AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Lande ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Canna Kaonai
"Violoniste débile" sous-chef du clan Kurasu et administratrice
avatar

Messages : 352
Date d'inscription : 09/07/2011
Age : 21
Localisation : Ici ou là, avec ma cousine(tte)

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Minh Lê

MessageSujet: La Lande ...   Dim 9 Oct 2011 - 18:16

Texte qui commence à dater (bon ok 2-3 semaines)
Audrey, si tu passes par là, c'est le texte en rapport avec le mec et son cheval \o/ (flemme de te mp en fait *sors*

C'est un texte où chacun peut imaginer lui même son contexte, jtrouve ça cool \o/

Jsais même pas si il faut y ajouter une fin 8D Ya vraiment besoin d'une fin aussi ô_o...?!



    La brume s’élève. Un cheval à fière allure au galop traverse la Lande, monté par un cavalier perdu dans la contemplation du néant. Seuls au milieu d’un horizon infini, poursuivit par les ombres de leurs passé, ne regardant que le soleil s’élever à l’horizon, ne retournent jamais en arrière, ils sont seuls.

    Seuls devant leur futur, seuls devant l’Aube qui s’élève, emplissant la sombre Lande d’un regain de Lumière, chassant les ténèbres. Seuls à courir vers leur destin.

    Ils courent depuis le crépuscule, traversant ces plaines sans fins, sans refuges.

    Les pas du cheval aux yeux émeraudes labourent le sol encore humide, font lever la terre vers le ciel. Son regard est droit, fixé vers le lointain. Sa crinière de jais vole, sa musculature luit de sueur. Il est fidèle, ne tombera jamais. Même si la Mort lui arrachait ses derniers soupirs, il resterait digne. C’est un fière combattant, toujours à regarder le ciel.

    Le cavalier, regard sombre mais lucide ; il regarde dans le vide, ne semble pas réfléchir. Ses pupilles ambre sont devenues ternes. Il s’attend à une mort certaine. Il sait ce qui va se passer, se résigne à la cruelle évidence. La nuit lui a creusée ses cernes, obscurs sillons qui griffent son visage devenu pâle. Âme malade ou égarée, peu l’importe : il ne regagnera jamais ses terres. La fatigue ne le gagne pas. Ou essaie-t-il de l'oublier. Le vent lui fouette le visage, envole ses cheveux blonds et sa longue pèlerine. Derrière lui, le passé. Devant lui la mort.

    Aucune échappatoire.

    Le galop mesuré de sa monture lui permet de se perdre dans les obscurs méandres de sa pensée, son imagination ; affronter le temps qui passe et passera est une épreuve amer et rude, bien plus que ce qu’il a put affronter dans sa courte vie.

    Le soleil se lève, c’est un monde en sommeil qui se réveille ; La température s’élève, la pâle lumière se fait plus insistante, chaleureuse. Cet éclat scintille le poitrail du cheval aux yeux émeraudes, illumine les yeux du cavalier au regard fantomatique.

    Si ce destin n’est que fatalité, si il n’y a pas d’autres issues que celle de fuir, ils iront en galopant, chevauchant le vent, chevauchant les plaines, forêts, déserts. L’eau calme des lacs supportera la folle allure du cheval aussi noir qu’un corbeau, qui effleurera l’eau sans sombrer, monté par son maitre, l’homme à la pèlerine blanche comme l’aile d’une colombe, qui guidera son fidèle destrier vers le meilleur chemin à suivre, et qui, face à la mort, se lèveraient, fiers, vers le soleil, comme un dernier salut à la vie. S’ils doivent se battre, ils le feront. Ils n’abandonneront jamais. C’est leur honneur qui est en jeu, honneur d’Homme auquel ils y voient plus de valeur que celles de leurs propres vies.

    Le cheval sombre, fidèle allié, n’est-il pas devenu humain ? Ne l’était-il pas déjà ?... Ou n’est-il pas le double de son maitre, seconde pensée qui contredit la première, un dédoublement physique de sa personnalité ?

    Qu’importe.

    Si l’agonie du passé tente de les rattraper, si les trépassés hantent leurs rêves torturés, si la fin, qui est proche de leurs oreilles, les guette,

    Qu’importe.

    Tant que leur âme sera encore dans ce monde, c’est avec fierté et audace qu’ils défieront la Mort, toujours à traverser la Lande, en quête d’une gloire passée, ou de leur vie qu’ils ont enterrée. Ils iront tout deux s’engouffrer dans le pire des Enfers s’il le fallait.

    Pensent-ils à leurs proches, qu’ils ont laissés il y a des années, seuls, ou recherchent-ils simplement leur voie, leur chemin, quelque chose à suivre, à se rattacher désespérément, un peu de gloire. Y parviendront-ils seulement, un jour...



Revenir en haut Aller en bas
Camille Kaonai
“ L’hortensia de l’aube" | Chef du clan Kurasu et administratrice
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 09/07/2011
Age : 21
Localisation : avec ma cousinette !!!

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Tina Sakura

MessageSujet: Re: La Lande ...   Dim 9 Oct 2011 - 19:15

xD le fameux mec sur le cheval lol

C'est la pas le texte où chacun met une phrase / un mot et le suivant continu ? nian?

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Canna Kaonai
"Violoniste débile" sous-chef du clan Kurasu et administratrice
avatar

Messages : 352
Date d'inscription : 09/07/2011
Age : 21
Localisation : Ici ou là, avec ma cousine(tte)

Caractéristique
Bloc-note:
Double/triple comptes: Minh Lê

MessageSujet: Re: La Lande ...   Lun 10 Oct 2011 - 16:33

Heu... Non ô__o

~ ~ ~ ~

La guerre, la violence, les trucs vicieux... C'est plus à la mode, ça, c'est trop has-been, soyez dans le vent ♥️ "




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Lande ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Lande ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: La détente après les cours :: Librairie-
Sauter vers: