent souffler dans les branches des arbres. Ces yeux bleus de nouveaux inondés d’eau salé se posèrent sur la surface de l’eau. De jolies reflets argentées s’y jouer avec la lumière du soleil. La jolie Mikarie inspira profondément et se laissa transporter dans ces souvenir.


Flashback, Seize ans auparavant :
Le soleil brillait de tout son poids sur la petite ville de Nikaho, ce beau jour d’été promettait d’être magnifique, et pourtant il fut bien sombre. Tout était calme et silencieux dans la résidence des Tanako. Les deux filles dormait tranquillement dans leurs chambres, Les parents préparait le déjeuner de toute la famille et passer un moment de complicité remplit d’amour, profitant du sommeil de leurs deux princesses pour s’échanger quelques baisers amoureux. Ce moment d’amour dut vite écourtée car lorsque l’odeur des délicieux pancakes sortit du four chatouilla les narines de Miyu, la petite s’empressa de se lever et d’aller réveiller sa grande sœur Miya. Elle se glissa discrètement dans la chambre de sa sœur et la secoua tout doucement pour la réveiller.
«  Miya ! Réveille toi vite, maman as fait des pancakes ! »
Il n’en fallut pas plus pour la petite fille aux cheveux rose qui ouvrit les yeux et observa sa grande sœur avec le sourire.
« Je sent ça, vient, on descend ! »
La grande sœur prit la main de sa petite sœurs et les deux jeunes filles descendirent dans la cuisine, main dans la main et plus complice que jamais. Surprenant leur parents s’échangeaient un baiser, les deux petites rirent de bon cœur, avant de déguster les délicieux pancakes que leur servit leur mère. Le petit déjeuner fut rythmés d’éclat de rire et de grands sourire, de discussions animés et de câlins remplit d’amour. Une matinée parfaite… du moins c’est ce que l’on croyait. Leur mère décida d’emmener les deux petites s’amusait au parc. Les deux sœurs Tanako, heureuse de cette nouvelle, se précipitèrent a l’étage pour s’habillait. Elle s’habillèrent d’ailleurs toute les deux en accord, comme a leur habitudes. Les deux sœurs avait leur petit rituel, c’est ainsi qu’elle s’installèrent toute les deux dans le canapé et que chacune brossa les longs cheveux de l’autre, sous le regard attendrie de leur mère. Cette dernière les emmena toute les deux au parc et les deux petites s’amusèrent comme des folles, sur le tourniquet, le toboggan et autre balançoire. Leurs mères s’était tranquillement assise sur un banc, les surveillant de loin et discutant tranquillement avec d’autres maman. Miya fut prise d’une envie pressante et elle confia sa précieuse poupée, qu’elle emmenait partout, a sa sœur Miyu. Cette dernière la prit en souriant a sa sœur, lui souriant et lui promettant de veiller sur elle. Miya rendit son sourire a sa sœur avant de se rendre aux toilettes, au fond du parc. Un petit garçon, légèrement plus vieux que Miyu vint a sa rencontre. Il semait la terreur dans le parc, il embêtait tout les enfants et Miyu n’échappa pas a cette règles. Le petit garçon lui prit violemment la poupée des mains et lui tira les cheveux en se moquant d’elle.
«  - Pourquoi t’as une poupée toi ? T’es plus un bébé !
    - Rend la moi, s'il te plait. »

Le petit garçon refusa évidemment et tout alla très vite. Miyu s’énerva, elle avait promis a Miya de garder sa poupée et c’est  ce qu’elle allait faire. Elle tenta d’abord de la prendre des mains du petit garçon qui refusa toujours de la lui rendre. Les pouvoirs de la petite filles se déclarèrent alors, ces mains la picotèrent légèrement alors qu’une étrange fumée noir commençait a s’en échapper. Une petite faux apparut devant elle et emporter par la colère, Miyu s’en empara et trancha le petit garçon sans aucune pitié. La faux traversa le jeune garçons, sans faire aucun dégâts visible, mais le petit s’écroula au sol. Miyu pleura, la faux disparut et elle s’empressa de ramasser la poupée de sa sœur et de rejoindre sa mère prés du banc.
« - Maman, je veux rentrer s’il te plait …
   - Déjà ma chérie ? Mais on est ici depuis une demi heure a peine…
   - J’ai froid ...
   - Très bien, on attend ta sœur et on y vas. »
Une fois Miya sortit des toilettes, la petite famille rentra tranquillement chez eux, mais Miyu ne serait plus jamais la même après ça. Le lendemain, la mort inexpliqué de ce petit garçon fit la une de tout les journaux, des infos à la télé et des radios. Miyu était peut être jeune, mais elle se rendit vite compte de ce qu’elle avait fait… et le garda pour elle.

Fin du flashback, retour au présent
Miyu laissa échapper un sanglots alors que les gouttes d’eau salés glissaient doucement sur ces joues. Eiko laissa échapper un petit jappement inquiet et la belle Mikarie caressa doucement le félin, essayant de le rassurer. Elle se concentra de nouveau sur la surface de l’eau, sur ces jolies reflets argentées qui se jouait sur l’eau. Non, Miyu n’était pas la même femme depuis ce jour, elle était devenue une meurtrière… Voilà pourquoi elle avais rejoint le clan de la mort, voilà pourquoi son caractère était si froid, distant et sombre. Pourtant la jeune femme aurait aimer remonter le temps, remonter le temps et ne pas tuer ce pauvre garçon. Elle soupira bruyamment alors que le vent souleva ces longs cheveux bleus. Il lui semblait qu’il faisait sombre. Elle observa sa montre. Il était déjà tard, la belle avait passer toute la journée assise sur se banc, a cogité et a s’imaginer changer son passé. Oui, s’il y a bien quelque chose qu’elle aimerait changer, c’était ce passer, c’était cet acte horrible et répugnant qu’elle avait fait. Oh, tuer ne la dérangeais pas plus que ça, mais tuer un enfant, pour une poupée qui plus est, peser lourd sur sa conscience. Elle inspira profondément et essuya ces joues ainsi que ces yeux rougis par les larmes.
« Rentrons, dit-elle simplement a son compagnon »
Elle se leva et reprit le chemin qu’elle avait emprunter tout a l’heure à l’inverse pour rentrer à son dortoir, Eiko la suivant docilement. Oui, cette journée était une journée spéciale… Miyu ne serais plus jamais la même femme.


[Hors sujet : 2101 mots, trop fière de moi Cool ]
Revenir en haut Aller en bas
 
Un anniversaire plus que spéciale (Miyu Tanako, solo) -Finit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Pour une occasion très spéciale !
» Anniversaire 2010 du Chef d' Etat-Major
» BON ANNIVERSAIRE DROOPY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: Ville de Seikoku :: Parc-
Sauter vers: